Publié le 27 Octobre 2019

Georges Lucas et Castaneda
Merci Franz
"il n y a pas d'émotions, il y a la paix"
« L'expression populaire "Que la Force soit avec toi", la citation la plus répétée de la saga de film Star Wars , n'aurait peut-être jamais existé si son créateur, George Lucas, n'avait pas été un lecteur assidu du travail de Castaneda.
Pendant son adolescence, Lucas avait étudié l'anthropologie au Modesto Junior College en Californie avant de s'inscrire à la School of Cinematographic Arts. Lorsque "The Teachings of Don Juan" est apparu, il est tombé aussi séduit par ce grand texte que par tous les jeunes de sa génération. .
Des années plus tard, lorsqu'il a commencé à concevoir le monde de Star Wars , il a repris de nombreux éléments de l'univers castadénien pour sa saga.
Les dialogues de Maître Yoda et Luke Skywalker sont un écho des réunions de Don Juan et de Castaneda. Quelque chose que Lucas a lui-même reconnu dans de nombreuses interviews et biographies. »

Que le PP soit en toi.

Cela semble effectivement se rapprocher beaucoup de l'enseignement de DJ dans les livres de Castaneda

 

 

Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix :

Cela ne veut pas dire que les Jedi ne doivent pas ressentir d'émotions. Cela signifie qu'ils doivent contrôler leurs émotions afin de ne pas se laisser guider par elles. Un Jedi doit avant tout faire passer la raison avant ses sentiments, ses actes ne doivent pas être guidés par la colère, l'amour ou la frustration, mais toujours être réfléchis.

Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance :

La chance n'existe pas, la façon dont les choses se déroulent dépendent de la façon dont on y est préparé, et qui mieux que les Jedi sont préparés !? L'ordre Jedi prône la connaissance afin que les élèves se préparent à subir toutes sortes d'épreuves. La connaissance est une chose qui peut transformer la défaite en victoire.

Il n'y a pas de passion, il y a la sérénité :

Un Jedi doit toujours tenter de trouver des solutions pacifiques. Aucune vie ne doit être sacrifiée sauf si c'est inévitable. La connaissance et la patience sont souvent les meilleurs moyens d'éviter un combat, la maîtrise de la Force en est un autre.

Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie :

Quoi qu'un Jedi fasse cela doit résulter d'une longue préparation mentale afin de bien se projeter dans l'action dans le but d'être le plus efficace possible. Quand plusieurs Jedi sont engagés dans une même mission ou dans un même combat, ils doivent toujours coopérer. Combattant pour l'autre, le Jedi essaye de trouver le moyen de protéger au mieux chacun des utilisateurs de la Force.

Il n'y a pas de mort, il y a la Force :

Rien ne meurt. Quand un Jedi est blessé ou dans un état tel que l'on peut le dire "mort", il devient une part de l'univers et continue de vivre dans cet état.

https://starwars.fandom.com/fr/wiki/Code_Jedi/L%C3%A9gendes

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 25 Octobre 2019

peut être une prise de conscience ? cela débute toujours ainsi les prises de conscience. On vacille sur nos propres convictions, elles se fissurent et laissent enfin passer la lumière

 

 ​​​​

 

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 25 Octobre 2019

"comment concilier le fait de ne rien dire aux gens pour les laisser libres et l'envie qui te démange de leur dire leur 4 vérités ? "

Je crois que j'ai trouvé

être empathe c'est juste chiant ou comment sortir de ses émotions

voilà voilà
faut dire que c'est chiant de tout ressentir comme cela
faut dire que c'est chiant de sentir le côté obscur des gens
faut dire que c'est chiant de vivre avec les émotions des autres
faut dire que c'est chiant d'être épidermique à ce point
faut dire que c'est chiant de faire semblant de croire ce qu'on entend
faut dire que c'est chiant d'être un empathe

une fois qu'on a compris cela il reste la fameuse question :

"comment concilier le fait de ne rien dire aux gens pour les laisser libres et l'envie qui te démange de leur dire leur 4 vérités ? "

Je crois que j'ai trouvé

 

 

depuis quelques jours une grosse colère est partie
c'est chouette de ne plus être aux émotions soumis

je me sens libre, j'apprends enfin à me taire
pas que je me sentes mieux qu'eux
car je n'ai pas à leur dire ce qu'il faut faire
chacun fait de son mieux
Agnes

être empathe c'est juste chiant ou comment sortir de ses émotions

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 16 Octobre 2019

Si la route que vous suivez ne vous apporte que soucis, chagrin, fatigue ou maladie, ne vous y obstinez pas à tenter de saisir l’insaisissable. Acceptons nos limites, ce qui est d’autant plus facile qu’elles sont en train de reculer vitesse grand V. A demain les miracles, à tantôt l’absolu.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 13 Octobre 2019

La Gorda indique la marche à suivre : "J’ai appris l’intention de voler, dit-elle, en répétant tous les sentiments que j’éprouvais pendant que je volais en rêve."

n'est-il pas prouvé de nos jours que quand on stimule nos sensations on génère quelque chose dans le corps qui lui fait croire qu'il est en train de vivre ce moment-là exactement comme le dit La Gorda. Elle répétait inlassablement tous les sentiments qu'elle avait éprouvé quand elle rêvait qu'elle volait et les reproduisait fidèlement en elle en exerçant l'intention de voler..

Si vous avez su en rêver, vous saurez le faire

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 13 Octobre 2019

Un constat de "l'importance personnelle est homicide" sur les réseaux sociaux

J'ai remarqué l'agressivité des mots sur les réseaux sociaux dans les commentaires sous les publications surtout dans les groupes où chacun émet son opinion selon son petit point de vue. Tout y est exacerbé et monté en épingle.

J'ai remarqué combien il est important pour eux d'en découdre pour avoir le dernier mot et, comme je peux le lire dans la publication "l'importance personnelle est homicide" combien le mental met un point d'honneur à s'en sortir avec toutes sortes de justifications y compris la mauvaise foi.

Avant les gens s'écoutaient parler dans un monologue tourné vers leur personne, à présent, ils s'écoutent écrire mais au monde entier dans un registre pareil à l'identification à leur petite personne.


"l'importance personnelle est homicide" elle tronque le libre flux de l’énergie et cela est fatal. Elle est responsable de notre fin en tant qu’individu mais viendra le jour où elle mettra aussi fin à l’espèce." Castaneda
 
 
 
: Q - Est-ce en raison du caractère inévitable de la violence ?

U.G. : Parce que l'inévitabilité de la guerre est en vous. Les guerres militaires sont le prolongement de ce qui se passe tout le temps en vous. Pourquoi y a-t-il une guerre en vous ? Parce que vous cherchez la paix. L'instrument que vous utilisez pour tenter d'être en paix avec vous-même est la guerre.

Il y a déjà la paix dans l'homme. Vous n'avez pas besoin de chercher. L'organisme vivant fonctionne d'une manière extraordinairement paisible. La recherche de la vérité par l'homme naît de cette même recherche de la paix. Il ne fait que troubler et violer la paix qui existe déjà dans le corps. Il nous reste donc la guerre à l'intérieur de l'homme et la guerre à l'extérieur. C'est une extension de la même chose.

Notre recherche de la paix dans ce monde, fondée sur la guerre, ne conduira qu'à la guerre, à la damnation de l'homme.  - U.G.
 
 
Un constat de "l'importance personnelle est homicide" sur les réseaux sociaux

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 13 Octobre 2019

« L’importance personnelle est homicide ; elle tronque le libre flux de
l’énergie et cela est fatal. Elle est responsable de notre fin en tant
qu’individu mais viendra le jour où elle mettra aussi fin à l’espèce. Quand
un guerrier apprend à la laisser de côté, son esprit se déplie, jubile,
comme un animal sauvage qui se libère de sa cage et retrouve sa liberté.

« L’importance personnelle peut être combattue de diverses manières, mais
il faut d’abord se rendre compte qu’elle existe. Si tu as un défaut et que
tu le reconnais, tu as déjà fait la moitié du chemin !

« D’abord s’en rendre compte ; Prenez un petit post-it et écrivez-y :
‘L’importance personnelle tue’et collez-le là où il sera le plus visible
dans votre maison. Lisez et relisez cette phrase chaque jour, tentez de
vous en souvenir en permanence lorsque vous travaillez, méditez-la. Un
jour, qui sait, viendra le moment où son sens touchera votre intérieur et
vous vous déciderez à changer quelque chose.

S’en rendre compte est d’une
grande aide, parce que la lutte contre le moi génère sa propre violence.

«Ordinairement, l’importance personnelle est alimentée par nos propres
sentiments qui vont de l’envie d’être bien vu et d’être accepté par les
autres jusqu’à l’arrogance ou le sarcasme. Cependant son rayon d’action
favori est la pitié pour soi-même et pour ceux qui nous entourent

.Pour la traquer, nous devons au préalable décortiquer nos sentiments en leurs plus infimes composantes, détectant les sources qui les alimentent.
« Les sentiments se présentent rarement sous une forme pure ; ils se
masquent. Pour les chasser comme des lapins, nous devons procéder avec stratégie , d’autant qu’ils sont rapides et que l’on ne peut raisonner avec eux.

