Publié le 31 Janvier 2017

Philippe Guillemant

Les informations en question du fantôme :) de Tesla, via mes post-marques à la lecture du livre "Au-delà de l'impossible" de Didier Van Cauwelaert.

p 114: L'information quantique est votre conscience
p 114: elle peut subsister dans cet état indépendant de tout organisme, et peut même résider dans des corps qui résident dans des univers parallèles
p 114: La conscience est plus proche de la musique que du calcul. Elle se connecte à un ordre plus profond dans la géométrie de l'espace-temps.
p 117: Les ondes gravitationnelles...Vous les mettrez bientôt en évidence, ce qui révolutionnera votre conception de l'espace-temps et de l'énergie libre inépuisable...
p 117: Mon ami Einstein avait raison, mais il a été surpris lorsqu'il a compris ici que l'espace-temps dans son ensemble est dynamique 
p 118: J'avais raison également lorsque je parlais de l'existence de nombreuses vies extraterrestres. Vous allez bientôt trouver les macromolécules à l'origine de la vie. La protéine. Puis l'existence des trous de ver....
p 118: Vous comprendrez alors que votre big-bang est faux.
p 118: Le big-bang est une immense fontaine blanche due au grand rebond 
p 126: La théorie des cordes butera sur cette identité: le contenant (l'espace-temps) et le contenu (la matière et 'énergie)
p 126: Vous allez comprendre que l'espace-temps n'est qu'une illusion
p 126: Il n'y a ni espace ni temps
p 127: L'existence des cordes qui vibrent est une certitude, mais elles ne peuvent pas se situer dans notre monde à quatre dimensions. Il leur en faut six de plus.
p 127: Le big-bang n'est pas le début de l'univers, encore moins sa création
p 128: L'effet avant la cause... La physique voit apparaître l'existence de la causalité rétrograde
p 274: Il existe seulement des probabilités d'observation et de mesure de quelque chose. C'est uniquement lorsque vous observez ce quelque chose que cela le fait se déplacer d'un état indéterminé à un état réel. Rien n'existe physiquement avant que vous ne l'observiez.
p 274: Vous n'êtes qu'au tout début de la recherche de savoir et de compréhension.
p 288: L'arbre de vie - le futur à branches
p 301: L'univers est le hardware de Dieu. C'est une entité organique dont vous êtes les minuscules cellules. Vous êtes les cellules de l'univers... Vous êtes le Dieu de vos cellules et vous êtes les neurones de Dieu
p 301: Il existe des millions d'autres univers. Il y a intention, intelligence et conscience dans l'univers, pour la conception de la vie. Je vous dit au revoir et merci.

Tesla

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2017

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2017

c) Point d'assemblage
" Les principes de base :
1. 1. L'Univers est une agglomération infinie de champs d'énergie.
2. Ces champs d'énergie, rayonnent à partir d'une source aux proportions inimaginables appelée métaphoriquement l'Aigle.
3. Les êtres humains sont également constitués par un nombre incalculable de ces mêmes champs d'énergie. Ces émanations forment une agglomération fermée qui se présente comme une boule de lumière. 
4. Seul un tout petit groupe de champs d'énergie situés dans cette boule lumineuse est éclairé par un point d'une brillance intense qui se trouve sur la surface de la boule.
5. La perception se produit lorsque les champs d'énergie de ce petit groupe, qui entoure de très près le point de brillance, projettent leur lumière de façon à illuminer des champs d'énergie identiques se trouvant en dehors de la boule. Comme les seuls champs d'énergie perceptibles sont ceux qui sont éclairés par le point de brillance, on appelle ce point le ‘ point où la perception s'assemble ’ ou simplement le ‘ point d'assemblage ’.
6. Le point d'assemblage peut se déplacer [...] vers une autre position, que ce soit à la surface, ou vers l'intérieur. Comme la brillance du point d'assemblage peut éclairer n'importe quel champ d'énergie avec lequel il entre en contact, il fait immédiatement briller de nouveaux champs d'énergie et les rend perceptibles lorsqu'il s'est déplacé vers une position nouvelle. Cette perception est appelée voir.
7. Quand le point d'assemblage bouge, il permet la perception d'un monde tout à fait différent – aussi objectif et aussi réel que celui que nous percevons en temps normal. Les sorciers vont dans cet autre monde pour y trouver de l'énergie, de la puissance, des solutions à des problèmes généraux ou particuliers, ou pour affronter l'inimaginable.
8. L'intention est la force universelle qui nous fait percevoir. Nous ne devenons pas conscients parce que nous percevons; en fait, nous percevons à cause de la pression et de l'intrusion de l'intention. 
9. L'objectif des sorciers est d'accéder à un état de conscience totale afin d'expérimenter toutes les possibilités de perception qui s'offrent à l'homme. " La force du silence, p. 15-16

