Impeccabilité, synchronicité

Publié le 9 Janvier 2017

Pour sortir du contexte religieux qui est inapproprié, disons que les aides reçues par le guerrier impeccable s’apparentent à ce que le psychanalyste Carl Jung appelait des synchronicités.

Juan Matus les désigne sous le nom générique de pouvoir personnel. L’impeccabilité, pour le chercheur ou le voyant, c’est la condition de toute interprétation du voir, comme de celle des vestiges, des ruines ou des textes anciens. Elle exige la prudence et l’ouverture d’esprit. 

L’impeccabilité du chercheur consiste à ne pas projeter dans ce qu’il voit son conditionnement d’homme du 21e siècle. Il doit avancer libre de préjugés, formuler ses hypothèses avec toutes les ressources de son imagination créatrice pour parler comme Bergson, ou de son voir pour parler comme Castaneda, et les valider ou corroborer avec la plus impartiale rigueur.

Ce qui représente beaucoup de qualités, dont certaines sont contradictoires. Se souvenir que l’impeccabilité n’a rien à voir avec la morale.  Un jour, Carlos chemine avec Juan Matus. Soudain l’apprenti ramasse un escargot qu’il dépose à l’abri. Matus s’insurge : jamais un guerrier n’impose son « aide » à quiconque, fut-ce un escargot. Qui sommes-nous pour décider du destin des autres êtres ? En déplaçant cet escargot, Castaneda lui a peut-être volé une victoire. « Je vais le remettre où je l’ai pris », répond l’apprenti penaud. « Non, dit Matus. La bêtise est faite, n’en ajoute pas une deuxième. »

 

A proprement parler, il n’y a pas de dieu ni de morale pour les sorciers, mais un pouvoir aveugle, inépuisable, universel, qui est l’Energie, et un principe impersonnel réactif, l’Intention. Avec son intention propre, le guerrier attire l’Intention impersonnelle, qui fait pleuvoir sur lui des flots d’Energie. L’intention attire l’énergie comme un paratonnerre attire la foudre. Quand il reçoit l’énergie cosmique, le guerrier est relié : il est uni avec le Tout. Alors il accumule coups de pot et synchronicités.

A chacun de nous d’apprendre à attirer la chance.
Et le moyen, c’est l’impeccabilité. Pas la sainteté.

 

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons fort. La quantité de travail à fournir est la même. (Carlos Castaneda)
 
 
La pratique de Castaneda n’est pas une religion. Elle n’a rien d’une doctrine. Elle m’a pris quand j’avais 20 ans, je l’ai retrouvée quand j’en avais 40, et je ne l’ai plus quittée. C’est une disposition d’esprit Le guerrier qui choisit cette voie ne la choisit pas une fois pour toutes. A chaque instant, tout est remis en question. Tout, c’est à dire ta vie, ta mort. Ce que tu crois, ce que tu es, rien de toutes ces évidences ne résiste longtemps à la pratique du nagualisme. 
 
Il n’y a pas de temple, la nature est un temple. Ta maison en est un. Et ton corps aussi. Il n’y a pas de prêtres, il y a des sorciers et des guerriers, tu les trouveras sur ta route quand le moment sera venu. Il n’y a pas de méthode, les bouquins de Casta suffisent. Ils nous donne une longueur d’onde, ils nous branchent sur une autre réalité, qu’il appelle la réalité non-ordinaire. 
 
« La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles.
L’homme y marche à travers de forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers. » (Charles Baudelaire)
 
La nature est un autre mot pour dire la vie. La seule vie qui vaille : la vie sauvage. A force de vivre en cage et de tourner en rond sur du béton, qui sait encore le poids et la violence de la nature ? Pratiquer le nagualisme, c’est renouer au fond de soi-même avec l’antique pacte : suivre la Règle. D’ailleurs, tu n’as pas le choix. Cette Règle-là, si tu ne la suis pas, tu la reçois sur les doigts.

 

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article