«Nous commençons par les choses les plus évidentes : à quel point je me
prends au sérieux ?… à quoi je suis attaché?… à quoi je consacre mon temps?

Ce sont des choses que nous pouvons commencer à changer, accumulant ainsi l’énergie suffisante pour libérer un petit peu d’attention, ce qui nous permettra de pénétrer plus loin dans l’exercice.

« Par exemple, au lieu de passer des heures à regarder la télé, à aller
faire des courses ou à converser avec nos amis à propos de choses non
transcendantes, nous pourrions réserver une petite partie de ce temps à
récapituler notre histoire, à pratiquer quelques exercices physiques ou à
aller tout seul marcher, déchaussé, sur une pelouse.

Cela semble simple,mais par le biais de ces pratiques notre panorama sensoriel se redimensionne. Nous récupérons quelque chose qui était là depuis toujours mais qu’on nous donnait pour perdu.

« Au départ de ces petits changements, nous pouvons analyser des éléments plus difficiles à détecter dans lesquels notre vanité se projette jusqu’à la démence. Par exemple… quelles sont mes convictions ?…. dois-je me considérer comme immortel ?… suis-je spécial ?… est-ce que je mérite qu’on prête attention à moi ? Ce type d’analyse, qui jette un pavé dans la mare des croyances qui font de nos sentiments cette grande forteresse, doit être entreprise à travers le silence intérieur en estampillant un engagement très fervent avec l’honnêteté. Sinon, le mental s’en sortira avec toutes sortes de justifications. «

Rencontre avec le Nagual

"L’importance personnelle est homicide"

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 12 Octobre 2019

U.G.
Mon enseignement, si c'est le mot que vous voulez utiliser, n'a pas de copyright. Vous êtes libre de le reproduire, de le distribuer, de l'interpréter, de le dénaturer, de le déformer, de déformer? , faites ce que vous plait, même réclamer la paternité, sans mon consentement ou la permission de qui que ce soit.
U.G.
 
pris au hasard dans ce lien et la réponse aurait pu être celle de DJ à Carlos

Q : Est-ce en raison du caractère inévitable de la violence ?

U.G. : Parce que l'inévitabilité de la guerre est en vous. Les guerres militaires sont le prolongement de ce qui se passe tout le temps en vous. Pourquoi y a-t-il une guerre en vous ? Parce que vous cherchez la paix. L'instrument que vous utilisez pour tenter d'être en paix avec vous-même est la guerre.

Il y a déjà la paix dans l'homme. Vous n'avez pas besoin de chercher. L'organisme vivant fonctionne d'une manière extraordinairement paisible. La recherche de la vérité par l'homme naît de cette même recherche de la paix. Il ne fait que troubler et violer la paix qui existe déjà dans le corps. Il nous reste donc la guerre à l'intérieur de l'homme et la guerre à l'extérieur. C'est une extension de la même chose.

Notre recherche de la paix dans ce monde, fondée sur la guerre, ne conduira qu'à la guerre, à la damnation de l'homme.
 

Q -D'où vient ce besoin fondamental d'assumer la maîtrise de soi et du monde ?

U.G. : Sa genèse était dans l'idée religieuse que l'homme est au centre de l'univers. Par exemple, les juifs et les chrétiens croient que tout est créé pour le bien de l'homme. C'est pourquoi l'homme ne fait plus partie de la nature. Il a tout pollué, détruit et tué, tout cela parce qu'il voulait être au centre de l'univers, de toute la création.

 

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 12 Octobre 2019

Elle raconte comment le son du tambour agit sur elle

Bien qu'elle ne parle à aucun moment du déplacement du point d'assemblage, elle explique ce que le son du tambour provoque chez elle, à savoir :

-un tremblement de tout le corps

-l'impression de voir des pattes à la place de ses mains

-la sensation de devenir un loup

-et le cri du loup (enregistré lors d'une séance dans un institut de neurosciences cognitives (10 mn de la vidéo)

Elle explique aussi comment tout cela a été étudié scientifiquement dans cet institut et pendant la transe son cerveau correspondait à 3 groupes contrôle et présent un dédoublement de personnalité violente ainsi qu'un syndrome de personnalité multiple : :

-un cas de dépression grave

-un cas de troubles maniaques

-et le 3ème de schizophrénie

Or ce qui a étonné les scientifiques c'est qu'ils ne pensaient pas qu'un cerveau "sain"; juste par la volonté; puisse provoquer des états aussi pathologiques et en revenir; aussi par la volonté et surtout n'en garder aucune séquelle

Lire la suite

Rédigé par Agnès