La lueur de la conscience - page 100 - le feu du dedans - les enfants

Publié le 30 Mai 2017

Je formulai à nouveau mes objections. Ils rirent
tous les deux aux larmes.

“ Que faut-il faire de la sensualité naturelle de
l’homme ? demandai-je à don Juan.

– Rien, répliqua-t-il. Il n’y a rien à redire à la sen-
sualité de l’homme. Ce qui est mauvais, c’est l’igno-
rance et l’indifférence de l’homme à l’égard de la
nature magique qui est la sienne. Gaspiller avec
insouciance la force du sexe, dispensatrice de vie,
est une erreur, mais c’est également une erreur
d’ignorer que le fait d’avoir des enfants éprouve la
lueur de la conscience.

– Comment les voyants savent-ils que le fait
d’avoir des enfants éprouve la lueur de la cons-
cience ?

– Ils ont vu qu’à la naissance, la lueur de la
conscience des parents diminue et que celle de
l’enfant s’accroît. Chez certains parents hypersen-
sibles, fragiles, la lueur de la conscience disparaît
quasiment. Tandis que la conscience des enfants
s’accroît, une grande tache sombre se forme dans
le cocon lumineux des parents, à l’endroit même
d’où s’est retirée la lueur de la conscience. Elle se
trouve généralement sur la section médiane du
cocon. On peut parfois même voir ces taches en
surimpression sur le corps lui-même. ”

Je lui demandai si l’on pourrait faire quelque
chose pour procurer aux gens une compréhen-
sion plus équilibrée de la conscience.

“ Rien, dit-il. Il n’y a du moins rien que les voyants
puissent faire. Les voyants aspirent à être libres, à
être des témoins impartiaux, incapables de pro-
noncer un jugement; s’il en était autrement, ils
devraient assumer la responsabilité de susciter un
cycle plus approprié. Personne ne peut le faire. Le
nouveau cycle, s’il doit advenir, doit advenir de lui-
même. ”

Rédigé par Agnès

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article