Publié le 21 Mai 2020

Don Juan me demanda de lui raconter quelle avait
été la réaction la plus naturelle que j'avais eue dans
les moments d’angoisse, de frustration et de décep-
tion, avant de devenir un apprenti. Il dit que dans son
cas, il avait réagi par la colère. Je lui dis que pour ma
part, je m’étais apitoyé sur mon état.
 
– Bien que tu n’en sois pas conscient, tu as dû te
creuser la tête pour rendre naturel ce sentiment, dit-il.
A présent tu ne peux plus te rappeler l'immense effort
qu'il t'a fallu pour faire de cette compassion un
élément de ton île. La compassion de toi-même témoi-
gnait de tout ce que tu faisais
[...]
– Prends le cas de la compassion, dit-il. Il n'y a pas
moyen de s'en débarrasser pour de bon ; elle a une
place et un caractère définis sur ton île, une façade
déterminée qui est reconnaissable. C’est ainsi qu'à
chaque fois que l'occasion se présente, la compassion
de soi-même agit. Elle a une histoire. Si tu changes donc la façade de cette compassion, tu auras déplacé
sa place prééminente.
 
Je lui demandai d’expliquer le sens de ces méta-
phores, notamment l’idée de changer les façades.
Telles que je la comprenais, elle signifiait peut-être
l'action de jouer plus d’un rôle en même temps.
 
– On change la façade en altérant l’usage des
éléments de l’île, répondit-il. Prends de nouveau la
compassion. Tu n'en avais nullement besoin parce
que, ou bien tu te sentais important et digne de
conditions meilleures ou d'un meilleur traitement, ou
bien tu étais peu disposé à assumer des responsabili-
tés pour les actes qui t’avaient mené à cet état qui
provoquait la pitié, ou bien encore tu étais incapable
d'amener l’idée de l'imminence de ta mort à témoi-
gner de tes actes et à te conseiller.
 
« Effacer l'histoire personnelle et les trois techni-
ques qui l’accompagnent sont pour les sorciers les
moyens de changer la façade des éléments de l’île. En
effaçant ton histoire personnelle, par exemple, tu as
refusé de faire appel à la pitié ; pour la nourrir, tu
devais te sentir important, irresponsable et immortel.
Lorsque ces éléments furent altérés d’une manière ou
d’une autre, tu n'eus plus la possibilité de t’apitoyer
sur toi.
 
histoires de pouvoir - page 317

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 19 Mai 2020

– Écris, écris, m'exhorta don Juan d’un ton ami-
cal. Disons que ta sorcellerie à toi est ce carnet de
notes. Le mettre en pièces serait une autre façon de
t'exposer à la mort. Tu auras un autre accès de colère,
superficiel dans le meilleur des cas, mais ça ne
changera rien. Un guerrier n’abandonne jamais l’île du
tonal. Il l'utilise.
 
Il signala tout ce qui m’entourait d'un mouvement
rapide de la main, puis il toucha mon carnet.
 
– Voilà ton monde. Tu ne peux pas renoncer à lui.
Ça ne sert à rien de se mettre en colère et de se sentir
déçu de soi. Ça ne prouve qu’une chose : que ton tonal
est engagé dans un combat interne ; livrer un combat
à l’intérieur de son propre tonal est une des épreuves
les plus saugrenues que je puisse imaginer. La vie
dure d’un guerrier est destinée à mettre fin à ce
combat.
 
Dès le début je t’ai appris à éviter la détério-
ration. Maintenant il n’y a plus, comme avant, de
luttes à l'intérieur de toi-même, parce que le compor-
tement du guerrier est harmonie ; en premier lieu, il y
a harmonie entre les actions et les décisions ; en
deuxième instance, entre le tonal et le nagual.
 
« Depuis que je te connais, je me suis adressé aussi
bien à ton tonal qu'à ton nagual. Voilà la façon dont il
faudrait mener l’enseignement.
 
« Au début, il faut parler au tonal. Le tonal doit renoncer au contrôle.
 
Mais il faudrait le lui faire faire de bon gré.
Par exemple, ton tonal a renoncé à certains
contrôles sans grand combat, parce qu'il a compris
que, s’il restait tel quel, la totalité de toi-même serait
morte à l’heure actuelle. Autrement dit, le tonal est
forcé de se débarrasser de choses inutiles, telles que la
suffisance et le laisser-aller, qui ne font que le plonger
dans l’ennui. Le problème c’est que le tonal s'accroche
à ces choses-là, alors qu’il devrait se réjouir de se
débarrasser de ces conneries. Il s'agit donc de
convaincre le tonal d’être libre et fluide. C’est un tonal
libre et fort qui est avant tout nécessaire à un sorcier.
Plus le tonal est fort, plus il se dégage de ce qui
l’entrave et se rétrécit facilement.
Histoires de pouvoir - page 209 -
Au début, il faut parler au tonal. Le tonal doit renoncer au contrôle

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 11 Mai 2020

Je copie colle ici une publication de Dovead Walker vue dans le groupe CC en anglais et malgré la traduction faite par fb j'ai aimé
 
