Tous les ‘ismes’ sont identiques et viennent de l'esprit du flyer.

Publié le 4 Décembre 2019

Quelle est votre opinion sur Carlos Castaneda, était-il un homme de pouvoir ou une personne ordinaire ?
 
Il a manipulé notre énergie, il a déplacé nos points d'assemblage.
Il a déplacé mon point d'assemblage à plusieurs reprises, pour moi c’était la preuve de son pouvoir personnel. Mais je le remercie surtout de m'avoir donné une direction.
Carlos était contre les miracles. Faire des miracles aurait corroboré notre croyance et nous aurait transformé en entités dogmatiques d'un nouvel enseignement.
Au contraire, il a brisé nos stéréotypes mentaux afin de rejeter toutes nos croyances, en les détruisant, et il n'a jamais tiré profit du vide qui en résultait pour imposer ses interprétations du monde. Il a insisté pour que nous recherchions notre propre vision.
Il a répété des milliers de fois : « Ne croyez à rien ! Faites-le, allez vérifier ! Tout ce que je fais c’est vous inviter à agir afin que vous puissiez confirmer certaines des propositions des sorciers par votre propre expérience. »
À une occasion, tout en observant la façon dont la plupart de ses disciples se consacraient aux enseignements, je lui dis : « Nagual, c’est en train de devenir l’église sacrée castanédienne. »
Il a parut contrarié et a répondu : « Tous les ‘ismes’ sont identiques et viennent de l'esprit du flyer.
Ne pas soit pas stupide au point de convertir un enseignement qui propose la liberté en un autre dogme ! »
 
Voulez-vous dire que les propositions de Castaneda devraient seulement être prises dans le sens pratique ?
 
Exactement ! Les propositions du nagual ne devraient être prises que dans un sens pratique ; cependant, nous sommes obligés d'interpréter, nous ne pouvons pas l'éviter.
L’objectif est que nous ne prenions pas les enseignements comme des dogmes mais comme des unités effectives qui nous orientent vers la vérification.
Je me souviens qu’une fois, nous avons parlé de la manière dont l'interprétation filtre tout ce que nous faisons
. Je lui ai demandé pourquoi nous portions cette imposition sociale avec nous, même en des moments aussi intimes que le rêve ou le voyage avec les plantes de pouvoir.
Il m’a répondu : « C’est parce que c'est le commandement de l'Aigle que nous transmettions nos expériences. Pour transmettre, il est nécessaire d'interpréter ; sinon cela anéantirait tout le système de l’enseignement. Ne le vois pas comme une malédiction, l'interprétation est un cadeau pour interagir et communiquer. »
Ainsi, nous devons nous rendre compte que, en plus de notre interprétation, nous avons la capacité de choisir, choisir de croire et de vérifier.
Telles sont les deux étapes : d'abord, un acte volontaire, suivi d’une corroboration expérimentale. Et s’il vous reste assez de force, essayez le chemin des sorciers. Ainsi, vous vous permettrez de suivre ce que vous avez choisi de croire comme un acte de folie contrôlée.

Rédigé par Agnès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :