la Folie Contrôlée

Publié le 23 Mars 2016

la Folie Contrôlée

La Folie Contrôlée ou le Chemin-qui-a-du-coeur

j'aime revisiter "la folie contrôlée" de Don Juan. (page 112-VOIR) et je trouve beaucoup d'apaisement dans la description de cette "folie contrôlée", à savoir, réaliser une action comme si elle m'importait, comme si elle était vraiment importante, mais au final, savoir qu'elle n'en a pas et que je me détache du résultat quel qu'il soit

« Mon rire, comme tout ce que je fais est réel, dit-il.
Mais il s’agit aussi de folie contrôlée parce qu’il est
inutile. Il ne change rien et cependant je ris toujours.

– Mais, don Juan, à mon avis votre rire n’est pas
inutile. Il vous rend heureux.

– Non ! Je suis heureux parce que je choisis de regar-
der les choses qui me rendent heureux et alors mes
yeux saisissent leur côté amusant, ce qui me fait rire. Je
t’ai déjà dit cela maintes fois. On doit toujours choisir le
chemin-qui-a-du-cœur de manière à être toujours au
mieux de soi-même, peut-être pour pouvoir toujours
rire. »

........

Par conséquent un
homme de connaissance entreprend, sue, s'essouffle, et
aux yeux de tous il ressemble à n’importe quel homme.

Mais il s'en différencie parce qu'il contrôle la folie de sa
vie.

Rien n'étant plus important que n’importe quoi
d'autre, un homme de connaissance choisit n'importe
quelle action, et la réalise comme si elle lui importait.

Sa folie contrôlée lui fait dire qu’il attache de l'impor-
tance à ce qu'il fait, le fait agir comme si chaque action
en avait vraiment, et cependant il sait qu'elle n'en a pas.

" Je suis heureux qu’après tant d’années tu me ques-
tionnes enfin sur ma folie contrôlée, et cependant si tu
ne l'avais pas fait, cela n'aurait eu aucune importance.
Mais j’ai choisi de me sentir heureux, comme si j'y
tenais, comme s'il importait que je sois concerné. Ça,
c'est de la folie contrôlée! »

« Il est possible d’insister, d'insister judicieusement,
même lorsqu'on pense que c’est inutile, dit-il tout en
souriant, mais d'abord nous devons savoir que tous nos
actes sont inutiles, et que malgré tout nous devons faire
comme si nous ne le savions pas. C'est ça, la folie
contrôlée du sorcier. »

-----

et cette partie que je remets ici tant elle me plait et elle définit exactement que l'on peut exercer sa volonté à ne choisir de regarder que les choses qui rendent heureux.

"Ce faisant, les yeux captent le côté "amusant" de la scène ce qui amène le rire.

Le chemin-qui-a-du-coeur est donc une manière de se sentir au mieux de soi-même. "–

Non ! Je suis heureux parce que je choisis de regar-
der les choses qui me rendent heureux et alors mes
yeux saisissent leur côté amusant, ce qui me fait rire.

Je t’ai déjà dit cela maintes fois. On doit toujours choisir le
chemin-qui-a-du-cœur de manière à être toujours au
mieux de soi-même, peut-être pour pouvoir toujours
rire. »

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article