Carlos Castaneda : Le Fondement Du Chemin Du Guerrier

Publié le 16 Mai 2017

La chose la plus importante qu’ait dit don Juan est que toute notre énergie est engagée dans la défense du moi. Tous nos efforts vont dans ce sens. Nous avons été entraînés à défendre notre concept du moi depuis si longtemps que nous ne le remarquons même plus.

Il est temps de commencer à nous découvrir nous-même. En commençant par récapituler notre vie. Chaque action, chaque événement, pour trouver « la charnière » qui imprègne notre vie. Notre charnière est la façon dont nous nous comportons avec les gens.

Lorsque j’ai commencé à récapituler, j’ai découvert que je me comportais dans le monde comme un bébé. Je me sentais désolé pour moi-même. Ma vie entière n’était rien d’autre que cette répétition sans fin. Quand don Juan m’a fait récapituler ma vie, j’ai vu comment je perdais mon temps à défendre cette position. Ce fut une prise de conscience horrible. Tout ce que je voulais c’était trouver quelqu’un pour écouter ma triste histoire, et me sentir désolé pour moi-même.

Cette idée de l’importance personnelle est si accaparante que nous ne pouvons rien voir d’autre, mais il est possible de s’en écarter.

Une autre façon de rester attachés est de croire que nous nous réaliserons en trouvant un compagnon. Nous pouvons même être marié et continuer à chercher quelqu’un qui pourrait répondre à notre besoin. « Ce n’est que ma femme ».

 

Nous ne voulons pas donner, nous sommes incroyablement égoïstes, nous ne voulons que recevoir. Les guerriers, les voyants, les naguals, aiment sans rien demander en retour, dans ce monde ou au-delà.

 

Nous ne remarquons pas cette importance personnelle qui dirige notre existence. Si nous le faisons, nous ne ferions pas ce que nous faisons à notre corps.

 

L’idée du moi n’est pas la nôtre, il est temps de s’en défaire. Don Juan nous a donné une série de prémisses afin que nous puissions commencer à voir ce qui nous était arrivé, ce qu’ils nous avaient fait. Pas pour faire des comparaisons, mais plutôt pour que cette idée soit investiguée.

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article