AHHH un guerrier apprécie pour l'amour de la folie un bon mot plaisanterie.
Et cela ne signifie pas la compétition
Il n'est pas offensé par les mots.
Les mots créent des sentiments en lui mais pas des émotions. (grande différence). Il peut lire ces sentiments comme un livre et savoir des choses sur les autres
En train de voir,
Parce que les sentiments sont l'énergie entrante et les émotions sont l'importance des hommes / femmes normaux.
Une fois qu'un guerrier est complètement libre de toutes ces émotions, il peut être appelé sans forme. Il n'y a rien à défendre ou à se battre. Il ne se soucie plus d'être compris, loué ou validé par ses semblables.
S ' il a quelque chose à dire il le dit. Le temps que quelqu'un l'entend ou pas n'est pas important.. C ' est égal à crier INTENT dans le désert.
Il sait que l'Esprit est son seul reflet et l'infini est son véritable amour. Il parle à l'Esprit, tu l'entends par hasard.
Les gens ne sont que des êtres inorganiques solidifiés si vous ne l'avez pas déjà compris maintenant, et si vous ne pouvez pas surmonter leur emprise sur vous dans cette réalité, vous n'avez aucune chance dans la prochaine réalité.
Sauf le défi et visitez leur monde, apprenez à manipuler (folie) autour d'eux, aimez écrire des publications ici, mais ne les laissez pas contrôler vos désirs, vos émotions, ou permettez-leur d'être vos mentors ou abonnés.
Ne pensez pas à deux fois à eux ou à leur fausse importance dans votre vie,
ou s'inquiéter de votre importance dans la leur,
ou tu as eu.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 4 Mai 2020

voici une vidéo sur FB (j'espère que vous pourrez ouvrir le lien)

 

j'aime quand il parle de la routine des gens, de leur mode de fonctionnement, de leur manière de penser en mettant le profit et l'argent en tête sans même se rendre compte de l'aberration de leur système qu'ils défendent bec et ongle.

"Tous les jours
, ce même vieux cycle ennuyeux dans lequel ils vivent mais ne profitent de rien car ils doivent alimenter ce système.

Et quand ils prennent leur retraite, s'ils vivent assez longtemps pour la prendre, ils ne peuvent pas vivre avec eux-mêmes, donc ils meurent"

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle" (P. Coelho)

Quand je parlais de "routines" dans la publication d'avant

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 3 Mai 2020

J'ai entendu  qu'après le confinement les gens souhaitaient ne vivre comme avant. Ils se sont rendus compte de la futilité des trucs qu'ils achetaient ou faisaient avant...Peut être que ce virus, en plus de mettre un coup de pied dans la routine et le train-train quotidien souvent mortel aura eu pour effet d'amener un changement de cap
---
 
« Quelles sont mes routines ?

– Tout Ce que tu fais est routine.

– Mais n'en est-il pas de même pour nous tous ?

– Non. Pas pour tout le monde. Je n'accomplis rien
qui soit routine.

– Don Juan, qu'est-ce qui a provoqué cette scène ?
Qu’ai-je fait ou dit pour susciter votre comportement ?

– Tu te faisais du souci pour le déjeuner.

– Je ne vous en ai rien dit, comment le savez-vous ?

– Chaque jour, vers midi et vers six heures du soir
et vers huit heures du matin tu t'inquiètes parce que
pour toi c’est l'heure de manger, même si tu n'as pas
faim, précisa-t-il malicieusement.
« Pour te révéler tes routines il m'a suffi de faire la
sirène. Tu as été entraîné pour faire ton travail à un
signal donné. »

Il me dévisagea comme s’il attendait une question ;
je ne pouvais vraiment pas me défendre.

« Et maintenant, continua-t-il, de la chasse tu fais
une routine. Tu t'es déjà établi dans une habitude de
chasse. Tu parles à certains moments, tu manges à
d’autres, et à une heure précise tu t’endors. »

Ixtlan page 109
 
 
Quelles sont mes routines ?

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 1 Mai 2020

 
Hier j'ai entendu que le Canada avait remplacé "selfie" par "egoportrait" et je trouve que cela est plus réaliste dans cette manie de se photographier partout et de se mettre en lumière en publiant ensuite sur tous les réseaux sociaux du monde le résultat de cette ego-adoration qui peut aller jusqu'à provoquer votre mort.
« L’importance personnelle est homicide ; elle tronque le libre flux de l’énergie et cela est fatal. Elle est responsable de notre fin en tant qu’individu mais viendra le jour où elle mettra aussi fin à l’espèce.
Quand un guerrier apprend à la laisser de côté, son esprit se déplie, jubile, comme un animal sauvage qui se libère de sa cage et retrouve sa liberté.
« L’importance personnelle peut être combattue de diverses manières, mais il faut d’abord se rendre compte qu’elle existe.
"Si tu as un défaut et que tu le reconnais, tu as déjà fait la moitié du chemin !"
rencontre avec le Nagual
"Cette année, Larousse accueille égoportrait, synonyme de « selfie ».
Un egoportrait est un autoportrait photographique que l’on prend généralement avec un téléphone intelligent tenu à bout de bras ou à l’aide d’une perche ou d’une baguette extensible.
— Justin Trudeau, le nouveau premier ministre, adore prendre des egoportraits entouré de ses admirateurs.
— Mon fils a passé les vacances à prendre des egoportraits, puis à les mettre sur sa page Facebook.
— Jules est mort en prenant un egoportrait. Il est tombé du haut d’une falaise!"

Lire la suite

Rédigé par Agnès