page 17 - rencontre avec le Nagual -

Publié le 2 Août 2017

page 17 - rencontre avec un Nagual -

L’impeccabilité n’a rien à voir avec une attitude mentale, une croyance morale ou quelque chose du genre. C’est la conséquence de l’économie d’énergie.

« Un guerrier accepte avec humilité ce qu’il est et ne perd pas son pouvoir en se lamentant que les choses n’aient pas été autrement. Si une porte est fermée, on ne la casse pas à coups de pieds et coups de poings !

On examine avec attention la serrure et on cherche comment l’ouvrir. De la même façon, si sa vie n’est pas satisfaisante, le guerrier ne s’offense ni se plaint.

Au contraire, il projette des stratégies pour changer le cours de son destin.

« Si nous apprenons à réduire notre apitoiement et qu’en même temps, nous faisons une place au ‘soi’ authentique, nous serons guidés par l’intention cosmique et nous deviendrons des conduits pour des torrents d’énergie.

Don Juan me disait :’ Ce que tu cherches est en toi-même. Lutte pour que tes actions atteignent leur but et brillent de leur propre clarté.

Prends ta décision avant qu’il ne soit trop tard ! «

« L’aspect de l’impeccabilité qui concerne le plus notre vie quotidienne est de savoir jusqu’où l’exercice de notre liberté affecte les autres afin d’éviter les chocs à tout prix.

A l’occasion, nos relations avec les autres génèrent des frictions et des expectatives.

Un sorcier sur le pied de guerre prend garde à ces chocs et se convertit en chasseur de signes.

Et s’il n’y a pas de signes, il n’interfère pas avec les gens ; il se borne à attendre, parce que bien qu’il n’ait pas le temps, il a toute la patience du monde. Il connaît trop l’enjeu pour ne pas être disposé à tout ruiner par un faux pas.

Rencontre avec un Nagual

Il prit comme exemple l’apprenti qui utilise ses récents pouvoirs pour

devenir riche. Il arrive alors à une bifurcation, soit il tombe dans le ‘

je veux ceci, je veux cela ‘, soit il cultive l’intention. Si il choisit la

première option, il est parvenu à la fin de son chemin, parce que peu

importe les quantités d’énergie dont il dispose, les anneaux de l’ego ne

seront jamais satisfaits. Par contre, avec la seconde option, il a choisi

le chemin de la liberté.

 

« L’intention est la symbiose de notre attention avec la conscience

cosmique, laquelle transforme nos volitions en commandements de l’Aigle. Il

faut être audacieux de s’y essayer de façon délibérée, mais une fois que

nous y parvenons, tout est possible. L’intention permet aux sorciers de

vivre dans un monde non-ordinaire et de s’offrir un destin de liberté. Pour

eux, la liberté est un fait et non une utopie.

 

« Dû au fait qu’il ne connait pas les principes du chemin du guerrier,

l’homme moderne s’est rendu prisonnier d’un piège démoniaque, composé

d’intérêts familiaux, religieux et sociaux. Il travaille huit heures par

jour pour maintenir son système de vie en fonctionnement. Ensuite, il

retourne à la maison, où l’attendent son épouse de toujours et ses enfants

identiques à des milliards d’autres qui lui demanderont les mêmes choses,

l’obligeant à proroger la chaîne, jusqu’à ce que ses forces se tarissent et

qu’il se convertisse en un objet inutile qui rumine ses mémoires dans un

coin de la maison. Ils lui ont dit que c’était ça le bonheur, mais il ne se

sent pas heureux, il se sent piégé.

 

« Soyez des guerriers, cessez cela ! rendez-vous compte de vos

potentialités et libérez-vous de tout cela ! Ne vous posez pas de limites.

Si vous pouvez violer la loi de la gravité et voler, tant mieux !

Et s’il vous reste encore de l’énergie pour défier la mort et acheter le

ticket pour l’éternité, alors c’est magnifique !

 

« Risquez le tout pour le tout ! Quittez le piège de l’auto contemplation

et tentez de percevoir tout ce qui est humainement possible ! Un guerrier

de la connaissance n’accepte pas de compromis, parce que l’objet de sa

lutte est la liberté totale. «

Ce monde est un monde-prison et il faut

en sortir comme des fugitifs, sans rien emporter.

Les êtres humains sont  des voyageurs par nature. Voler et connaître d’autres horizons est notre destin. Iriez-vous en voyage avec votre lit ou avec la table sur laquelle

vous mangez ? Simplifiez votre vie !. «

 

Il ajouta que l’humanité de notre époque a acquis une étrange coutume qui

est symptomatique de l’état mental dans lequel nous vivons. Lorsque nous

voyageons, nous achetons toutes sortes d’objets inutiles dans d’autres

pays, des choses que nous n’aurions certainement pas achetées dans notre

propre pays . Une fois que nous revenons à la maison, nous accumulons ces

objets dans un coin et nous finissons par oublier leur existence, jusqu’à

ce qu’un jour finalement nous les retrouvions et nous les jetions à la

poubelle.

 

« Ainsi se passe notre voyage par la vie. Nous sommes comme des ânes

chargés d’un fardeau de saloperies dont aucune n’a de valeur. Tout ce que

nous faisons ne sert qu’à une chose à la fin, lorsque la vieillesse nous

assaille : répéter inlassablement quelques phrases comme un disque rayé.

« Un sorcier se pose la question : Quel est le sens de tout cela ? Pourquoi

investir mes ressources dans quelque chose qui ne m’aidera jamais. Le

rendez-vous d’un sorcier est un rendez-vous avec l’inconnu, il ne peut

compromettre son énergie avec des nullités. Lors de votre voyage sur Terre,

emportez avec vous quelque chose qui a une vraie valeur, autrement cela

n’en vaut pas la peine.

 

« Le pouvoir qui nous dirige nous a donné le choix : ou nous passons notre

vie à tourniquoter autour de nos habitudes, ou nous cherchons à connaître

d’autres mondes. Seule la conscience aigue de la mort peut nous donner le

choc nécessaire.

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article