Le bien-être

Publié le 6 Août 2022

 


Il précisa que le « lit de ficelles » était uniquement fait pour permettre à un guerrier d'atteindre un certain niveau de calme et de bien-être.

Il ajouta dramatiquement que le bien-être constituait une condition à cultiver, une condition avec laquelle il fallait se familiariser pour la rechercher.

« Tu ignores ce qu'est le bien-être parce que tu ne l'as jamais éprouvé », dit-il.
J'affirmai le contraire, mais il poursuivit en disant que le bien-être était un achèvement qu’il fallait volontairement poursuivre. Et en fait je ne savais que chercher une sensation de désordre, de malaise et de confusion.

Il eut un rire moqueur puis me certifia que je fournissais un effort énorme pour me rendre misérable, et que jamais je ne m'étais rendu compte que le même effort pouvait servir à me rendre fort et entier.

« L’astuce réside dans ce sur quoi on insiste, dit-il.

Soit nous nous rendons misérables, soit nous nous rendons forts. L’effort à fournir est le même. »

Voyage à Ixtlan - page 240

Rédigé par Agnès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :