La force du silence - page 14 - Introduction - l'INTENTION

Publié le 8 Juin 2017

J’avais accédé à un état de conscience merveilleux. J’avais l’esprit tellement clair que je comprenais et assimilais tout ce que don Juan était en train de dire.

Il disait qu’il existe dans l’univers une force incommensurable, indescriptible, que les sorciers appellent l’intention, et qu’absolument tout ce qui existe dans le cosmos entier est relié à l’intention par un lien de communication.

Les sorciers, ou les guerriers,
comme il les appelait, s’occupaient de discuter, de comprendre et d'utiliser ce lien de communication. Ils s’occupaient surtout de le nettoyer des effets paralysants qu’entraînaient les préoccupations ordinaires de leur vie quotidienne.

À ce niveau, on pouvait définir la sorcellerie comme la procédure consistant à nettoyer son propre lien de communication avec l’intention.

Don Juan insista sur le fait que cette « procédure de nettoyage » était très difficile à comprendre, ou à apprendre, C'est pourquoi les sorciers divisaient leur enseignement en deux catégories.

L’une consistait en un enseignement destiné à l’état de conscience de la vie quotidienne, où le processus de nettoyage se présentait d’une manière déguisée;

L’autre consistait en un enseignement destiné aux états de conscience accrue, comme celui dont je faisais maintenant l’expérience, et dans lesquels les sorciers puisaient la connaissance directement de l’intention, sans l’intervention gênante du langage parlé.

Don Juan m’expliqua qu’en utilisant la conscience accrue pendant des milliers d’années de lutte douloureuse, les sorciers avaient acquis des connaissances spécifiques dans le domaine de l’intention, et q'ils avaient transmis ces pépites de connaissance directe de génération en génération 
jusqu’aujourd’hui. Il me dit que la sorcellerie avait pour tâche de rendre compréhensible, au niveau. de la conscience de tous les jours, cette connaissance apparemment obscure.

Puis il m’expliqua le rôle du guide dans la vie des sorciers. Il me dit qu’un guide est appelé le « nagual », et que le nagual est un homme ou une femme doués d’une énergie extraordinaire, un professeur bénéficiant de modération, d’endurance, de stabilité ; quelqu’un que les voyants voient comme une sphère lumineuse. à quatre compartiments, comme s’il s’agissait de la condensation de quatre boules lumineuses. En raison de leur énergie extraordinaire, les
naguals sont des intermédiaires.

Leur énergie leur permet de
canaliser la paix, l’harmonie, le rire et la connaissance
directement depuis leur source, l’intention, et de les trans-
mettre à leurs compagnons.

Les naguals ont la responsabi-
lité de procurer ce que les sorciers appelant la « chance minimale », la conscience d’être relié à l’intention.

Je lui dis que mon esprit saisissait tout ce qu’il me disait,
et que la seule partie de son explication qui me restait encore
obscure était la nécessité de recourir à deux séries d’enseigne-
ments.

Je comprenais tout ce qu’il disait sur son univers et,
pourtant, il avait décrit le processus de la compréhension
comme étant très difficile.

« Tu auras besoin d’une éternité pour te souvenir des
choses que tu as aperçues aujourd’hui, dit-il, parce qu’il
s’agissait, pour l’essentiel, de connaissance silencieuse.
Dans un moment, tu les auras oubliées. C’est là un des mys-
tères insondables de la conscience. »

Ensuite, don Juan me fit changer de niveaux de
conscience en me frappant, sur le côté gauche, au bord de
ma cage thoracique.

Je perdis instantanément mon extraordinaire clarté d’es-
prit et je ne me rappelai pas l’avoir jamais connue...

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article