Comment déplacer le point d'assemblage et quels sont les résultats de ce déplacement?
• (Don Juan :) " Tout est dans le déplacement du point d'assemblage, mais cela ne sert à rien de le déplacer si ce n'est pas un mouvement sobre, contrôlé. Alors, ferme les portes de l'auto-contemplation. Sois impeccable et tu disposeras de l'énergie nécessaire pour atteindre le lieu de la connaissance silencieuse. " La force du silence, p.266
• (Don Juan :) " C'est le dialogue intérieur qui maintient le point d'assemblage fixé à sa position d'origine. Une fois que l'on est parvenu au silence, tout est possible. " Le feu du dedans, p.130
• (Don Juan :) " Je te donnais des plantes de pouvoir pour que ton point d'assemblage se déplace. Les plantes de pouvoir produisent cet effet; mais la faim, la fatigue, la fièvre et d'autres choses de ce genre peuvent produire un effet semblable. " Le feu du dedans, p.132-133 
• (Don Juan :) " Lorsqu'on nous a enseigné à nous parler à nous-mêmes, on nous a enseigné les moyens de nous engourdir de façon à maintenir le point d'assemblage fixé à un seul endroit. " Le feu du dedans, p.145
• (Don Juan :) " Nous sommes, nous les êtres humains, vraiment peu de chose; nous sommes, essentiellement, un point d'assemblage fixé sur une certaine position. Notre ennemi, aussi bien que notre ami, est notre dialogue intérieur, notre inventaire. Sois un guerrier, fais taire ton dialogue intérieur; dresse ton inventaire puis jette-le. [...] Débarrassé de l'inventaire, le point d'assemblage se libère. " Le feu du dedans, p.244 
• (Don Juan :) " Tout, dans le monde que nous avons appris à percevoir, est inextricablement lié à la position où se situe le point d'assemblage. " Le feu du dedans, p.266
• (Don Juan :) " Le mirage n'est pas dans la solidité du monde, le mirage est dans la fixation du point d'assemblage sur un endroit, quel qu'il soit. Quand les voyants déplacent leur point d'assemblage, ils ne sont pas confrontés à une illusion, ils sont confrontés à un autre monde; ce monde nouveau est aussi réel que celui que nous sommes en train de contempler maintenant, mais la nouvelle fixation de leur point d'assemblage, qui engendre ce monde nouveau, est, au même titre que l'ancienne fixation, un mirage. " Le feu du dedans, p.266
• (Don Juan :) " L'équilibre mental n'est rien d'autre que la fixation du point d'assemblage sur un endroit auquel nous sommes habitués. " La force du silence, p.50
• (Don Juan :) " La sobriété est d'une importance cruciale pour qui se livre au déplacement du point d'assemblage. " La force du silence, p.71
• (Don Juan :) " La connaissance la plus perfectionnée que possèdent les sorciers est celle de nos ressources en tant qu'êtres perceptifs, ainsi que la conscience du fait que le contenu de la perception dépend de la position du point d'assemblage. " La force du silence, p.152
• (Don Juan :) " Tout mouvement du point d'assemblage se traduit par un éloignement de ce souci excessif du moi individuel qui est la caractéristique de l'homme moderne. Les sorciers croient que c'est la position du point d'assemblage qui a fait de l'homme moderne un égotiste homicide, un être totalement absorbé par sa propre image. Ayant perdu l'espoir de jamais revenir à la source universelle, l'homme cherche le réconfort dans son sentiment d'identité. Et, ce faisant, il réussit à fixer son point d'assemblage sur la position exacte qui lui permet de perpétuer sa propre image. Il est donc raisonnable de dire que tout éloignement du point d'assemblage par rapport à sa position habituelle a pour conséquence un éloignement par rapport à l'auto-contemplation de l'homme et à son corollaire : la suffisance. " La force du silence, p.157
• (Don Juan :) " Une forte fièvre peut déplacer le point d'assemblage. La faim, la peur, l'amour ou la haine peuvent le faire; le mysticisme également, et aussi l'intention inflexible, qui est la méthode préférée des sorciers. " La force du silence, p.223
• (Don Juan :) " L'instruction a très peu de valeur. Les sorciers soutiennent que la seule chose qui compte est le déplacement du point d'assemblage. Et ce déplacement dépend de l'énergie accrue et non de l'instruction. " La force du silence, p.165
La majorité d'entre nous a, au moins une fois dans sa vie, fait l'expérience du déplacement du point d'assemblage. Cette expérience arrive sans l'avoir prévue, nous laissant un souvenir étrange et impérissable. Pour ma part, ça m'est arrivé la première fois lorsque j'avais 5 ans, lors d'une maladie accompagnée d'une très forte fièvre. Tout le monde peut aisément comprendre de quoi il s'agit. Les sorciers provoquent délibérément ce déplacement pour apprendre.

d) Première, seconde et tierce attention

• (Don Juan :) " La première attention, c'est tout ce que nous sommes en tant qu'hommes ordinaires. [...] J'ai qualifié l'attention seconde de spécialisée parce que, pour utiliser ces émanations qui n'ont pas servi, il faut des tactiques singulières, élaborées qui exigent une discipline et une concentration suprêmes. [...] On accède à la tierce attention quand la lueur de la conscience devient le feu intérieur : une lueur qui allume non plus une bande après l'autre, mais toutes les émanations de l'Aigle qui se trouvent à l'intérieur du cocon de l'homme. [...] Accéder à ce niveau d'attention tout en conservant sa force vitale, [...] voilà l'accomplissement suprême pour les êtres humains. " Le feu du dedans, p.72-73-74
• " Don Juan divisait notre conscience en trois parties inégales. Il appelait la plus petite ‘ première attention ’ et il disait qu'elle est la conscience développée chez les personnes ordinaires pour pouvoir s'orienter dans le monde de tous les jours; elle comprend notamment la conscience du corps physique. Il appelait ‘ attention seconde ’" une autre portion, plus vaste, qu'il décrivait comme la conscience dont nous avons besoin pour percevoir notre cocon lumineux, et pour agir en tant qu'êtres lumineux. Il disait que l'attention seconde demeure à l'arrière-plan pendant la durée de notre vie, à moins d'être attirée à l'avant-scène – délibérément par une forme d'éducation, ou par un choc accidentel. Elle comprend la conscience du corps lumineux. Il appelait la dernière portion, la plus vaste, ‘ tierce attention ’ – une conscience incommensurable qui engage des aspects indéfinissables de la conscience des corps physique et lumineux. " Le don de l'aigle, p.21
On voit donc que la première attention se rattache au tonal, la seconde, au nagual. Quant à la tierce attention, c'est la réalisation complète de la conscience de l'être.
• (Don Juan :) " Le rôle d'un maître, dans la mesure où la perception de l'apprenti est concernée, consiste à réorganiser tous les éléments de l'île (du tonal) sur un côté de la bulle. [...] J'ai eu pour tâche de déranger ta représentation ordinaire et non de la détruire. [...] La tâche du benefactor est de rompre la bulle sur le côté qui a été nettoyé. Une fois que le sceau est brisé, le guerrier n'est plus le même. Il a alors la maîtrise de sa totalité. La moitié de la bulle est le domaine absolu de la raison, le tonal. L'autre moitié est le domaine absolu de la volonté, le nagual. " Histoires de pouvoir, p.333-334

 

TRES IMPORTANT à mes yeux --->>>>> Je conclurais en disant qu'il n'est pas besoin de prendre des produits hallucinogènes ou psychotropes pour parvenir à cela et qu'utiliser ces moyens témoignent d'un "laisser-aller" de la part de la personne qui juge fatiguant de faire des efforts et préfère prendre des raccourcis sans compter qu'elle ne sait pas quelle contribution elle devra payer pour ces "aides"

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2017

Comment devient-on apprenti sorcier?


• (Don Juan) : " Un maître ne cherche jamais d'apprentis et personne ne peut solliciter ses enseignements.' ' Histoires de pouvoir, p.308


• (Don Juan) : " Un nagual (chef, maître de clan) ne peut pas choisir ses apprentis de son propre gré ou selon ses propres calculs. Mais une fois que la volonté de l'esprit lui est révélée par des présages, le nagual n'épargne aucun effort pour le satisfaire. " La force du silence, p.56


• (Don Juan) : " Seul un toqué entreprendrait volontairement la tâche de devenir un homme de connaissance. C'est par la ruse qu'on y engage l'homme équilibré. " Voir p.43
Pourquoi donc la ruse?


• (Don Juan) : " La difficulté que nous éprouvons [...] vient de ce que la plupart d'entre nous refusent d'accepter que nous ayons besoin de si peu pour poursuivre notre chemin. Nous sommes conditionnés à attendre une instruction, un enseignement, des guides, des maîtres. Et quand on nous dit que nous n'avons besoin de personne, nous ne le croyons pas. Cela nous inquiète, puis nous rend méfiants, et finalement furieux et déçus. Si nous avons besoin d'aide, ce n'est pas de celle des méthodes, mais de celle de l'intensité. Si quelqu'un nous rend conscients du fait que nous devons réduire notre suffisance, alors il s'agit d'une aide véritable. " La force du silence, p.166-167 


De plus, une des étapes sur la voie consistait en :


• "... un jeu meurtrier de l'esprit avec lui-même et une partie de mon moi allait faire son possible pour m'empêcher d'accomplir cette tâche. Cela pouvait impliquer la perte de la raison, la mélancolie ou même la dépression suicidaire. " Histoires de pouvoir, p.23


En effet, au bout de quatre ans d'apprentissage, Carlos mit fin à ses visites à don Juan. 
• " La méthode d'enseignement de don Juan réclamait un effort extraordinaire de la part de l'apprenti, et de fait, le niveau de participation et d'engagement qu'il exigea de moi fut tel que vers la fin de l'année 1965 j'abandonnai mon apprentissage. [...] Les enseignements de don Juan avaient alors commencé à sérieusement miner mon ‘ idée du monde ’. Je veux dire par là que ma certitude sur la vie de tous les jours, que nous partageons tous et que nous considérons comme naturelle, commençait à être sérieusement mise en doute. " Voir p.17


Cependant, trois ans plus tard, Carlos revint rendre visite à don Juan.


• " Je commençai à cette occasion un second cycle d'apprentissage très différent du premier. " Voir p.17


Carlos avait surmonté sa peur, le premier ennemi naturel de l'être engagé sur la voie de la connaissance :


• (Don Juan :) " Lorsqu'un homme commence à apprendre, ses objectifs ne sont jamais clairs. Son dessein est vague, ses intentions imparfaites. Il espère en tirer un bénéfice qui ne se matérialisera jamais, dans son ignorance des difficultés de l'étude. Il commence ensuite lentement à apprendre – par petits fragments d'abord, puis par vastes pans. Bientôt ses pensées se heurtent, ce qu'il apprend n'est pas ce qu'il avait imaginé, cela n'a pas l'aspect qu'il attendait, il prend peur. Le savoir est toujours inattendu. Chaque étape soulève une nouvelle difficulté, et la peur commence à envahir l'homme. " L'herbe du diable et la petite fumée, p.86


• " Don Juan déclara indispensable une certaine légèreté et docilité pour pouvoir résister au choc et à l'étrangeté de la connaissance qu'il enseignait. " Voir, p.17


• (Don Juan :) " La première étape consiste à décider de devenir apprenti. Après avoir changé d'optique sur eux-mêmes et sur le monde, les apprentis franchissent la seconde étape et deviennent des guerriers. " Le feu du dedans, p.33 


Ce qu'il y aurait à retenir de la phase d'apprentissage 
serait donc de surmonter la peur. 
Une fois ce pas franchi, l'apprenti n'hésite plus, s'engage sur la voie et fait confiance à son maître pour que celui-ci le guide. En fait, un apprenti aura deux guides : un sera appelé maître et l'autre, benefactor. Carlos a comme maître don Juan.


• (Don Juan :) " Un apprenti est quelqu'un qui s'efforce de clarifier et de ranimer son lien avec l'esprit. Une fois que le lien revit, il n'est plus un apprenti, mais jusque-là, pour avancer, il a besoin d'une résolution féroce, ce qui, évidemment, lui manque. Alors il permet au nagual de lui procurer la résolution et, pour ce faire, il doit renoncer à son individualité. Voilà la difficulté. [...] Les volontaires ne sont pas bien accueillis dans le monde des sorciers parce qu'ils ont déjà une résolution propre, ce qui leur rend la tâche particulièrement difficile lorsqu'il s'agit de renoncer à leur individualité. " La force du silence, p.57


Durant ses quatre premières années d'apprentissage, Carlos rendit visite régulièrement à don Juan. 


Que s'est-il passé durant cette période? 


Tout d'abord, de très longues marches, en silence, dans les déserts et montagnes du Mexique. Le but avoué de don Juan était la cueillette de ‘ plantes de pouvoir ’ mais en réalité le maître commençait à imposer à son apprenti l'arrêt de son dialogue intérieur.
• (Don Juan :) " L'accès au monde des sorciers s'ouvre lorsque le guerrier a appris à arrêter son dialogue intérieur. Changer notre représentation du monde, voilà le point crucial de la sorcellerie. Et la seule façon d'y parvenir c'est d'interrompre le dialogue intérieur. " Histoires de pouvoir, p.27


• (Don Juan :) " Interrompre le dialogue intérieur est effectivement la clé du monde des sorciers. Les autres activités ne sont que des soutiens; elles ne servent qu'à hâter l'effet de l'interruption du dialogue intérieur. " Histoires de pouvoir, p.313


Ensuite, il y eut les expériences de fumer, de mâcher ou d'ingérer des plantes de pouvoir.
• " L'effet extraordinaire que les plantes psychotropiques avaient produit sur moi m'avait induit en erreur, en me faisant croire que leur utilisation était le trait capital de l'apprentissage. Je m'étais accroché à cette conviction, et ce ne fut que dans les dernières années de mon apprentissage que je découvris que les transformations significatives et les découvertes des sorciers étaient toujours faites dans des états de lucidité. " Histoires de pouvoir, p.319 


• " Sous l'influence de ces psychotropiques, ma perception du monde fut tellement bizarre et impressionnante que j'en étais venu à supposer que ces états constituaient l'unique voie pour communiquer et apprendre ce que don Juan essayait de m'enseigner. Cette supposition était erronée. " Le voyage à Ixtlan, p.7


• " Pourquoi m'avez-vous fait prendre ces plantes de pouvoir autant de fois? " demande Carlos.

(Don Juan) : " C'est parce que tu es bouché. [...] Il y a toutefois d'autres catégories de gens qui n'en ont pas besoin. " Histoires de pouvoir, p.14-15


• (Don Juan :) " Les plantes de pouvoir ont eu sur ton tonal l'effet de le déborder d'information et ont obligé le dialogue intérieur à s'interrompre. Les plantes sont excellentes pour ça, mais très coûteuses. Elles produisent un dommage immense au corps. " Histoires de pouvoir, p.320


Enfin, cette période permit à don Juan d'exposer les fondements de son enseignement. Pour les comprendre, il est impératif de connaître la signification d'un vocabulaire particulier à son monde. 


a) Tonal/Nagual – Totalité de soi-même
b) Point d'assemblage
c) Première, seconde et tierce attention.

b) Tonal/Nagual – Totalité de soi-même
• (Don Juan :) " Chaque être humain a deux côtés, deux entités distinctes, deux parties contraires qui prennent force au moment de la naissance; l'une s'appelle tonal, l'autre, nagual. " Histoires de pouvoir, p.161-162


• (Don Juan :) " Le côté droit, appelé le tonal, comprend tout ce que l'intellect peut concevoir. Le côté gauche, appelé le nagual, est un domaine échappant par nature à toute description, un monde impossible à enfermer dans des mots. " Le don de l'aigle, p.153
À propos du tonal :
• (Don Juan :) " Le tonal, c'est la personne sociale. [...] Tout ce que nous connaissons et tout ce que nous faisons en tant qu'hommes est l'œuvre du tonal. " Histoires de pouvoir, p.163


• (Don Juan :) " Chacun de nous possède son propre tonal, mais il existe aussi un tonal collectif, propre à un moment donné, qu'on peut appeler le tonal de l'époque. " Histoires de pouvoir, p.167


• " Ce que don Juan s'était efforcé de vaincre, ou plutôt de supprimer en moi, ce n'était pas ma raison en tant que capacité de penser rationnellement, mais mon ‘ attention du tonal ’, c'est-à-dire ma conscience du monde du sens commun. " Le second anneau de pouvoir, p.329


À propos du nagual :
• (Don Juan :) " Le nagual est l'indicible. Tous les sentiments possibles, tous les êtres et les personnalités imaginables flottent en lui comme des chalands, paisiblement, immuablement, éternellement. " Histoires de pouvoir, p.357


• (Don Juan :) " C'est le corps, et non la raison, qui peut témoigner des faits du nagual. " Histoires de pouvoir, p.209


À propos du tonal et du nagual :
• (Don Juan :) " Dès notre naissance, nous avons l'intuition des deux parties qui existent en nous. À notre naissance, et pendant un certain temps, nous ne sommes que nagual. Nous sentons intuitivement qu'il nous faut une contrepartie pour fonctionner. Le tonal nous manque, et cela nous donne, dès le début, un sentiment d'incomplétude. Puis le tonal commence à se développer et devient capital pour notre fonctionnement, tellement important qu'il offusque l'éclat du nagual et l'écrase. À partir du moment où nous devenons entièrement tonal, tout ce que nous faisons par la suite est d'accroître cet ancien sentiment d'incomplétude, qui nous accompagne dès la naissance et qui nous dit constamment qu'il nous manque une autre partie pour être complets. " Histoires de pouvoir, p.170


• (Don Juan :) " Nous savons intuitivement que nous avons une deuxième dimension, mais quand nous essayons de la cerner, le tonal prend la direction des choses et, en tant que chef, il se montre très mesquin et jaloux. Il nous éblouit de son astuce, et nous force à oblitérer complètement l'autre composante du couple véritable, le nagual. " Histoires de pouvoir, p.172


• (Don Juan :) " Le tonal doit renoncer au contrôle. Mais il faudrait le lui faire faire de bon gré. [...] Le tonal est forcé de se débarrasser de choses inutiles, telles que la suffisance et le laisser-aller, qui ne font que le plonger dans l'ennui. Le problème c'est que le tonal s'accroche à ces choses-là, alors qu'il devrait se réjouir de se débarrasser de ces conneries. Il s'agit donc de convaincre le tonal d'être libre et fluide. " Histoires de pouvoir, p.208


Cependant :
• (Don Juan :) " Le tonal doit être protégé à tout prix. Il faut lui arracher la suprématie, mais il doit rester en tant que surveillant protégé. " Histoires de pouvoir, p.213


• (Don Juan :) " Il n'est pas possible de parvenir à l'explication des sorciers, si on n'a pas utilisé volontairement le nagual, ou plutôt, si on n'a pas utilisé volontairement le tonal, afin de donner un sens à ses propres actes, dans le nagual. Autrement dit, la représentation du tonal doit prévaloir, si l'on veut se servir du nagual à la manière des sorciers. " Histoires de pouvoir, p.356


• (Don Juan :) " Le tonal de chacun de nous n'est qu'un reflet de cet inconnu indescriptible rempli d'ordre; le nagual de chacun de nous n'est que le reflet de ce vide indescriptible, qui contient tout. " Histoires de pouvoir, p.364 


• (Don Juan :) " Le nagual est séduisant, au-delà de toute expression, et les guerriers qui voyagent en lui trouvent que le retour au tonal, au monde de l'ordre, du bruit et de la souffrance, n'est pas bien attrayant. " Histoires de pouvoir, p.372


• (Don Juan :) " Les deux côtés d'un être humain sont entièrement séparés et il faut beaucoup de discipline et de résolution pour briser ce sceau et passer d'un côté à l'autre. " Le don de l'aigle, p.212


On pourrait résumer en disant qu'une étape importante à franchir est celle qui consiste à prendre conscience de la nature du nagual et du tonal en nous et aussi à reconnaître le rôle de chacun. Tout ceci afin de mettre en œuvre les activités qui nous feront parvenir à la totalité de nous-mêmes.


• (Don Juan :) " Après toute une vie de combat, j'ai appris que ce qui compte n'est pas d'acquérir une description nouvelle, mais de parvenir à la totalité de soi-même. On devrait parvenir au nagual sans dire du mal du tonal et surtout sans nuire à son corps. " Histoires de pouvoir, p.322


• (Don Juan :) " Briser la coquille signifie se souvenir de l'autre moi et parvenir à la totalité de soi-même. " Le don de l'aigle, p.206


• (Don Juan :) " S'il nous faut mourir avec la totalité de nous-mêmes, pourquoi ne pas vivre alors avec elle? " Histoires de pouvoir, p.178

 

TRES IMPORTANT à mes yeux --->>>>> Je conclurais en disant qu'il n'est pas besoin de prendre des produits hallucinogènes ou psychotropes pour parvenir à cela et qu'utiliser ces moyens témoignent d'un "laisser-aller" de la part de la personne qui juge fatiguant de faire des efforts et préfère prendre des raccourcis sans compter qu'elle ne sait pas quelle contribution elle devra payer pour ces "aides"

 

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

– La seule idée d’être détaché de tout me donne des
frissons dans le dos.
– Tu veux plaisanter! Ce qui devrait te donner des
frissons dans le dos c’est de n'avoir pas d’autre perspec-
tive que de faire toute ta vie ce que tu as toujours fait.
Pense à l’homme qui année après année plante du maïs
jusqu'à ce que, trop vieux et trop fatigué pour se lever, il
reste écroulé comme un vieux chien. Sa pensée et ses
sentiments, c’est-à-dire le meilleur de lui-même, errent
sans but parmi la seule chose qu’il ait jamais connue :
planter du maïs. Selon moi, c’est le gaspillage le plus
effrayant qu'il puisse y avoir. (page200-VOIR)

vivre ou exister

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

« Mon benefactor était un sorcier aux grands pou-
voirs, poursuivit-il. Il fut toujours et toujours un guer-
rier. Sa volonté était incontestablement son plus magni-
fique accomplissement. Mais un homme peut aller
encore plus loin que cela, un homme peut apprendre à
voir. Une fois qu'il a appris à voir il n’a plus besoin de
vivre comme un guerrier, ni d’être un sorcier. Le fait
d’avoir appris à voir transforme un homme en tout en
ne devenant rien. Pour ainsi dire, il disparaît et cepen-
dant il est toujours là. Je pourrais dire que c’est le
moment où un homme peut devenir ou avoir tout ce
qu’il veut. Mais il ne désire rien, et au lieu de jouer avec
ses semblables comme s’ils n'étaient que des marionnet-
tes, il les rencontre dans le brouillard de leur folie.
Entre lui et eux la seule différence réside dans le fait
que celui qui voit contrôle sa folie, alors que ses
semblables, les hommes, n’y arrivent pas. Un homme
qui voit ne s’intéresse plus activement à ses semblables.
Voir l’a détaché de tout, absolument de tout ce qu’il
connaissait auparavant.
– La seule idée d’être détaché de tout me donne des
frissons dans le dos.
– Tu veux plaisanter! Ce qui devrait te donner des
frissons dans le dos c’est de n'avoir pas d’autre perspec-
tive que de faire toute ta vie ce que tu as toujours fait.
Pense à l’homme qui année après année plante du maïs
jusqu'à ce que, trop vieux et trop fatigué pour se lever, il
reste écroulé comme un vieux chien. Sa pensée et ses
sentiments, c’est-à-dire le meilleur de lui-même, errent
sans but parmi la seule chose qu’il ait jamais connue :
planter du maïs. Selon moi, c’est le gaspillage le plus
effrayant qu'il puisse y avoir.
« Nous sommes des hommes, et notre lot c'est d'ap-
prendre et d'être projetés dans d'inconcevables nou-
veaux mondes.
– Y a-t-il vraiment pour nous des mondes nouveaux ?
demandai-je.
– Imbécile, nous n’avons rien épuisé, dit-il d’un ton
péremptoire. Voir est réservé aux hommes parfaits.
Tempère donc ton esprit dès maintenant, deviens un
guerrier, apprends à voir, et tu sauras alors qu’il n’y a
pas de fin aux nouveaux mondes de notre vision. »

Page 200 - VOIR

.les gens sont des miracles qui s'ignorent

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

Rédigé par Agnès

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

cette photo et la citation qui l'accompagne résument bien l'enseignement de Don Juan

.

Voir les commentaires

Rédigé par Agnès

Repost 0