le chemin est le but

Publié le 18 Avril 2016

le chemin est le but

Voilà, je voulais vous partager ceci. Ce matin, j'ai répondu à un blog et en lisant ce qui était écrit, je me suis rappeler mes premières méditations. Une notamment qui ne s'est jamais reproduite ensuite.

Voici ce qui s'est passé :

"Certaines méditations je les faisais allongée dans l'inspir et l'expir. Le fait d'être concentrée sur la respiration arrête les pensées. Il n'y a plus que le souffle qui est présent et le fait d'être allongée fait que l'on ne pense plus au corps non plus. Bref, j'avais opté pour cette position en suivant mon ressenti.

C'est donc dans cette position là, concentrée sur la respiration (et les yeux fermés) que j'ai vu un bouddha de couleur or qui m'aidait dans ma respiration car sa main droite était posée au-dessus de mon plexus et se soulevait au rythme de mes expirs et inspirs.

J'ai ouvert les yeux, surprise, étonnée mais aussi un peu effrayée.

Je me suis levée, je me suis préparée et partie, sans réfléchir et j'ai atterri dans la librairie de Leclerc où j'ai arpenté le rayon réservé aux "religions" et développement perso" et là, un livre est tombé à mes pieds, littéralement comme surgit du rayon.

Je l'ai ramassé et regardé au niveau de sa page de couverture et là, j'en ai eu des frissons. Sur la couverture au fond noir se détachait exactement le bouddha couleur dorée que j'avais vu en méditation.

J'ai acheté le livre mais je ne l'ai pas ouvert. Je pense que le titre à lui seul était le message que je devais comprendre.

Je viens de lire la dernière de couverture trouvée sur le net et voici ce qui est écrit et que j'ai découvert ce matin. Cela m'est arrivé il y a bien une dizaine d'années, et je mesure à présent, en lisant le résumé ci-dessous combien est vrai ce qui est écrit .

Je le publie ici car ce texte parle de liberté

Le chemin est le but (dernière de couverture)

Selon le bouddha, personne ne peut atteindre la santé fondamentale ou l’éveil sans pratiquer la méditation.

Les enseignements présentés ici sur le modèle et la technique de méditation donnent les bases dont chaque pratiquant a besoin pour s’éveiller. Chögyam Trungpa nous enseigne à abandonner la volonté de mettre la méditation au service de nos ambitions ; ainsi pourrons-nous nous détendre dans l’ouverture.

Il nous montre comment la pratique délibérée de l’attention se transforme en conscience attentive ; nous découvrons le monde de la vision pénétrante que la conscience nous révèle.

Nous intégrons alors un subtil dispositif psychologique qui structure automatiquement l’ensemble de notre expérience et nous nous apercevons que la méditation nous transporte progressivement au-delà de ce dispositif et de l’ego en général, jusqu’à l’expérience de la liberté inconditionnelle.

et je replace ici les deux derniers paragraphes tant cela rejoint l'enseignement de Don Juan à savoir : l'abandon de nos ambitions personnelles pour être de plus en plus dans une conscience attentive afin de se rendre disponible à l'Esprit...

extrait final : "Il nous montre comment la pratique délibérée de l’attention se transforme en conscience attentive ; nous découvrons le monde de la vision pénétrante que la conscience nous révèle.

Nous intégrons alors un subtil dispositif psychologique qui structure automatiquement l’ensemble de notre expérience et nous nous apercevons que la méditation nous transporte progressivement au-delà de ce dispositif et de l’ego en général, jusqu’à l’expérience de la liberté inconditionnelle."

Mes réflexions si cela vous intéresse :

 

Au début de chaque pratique, comme c'est nouveau, on se concentre, on essaie de bien suivre le protocole, on colle au processus. 

Puis ensuite autre chose prend le relais après quelques temps. 

Comme si tu avais intégré l'information et que c'est l'information qui te guidait. 

En fait c'est ce que dit la dernière de couverture de ce livre, et ce texte je ne l'aurais pas compris si je l'avais lu à l'époque.

Mais là, il devient clair pour moi et il montre un processus qui s'opère quand on sort des structures après en avoir intégré le sens.

Cela nous laisse libre et nous rend libre. En milieu artistique, on nous dit que la technique nous libère car une fois que la base est acquise, tu peux aller loin et plus haut en laissant libre cours à ta créativité.

Il en est de même pour nous.

J'ai constaté aussi que j'ai délaissé le bouddhisme, comme j'ai délaissé aussi une certaine partie de l'enseignement chrétien. En fait tu te libères des béquilles qui t'ont aidé dans le chemin.

c'est pour cela que finalement le chemin est le But car c'est lui qui est le plus important et ce dont tu te délestes en cours de route..

 
Certains me disent que parfois ils s'aident encore de pierres et d'encens. Mais ce n'est que le prolongement de leur intention avec leur pouvoir. Ils disent qu'ils s'en détacheront sans doute quand leur foi en eux-mêmes ne s'ébranlera plus.
 
Déjà, le savoir c'est en devenir conscient, c'est déjà sortir d'une croyance ou d'un dogme...
 
On peut lâcher ses béquilles à tout moment mais tant qu'on en a besoin pour consolider quelque chose en soi, on les garde les béquilles et ensuite elles tombent toutes seules. 
 
Ceux qui les lâchent d'un seul coup font comme Christophe Allain ou Eckhart Tollé, ils les lâchent d'un seul coup..c'est perdre alors sa F.H (forme humaine expliquée dans les ouvrages de Castaneda)

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article