Publié le 26 Août 2016

Alors ta perception a déployé ses ailes, quand quelque chose
en toi a pris conscience de ta véritable nature. Tu es
un conglomérat.

« Voilà l’explication des sorciers. Le nagual est
l'indicible. Tous les sentiments possibles, tous les
êtres et les personnalités imaginables flottent en lui
comme des chalands, paisiblement, immuablement,
éternellement. Lorsque l’amalgame de la vie ressoude
ces sentiments, il se crée un être vivant, un être qui
perd le sens de sa véritable nature et qui est aveuglé
par l’éclat et la clameur de cet espace où les êtres planent, le tonal. Il y a tonal dès qu'il y a une
organisation unifiée.

Un être fait irruption dans le
tonal lorsque la force de la vie a rassemblé tous les
sentiments nécessaires. Je t’ai dit une fois que le tonal
commence à la naissance et se termine à la mort ; car,
dès que la force de la vie abandonne le corps, toutes
ces consciences isolées se désintègrent et retournent
dans leur lieu d'origine, le nagual. Ce que fait un
guerrier en plongeant dans l'inconnu ressemble beau-
coup à l’acte de mourir, avec la différence que le
faisceau de sentiments particuliers ne se désintègre
pas ; les sentiments commencent à se disperser, sans
perdre pour autant leurs liens réciproques. Or à la
mort, ils sombrent et se meuvent indépendamment,
comme s'ils n’avaient jamais constitué d’unité. »
Je voulais lui dire à quel point les propos qu'il
venait d'énoncer concordaient avec mon expérience.
Mais il ne me laissa pas parler.
– On ne peut pas faire allusion à l'inconnu, dit-il.
On ne peut qu'en être le témoin. L'explication des
sorciers dit que chacun de nous a un centre à partir
duquel on peut contempler le nagual : ce centre
s'appelle la volonté C’est ainsi qu’un guerrier peut se
hasarder dans le nagual, en laissant son faisceau
s’ordonner et se désajuster de toutes les façons possi-
bles. Je t’ai dit que la façon dont s'exprime le nagual
est une affaire personnelle. Je veux dire qu'il appar-
tient à chaque guerrier de diriger l'arrangement et le
désajustement du faisceau. La forme humaine ou le
sentiment est la forme originale et peut-être celle qui
nous est le plus chère ; il existe pourtant un nombre
infini d’autres formes, que le faisceau peut adopter. Je
t'ai dit qu'un sorcier peut prendre toutes les formes
qu’il désire. C’est vrai. Un sorcier qui est en possession
de la totalité de soi-même peut diriger les parties
constitutives de son faisceau, pour les réordonner de
n'importe quelle façon, concevable ou inconcevable.
La force de la vie est ce qui rend possible cet
entremêlement. Quand elle est épuisée, il n'y a plus
moyen de reconstituer le faisceau.
« Ce faisceau, je l'ai appelé la bulle de perception.
J'ai dit aussi qu’il est scellé, hermétiquement fermé, et
qu’il ne s’ouvre jamais, sauf au moment de notre
mort. Et pourtant, on peut l'ouvrir. Il est évident que
les sorciers ont appris ce secret et, même si tous ne
parviennent pas à leur propre totalité, ils en connais-
sent la possibilité. Ils savent que la bulle ne s'ouvre
que lorsqu’ils plongent dans le nagual. Hier je t’ai
donné une récapitulation de toutes les démarches que
tu as suivies pour arriver à ce stade. »
Histoires de Pouvoir - La bulle de perception 357

la bulle de perception

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 10 Août 2016

Bien que les Archontes existent assurément sur le plan physique, le danger réel qu’ils posent à l’humanité n’est pas tant l’invasion de la planète que l’invasion du mental humain.

Ce sont des parasites mentaux intra-psychiques qui interfèrent avec la conscience humaine par l’entremise de la télépathie et de la simulation. Ils contaminent notre imagination et ils ont recours au pouvoir de l’illusion pour induire la tromperie et la confusion. Ils agissent pour le plaisir pur de la duperie, sans finalités ou objectifs particuliers. Ils sont robotiques en essence, incapables de pensée ou de choix indépendants et ils ne possèdent aucun programme particulier si ce n’est celui de vivre par procuration parmi les êtres humains.

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0