ces descriptions qui constituent notre "réalité" et qui nous enferment

Publié le 4 Janvier 2022

 

Sans nous en rendre compte, nous vivons enfermés dans une prison dont nous nous taillons les barreaux depuis notre enfance : les descriptions qui constituent notre "réalité". 

Ce sont eux qui nous parlent du bien et du mal, du mien et du tien, de la maladie et de la mort, du bonheur et de la rupture, du vieillissement, de la détérioration, des désirs inassouvis. Et nous plaçons à la porte de cette prison le plus vigilant des geôliers : notre propre personne. 

Parfois, cette prison nous fatigue, et nous nous tournons vers les autres pour nous aider non pas à y mettre fin, mais à la remodeler ; et les conseillers, les psychiatres et les gourous ne manquent pas pour nous y aider.

 Mais la prison est toujours là : plus ou moins conviviale, mais toujours une prison.

Nous ne nous en sortirons que si nous avons le courage de nous glisser à travers les fissures de nos descriptions dans des réalités non dites, au-delà de tous les mots. 

Et de là, comme d'une hauteur qui nous permet de voir l'ensemble du tableau, nous pouvons revenir à ces descriptions en sachant ce qu'elles sont, en les utilisant stratégiquement, en nous obligeant à les utiliser en termes de connivences multiples. 
Mais sans les laisser nous gérer et nous enfermer, en les modifiant encore et encore pour les maintenir dans leur relativité, dans leur variabilité changeante.
Et, au-delà de toute description, l'indicible dont nous faisons partie.

Ce n'est qu'en travaillant sur notre auto-observation et notre silence intérieur que nous retrouverons l'ÊTRE MAGIQUE multidimensionnel que nous sommes, toutes nos capacités et nos véritables souvenirs...

-Avec l'infini.

Traduit avec DeepL(version gratuite)

https://www.facebook.com/photo/?fbid=480687623662793&set=a.232815918449966

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’CON EL INFINITO’

Rédigé par Agnès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :