Publié le 14 Mars 2019

 

"L'homme bouffi de connaissances indirectes, jamais éprouvées, le gardien fantomatique de la société, le prêtre de l'ignorance universitaire, le policier tyrannique des comportements, n'a qu'une tâche : empêcher que la société ne bascule.

Et la société ne bascule pas par des révolutions : celles-ci ne font, progressivement, qu'aggraver sa tyrannie : une société ne bascule que quand le monde s'écroule, et le monde ne s'écroule que lorsqu'il est "stoppé", que l'homme brise la représentation que ses semblables -lesquels, inévitablement, veulent le rendre semblable- lui ont insufflée depuis sa naissance.

Carlos prend alors conscience de ce que l'état d'homme ordinaire est un état d'inéluctable asservissement. Il le troque contre le monde de la liberté et du Pouvoir, monde irrémédiablement "seul" mais non "solitaire" où la Volonté remplace la raison.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 8 Mars 2019

Une bonne nouvelle : Castaneda, la voie du guerrier de
Bernard Dubant (Auteur) et Michel Marguerie (Auteur) a été réédité le 9 janvier 2019 Essai (Poche)
(ancienne édition : 100 pages, 120 x 180 mm, 130g
Parution : septembre 2009 )
(nouvelle édition : 134 pages, 119 x 178 mm, 140g
Parution : janvier 2019 couverture avec guerrier plus imposant)

Castaneda - la voie du guerrier

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 6 Mars 2019

On me demande "mais quand je veux lire la suite, il n'y a pas de suite"

mais il n'y a pas de suite car ce sont des extraits que je copie dans ce blog et le système overblog met systématiquement "lire la suite" alors qu'il n'y a pas de suite..J'ai déjà mis des textes bien plus longs qui ont tous été pris dans leur totalité.....mais je le répète, c'est le système qui met "lire la suite"...

pour lire la suite, il vous faut acheter ou réouvrir le livre dont je mets à chaque fois le titre et le numéro de page et continuer la lecture...

au bas de mes articles il y a "lire la suite" mais

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 2 Mars 2019

 

Il faisait pratiquer à don Juan ses talents de
comportement féminin dans toutes les villes qu’ils
traversaient. Et don Juan croyait franchement qu’il
lui apprenait à devenir acteur. Mais Belisario insistait
sur le fait: qu’il était en train de lui enseigner l’art du
traqueur.

Il dit à don Juan que traquer était un art
applicable à toute chose, et qu’il .fallait franchir
quatre étapes pour l’apprendre : l’implacabilité, la
ruse, la patience et la gentillesse.

Je me sentis encore une fois obligé d’interrompre
son récit.

« Mais l’art du traqueur ne s’enseigne-t-il pas dans
un état profond de conscience accrue ? demandai-je.

– Bien sûr, répondit-il avec un sourire. Mais tu
dois comprendre que, pour certains hommes, porter
des vêtements de femme, c’est accéder à la
conscience accrue.

En réalité, ce genre de méthode est plus efficace que celui qui consiste à pousser le point d’assemblage, mais très difficile à mettre sur pied. »

Lire la suite

Rédigé par Agnès