Quand vous êtes suffisant, vous restez assis sur votre cul et, en plus, vous vous éloignez de votre vraie fonction.

Publié le 4 Décembre 2019

Croyez-vous que les maîtres soient nécessaires ?
 
Non, nous n'avons pas besoin d'explications ou de maîtres. Tout ce dont nous avons besoin est d’une opportunité, et de courage.
L'opportunité de connaître les postulats des sorciers et le courage de cesser de regarder pour oser voir, pour ne pas rester attachés à notre histoire personnelle et pour libérer les amarres de notre perception, afin d’aller aussi loin que l’on peut percevoir.
Le mythe est une formation archétypale qui vous indique le chemin de la liberté. Pour cette raison, le démenti que font certaines personnes des enseignements du nagual est stupide.
Les détracteurs recherchent une explication linéaire, une manière d'adapter les choses à leur histoire personnelle limitée. Et dans leur ardeur, ils ont mis un terme à des possibilités infinies.
Les détracteurs suivent leur raison, mais l'enseignement de Carlos n'explique rien. Il exige que nous comprenions avec d'autres parties de notre être. C’est pour cela qu’il n'était pas un maître dans le sens conventionnel du mot. Il nous a lui-même prévenu : « Les guides c’est terminé ! »
 
Cependant Carlos était votre maître ?
 
Un nagual n'est pas un gourou. Un gourou est quelqu'un d’attirant, vous êtes enchanté d’être en sa présence.
Tandis que nous avons tous voulu échapper au nagual. C'était trop dur ! Une fois, j'ai pris une semaine de repos en pensant que j'avais besoin de vacances.
Il m'a dit : « Tu veux te reposer, te sentir belle, tout oublier et partir chanter avec un gourou. »
Nous étions à un dîner, et subitement Carlos s’est tourné vers moi et m’a dit : « Il n'y a pas de vacances sur le chemin du guerrier. C'est un travail de vingt-cinq heures par jour. »
Il a lu mes pensées et il a ri. Son sourire voulait dire : « Ne sois pas ridicule, tu es déjà accrochée. »
Un jour j'ai reçu un coup de fil, quand j'ai décroché c’était lui. Il m'a demandé : « Alors, tu continues ou quoi ? »
Je lui ai répondu : « Où est-ce que je peux me cacher de l'Esprit nagual ? » Et il m’a dit : « Il n'y a pas moyen. »
 
Quelle est la différence entre les enseignements d’un maître et d’un nagual ?
 
La relation de maître à disciple reflète l’importance personnelle.
Par conséquent, ce qu’un maître fait généralement c’est soutenir cette relation, fondée sur des miracles, des explications, des conditions, en flattant plus particulièrement la suffisance du disciple.
Tandis qu’un nagual vous cravache continuellement mais, en même temps, il vous laisse libre.
Chaque fois que je l’ai vu, Carlos a déchiré ma suffisance en lambeaux. Croyez-vous que l’on prenne du plaisir à se faire botter les fesses à chaque instant ?
N'importe qui préfère fuir au loin s’il ne reçoit pas d’éloges !
Ce nagual nous donnait des coups de pied au cul toutes les trente secondes.
Alors qu’avec les gourous, je me sentais spéciale, j'appartenais au groupe des élus.
Ce qui nous blesse quand ils nous frappent c’est notre stupidité. Comment votre suffisance pourrait-elle aimer ça quand la première chose qui est nécessaire pour nettoyer votre lien avec l'Esprit est de s’en débarrasser ?
Mais le guerrier y prend plaisir.
Carlos me disait tout le temps : « Nettoie ton lien avec l’Esprit, tu dois nettoyer ton lien ! »
Quand vous cessez d’avoir peur et que vous arrivez à la clarté, votre personnalité individuelle meurt, vous comprenez que vous n'êtes pas important mais juste une énergie avec une fonction.
Quand vous êtes suffisant, vous restez assis sur votre cul et, en plus, vous vous éloignez de votre vraie fonction.

Rédigé par Agnès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :