Page 207 - L'INTENTION - Le don de l'Aigle

Publié le 23 Mars 2017

– Il m’a expliqué que pendant son séjour sur
cette Terre, poursuivit-elle, Silvio Manuel était
comme Eligio.

Il avait disparu un beau jour sans lais-
ser de traces ; il était entré dans l’autre monde. Il
était resté absent pendant des années ; puis, soudain,
il était revenu.

Le Nagual disait que Silvio Manuel
ne se souvenait plus de l’endroit où il s’était rendu,
ni de ce qu’il avait fait, mais que son corps avait été changé.

Il était revenu dans ce monde, mais dans son
autre moi

– Qu’a-t-il dit d’autre, Gorda ? demandai-je.
– Je ne me souviens de rien... C’est comme si je
regardais à travers un brouillard.

Je savais que si nous insistions avec assez d’achar-
nement nous découvririons sur-le-champ qui était
Silvio Manuel. Je le lui dis.

– Le Nagual enseignait que l’intention est pré-
sente partout, s’écria la Gorda tout à coup.

– Qu’est-ce que cela signifie ? demandai-je.

– Je ne sais pas. Je ne fais qu’exprimer des choses
qui me viennent à l’esprit, Le Nagual disait aussi que
l’intention est ce qui fait le monde.

......

Dans sa vie, le Nagual avait appris l’intention de centaines
de choses. Mais Silvio Manuel était allé à la source
elle-même. Il l’avait captée. Il n’avait pas eu besoin
d’apprendre l’intention. Le problème, c’est qu’il
n’avait plus de désirs, parce que l’intention n’a au-
cun désir par elle-même, si bien qu’il devait compter
sur le Nagual pour la volition. Et d’autres termes,
Silvio Manuel pouvait faire tout ce que le Nagual dé-
sirait. Le Nagual orientait l’intention de Silvio Ma-
nuel. Mais comme le Nagual n’avait pas de désirs lui
non plus, la plupart du temps ils ne faisaient rien du
tout.

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article