blog Esprit shaman sur les émanations de l'aigle

Publié le 8 Octobre 2016

Carlos Castaneda, La lueur de la conscience

– Que disent les nouveaux voyants sur la nature de la perception, don Juan ?

– Ils disent que la perception est une condition de l’alignement; les émanations intérieures au cocon s’alignent avec les émanations extérieures qui leur correspondent. L’alignement est ce qui permet à chaque créature vivante de cultiver la conscience. Les voyants affirment cela parce qu’ils voient les créatures vivantes comme elles sont en réalité : des êtres lumineux qui ressemblent à des bulles de lumière blanchâtre. ”

Je lui demandai comment les émanations intérieures au cocon s’accordent aux émanations extérieures, pour réaliser la perception.

“ Les émanations intérieures et les émanations extérieures sont les mêmes filaments de lumière, dit-il. Les êtres sensibles sont des bulles minuscules composées de ces filaments, des points de lumière microscopiques liés aux émanations infinies. ”

Il poursuivit et m’expliqua que la luminosité des êtres vivants vient de la partie spécifique des émanations de l’Aigle qu’ils contiennent dans leur cocon lumineux. Quand les voyants voient la perception, ils constatent que la luminosité des émanations de l’Aigle qui se trouvent à l’extérieur du cocon de ces créatures avive la luminosité des émanations intérieures à leur cocon. La luminosité extérieure exerce une attraction sur celle de l’intérieur; elle la prend au piège, pour ainsi dire, et la fixe. Cette fixation constitue la conscience de chaque être particulier.

Les voyants peuvent également voir comment les émanations qui se trouvent à l’extérieur du cocon exercent une pression spéciale sur la partie des émanations qui est située à l’intérieur. Cette pression détermine le degré de conscience dont jouit chaque être vivant.

Je lui demandai d’être plus clair quant à la façon dont les émanations de l’Aigle qui se trouvent à l’extérieur du cocon exercent une pression sur celles de l’intérieur.

“ Les émanations de l’Aigle, dit-il, sont plus que des filaments de lumière. Chacune d’entre elles est une source d’énergie illimitée. Considère cela sous cet angle : les émanations extérieures au cocon étant de même nature que celles qui se trouvent à l’intérieur, leurs énergies forment une sorte de pression continue. Mais le cocon isole les émanations qu’il renferme dans sa trame et oriente ainsi la pression.


“ J’ai évoqué devant toi le fait que les anciens voyants étaient maîtres dans l’art de manier la conscience, poursuivit-il. Ce que je peux ajouter maintenant, c’est qu’ils étaient les maîtres de cet art parce qu’ils avaient appris à manipuler la structure du cocon de l’homme. Je t’ai dit qu’ils avaient élucidé le mystère de la conscience. J’entendais par là qu’ils ont vu et compris que la conscience est une lueur qui se trouve au sein du cocon des êtres vivants. Ils l’ont appelée à juste titre la lueur de la conscience. ”

Il m’expliqua que les anciens voyants ont vuque la conscience de l’homme est une lueur d’une luminosité couleur d’ambre, plus intense que le reste du cocon. Cette lueur se trouve sur une étroite bande verticale située à l’extrême droite du cocon, et qui s’étend sur toute sa longueur. La maîtrise des anciens voyants consista à déplacer cette lueur, à faire en sorte qu’elle se propage, à partir de sa position d’origine, à la surface du cocon, vers l’intérieur, sur sa largeur.

Carlos Castaneda, Le Feu du dedans, chp. 4 La lueur de la conscience, p. 84-86

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article