page 291 - La Force du Silence - Manier l'intention

Publié le 17 Juin 2017

« Ce n’est pas de ce reliquat que je parle, me dit-

il en riant. L’idée de l’abstrait, de l’esprit, est le seul

reliquat important. L’idée du moi personnel n’a pas

la moindre valeur. Tu donnes encore la priorité à toi-

même et à tes propres sentiments. Chaque fois que

j’en ai eu l’occasion, je t’ai fait prendre conscience

de la nécessité d’abstraire. Tu as toujours cru que je

voulais dire, par là, penser abstraitement. Non. Abs-

traire signifie se rendre disponible à l’esprit en étant

conscient de lui. »

Il me dit qu’une des choses les plus dramatiques

de la condition humaine était le lien macabre qui

unissait la stupidité et l’auto contemplation.

C’était la stupidité qui nous forçait à renoncer à

tout ce qui n’était pas conforme aux attentes de

notre auto contemplation. Par exemple, en tant

qu’hommes ordinaires, nous étions aveugles à la

connaissance la plus cruciale dont peut disposer un

être humain : l’existence du point d’assemblage et le

fait qu’il pouvait se déplacer.

« Pour un être rationnel, l’existence d’un point

invisible où la perception s’assemble est impensable,

poursuivit-il. Et le fait qu’un tel point ne se situe pas

dans le cerveau, comme il pourrait vaguement le

croire, s’il était enclin à considérer l’idée de son exis-

tence, est encore plus impensable. »

Il ajouta que le fait de s’accrocher résolument à sa

propre image garantissait l’ignorance insondable de

cet homme. Il ignorait par exemple que la sorcellerie

ne consistait pas en incantations et en tours de passe-

passe, mais incarnait la liberté de percevoir non seu-

lement le monde ordinaire mais tout ce à quoi il est,

par ailleurs, humainement possible d’accéder.

« C’est dans ce domaine que la stupidité de

l’homme moyen est la plus dangereuse, poursuivit-il.

Il craint la sorcellerie. Il tremble devant la possibilité

d’être libre. Pourtant, la liberté est à portée de sa

main. Il s’agit du troisième point. Et on peut l’at-

teindre aussi facilement qu’on peut déplacer le point

d’assemblage.

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article