rencontre avec le nagual

Publié le 2 Août 2017

« Le convoi du destin nous emportera tous, sans distinction. Mais il existe

deux types de voyageurs : les guerriers qui peuvent partir avec leur

totalité, parce qu’ils ont affiné chaque détail de leur vie, et les

personnes ordinaires, avec des existences ennuyeuses, sans créativité et

dont l’unique attente est la répétition de leurs stéréotypes jusqu’à la

fin; des gens dont la fin ne sera pas différente dans trente ans qu’à

l’instant même. Nous sommes tous là, attendant l’arrêt de l’éternité mais

nous n’en prenons pas tous conscience. La conscience de la mort est un art

majeur.

« Lorsqu’un guerrier met fin à ses routines, quand déjà il ne lui importe

plus d’être seul ou accompagné, parce qu’il a écouté le murmure silencieux

de l’Esprit, alors il peut dire que, vraiment, il est mort. A partir de là,

toutes les choses de la vie, même les plus simples deviennent

extraordinaires.

« C’est ainsi qu’un sorcier apprend à vivre de nouveau. Il savoure chaque

instant comme si c’était le dernier. Il ne se fourvoie pas en dégoûts, ne

gâche aucun effort parcequ’il se sent mécontent, et ne gaspille pas son

énergie. Il n’attend pas d’être vieux pour réfléchir aux mystères du monde.

Il s’avance, il explore, il connaît et s’émerveille.

Rédigé par Agnès

Repost 0
Commenter cet article