Publié le 19 Juin 2021

l'INTENTION (traduit avec deepl. et non google car rien à voir)


L'intention est le corps énergétique. Le corps énergétique tente. L'intention  n'arrive à un Guerrier que pour quelque chose d'abstrait, par exemple, la dissolution de l'Image de soi, le Silence intérieur, la recherche de la liberté totale. Cet avertissement est la soupape de sécurité du voyant qui le protège des erreurs des anciens voyants, et de ce qui les a conduits à leur destin.


Seul l'Esprit peut déplacer le point d'accrochage. Un guerrier apprend simplement à le permettre.
Lorsque le guerrier se concentre sur la masse de l'intention - la perception totale, la source de sa conscience empruntée - en étant conscient de son existence, et la commande de manière détachée, il est l'intention.


Les nouveaux voyants apprennent d'abord à contrôler la folie (traquer le point de fixation) ; ce n'est qu'ensuite qu'ils peuvent tenter directement le mouvement de leur propre point de fixation.
Les Nouveaux Sages n'ont pas de dialogue interne. Au lieu de cela, ils manipulent intentionnellement l'intention de manière indépendante en se répétant des commandes sobres. Ces commandements sobres existent dans le Silence.
L'intention commence par un moment crucial de silence. Un voyant laisse ce moment de silence s'étendre en longueur et en profondeur. Le point d'encastrement change en conséquence lorsque le guerrier entre dans le silence intérieur.


L'intention est une conviction du corps.

 

NETTOYAGE DU LIEN AVEC L'INTENTION 
Un guerrier commence par un lien avec l'Intention inutile qui ne répond pas à sa volonté.
Il doit alors commencer par nettoyer son lien avec l'Intention. Ce nettoyage se fait en centrant le point d'attachement dans le lieu sans compassion, le lieu de la sobriété, du regard sobre.
Il est implacable. Être implacable est le meilleur et le seul outil d'un voyant.
Lorsque le lien avec l'Intention est clair, le guerrier apprend à la manipuler ou à la tenter.
Cependant, il y a un paradoxe. L'étape la plus importante de la connexion avec l'Intention est celle où le guerrier annule finalement son ego et accepte les désignations de l'Intention elle-même. Ce n'est qu'alors qu'il a une chance d'atteindre la liberté. Par conséquent, un guerrier est toujours attentif à la direction de l'Esprit.

 

 

LA TENTATIVE ACTIVE LE CORPS ÉNERGÉTIQUE.

L'intention n'est pas une pensée, une idée ou même une décision. C'est l'action. C'est ce qu'il fait. Il déplace le point d'attachement.


L'intention inflexible peut également être appelée but inflexible, et qu'est-ce qu'un but sans la réalisation de ce but.


L'Intention elle-même est comme un rayon lumineux ou un faisceau d'énergie qui vient de l'Univers et le transfigure. Il prend possession d'une personne. Il peut être manipulé, une fois que l'on en est conscient. L'intention  est conscient de lui-même et peut répondre aux commandes.
Lorsqu'un guerrier fait une tentative, il met le corps énergétique en mouvement. Le corps énergétique entre en jeu lorsqu'on lui donne un but.


Un guerrier réveille son corps énergétique ; il dort, rêve le corps physique et le monde quotidien. Il énonce son objectif à haute voix, directement ou secrètement.


L'intention  d'éveiller les autres doit se faire de manière secrète. Lorsque le guerrier se concentre sur la masse de l'intention - la perception totale, la source de sa conscience empruntée - en étant conscient de son existence, et la commande de manière détachée, il est l'intention.
Lorsque le guerrier se concentre sur la masse de l'intention - la perception totale, la source de sa conscience empruntée - en étant conscient de son existence, et la commande de manière détachée, il est l'intention.


Les nouveaux voyants apprennent d'abord à contrôler la folie (traquer le point de fixation) ; ce n'est qu'ensuite qu'ils peuvent tenter directement le mouvement de leur propre point de fixation.
Les Nouveaux Sages n'ont pas de dialogue interne. Au lieu de cela, ils manipulent intentionnellement l'intention de manière indépendante en se répétant des commandes sobres. Ces commandements sobres existent dans le Silence.


L'intention commence par un moment crucial de silence. Un voyant laisse ce moment de silence s'étendre en longueur et en profondeur. Le point d'encastrement change en conséquence lorsque le guerrier entre dans le silence intérieur.


L'intention est une conviction du corps.

 

NETTOYAGE DU LIEN AVEC L'INTENTION 


Un guerrier commence par un lien avec l'Intention inutile qui ne répond pas à sa volonté.
Il doit alors commencer par nettoyer son lien avec l'Intention. Ce nettoyage se fait en centrant le point d'attachement dans le lieu sans compassion, le lieu de la sobriété, du regard sobre.
Il est implacable. Être implacable est le meilleur et le seul outil d'un devin.
Lorsque le lien avec l'Intention est clair, le guerrier apprend à la manipuler ou à la tenter.
Cependant, il y a un paradoxe. L'étape la plus importante de la connexion avec l'Intention est celle où le guerrier annule finalement son ego et accepte les désignations de l'Intention elle-même. Ce n'est qu'alors qu'il a une chance d'atteindre la liberté. Par conséquent, un guerrier est toujours attentif à la direction de l'Esprit.
 

LA TENTATIVE ACTIVE LE CORPS ÉNERGÉTIQUE.

La Tentative n'est pas une pensée, une idée ou même une décision. C'est l'action. C'est ce qu'il fait. Il déplace le point d'attachement.
L'intention inflexible peut également être appelée but inflexible, et qu'est-ce qu'un but sans la réalisation de ce but.
L'Intention elle-même est comme un rayon lumineux ou un faisceau d'énergie qui vient de l'Univers et le transfigure. Il prend possession d'une personne. Il peut être manipulé, une fois que l'on en est conscient. L'Intent est conscient de lui-même et peut répondre aux commandes.
Lorsqu'un guerrier fait une tentative, il met le corps énergétique en mouvement. Le corps énergétique entre en jeu lorsqu'on lui donne un but.
Un guerrier réveille son corps énergétique ; il dort, rêve le corps physique et le monde quotidien. Il énonce son objectif à haute voix, directement ou secrètement.
La tentative d'éveiller les autres doit se faire de manière secrète. L'idée maîtresse du guerrier doit être cachée afin que la déclaration de l'objectif contourne la conscience quotidienne et aille directement à la seconde attention, le corps 

Ensuite, le guerrier qui traque impitoyablement le point d'adéquation contraint astucieusement, en le traquant, le point d'adéquation de l'autre personne à se déplacer là où il a secrètement déclaré qu'il devait aller. Il fournit un contexte favorable à ce mouvement, ainsi que le silence intérieur et la sobriété nécessaires, en sortant la personne de ses circonstances habituelles.

INTENTION DOMINANTE


Un guerrier établit une relation étroite avec son propre corps énergétique. Le corps énergétique est là pour qu'il l'utilise s'il peut apprendre à se réduire au néant.
Un Guerrier demande le mouvement de son Point de Serpent à son corps énergétique et à la Masse de Tentative, la Perception Totale. Il passe par le corps énergétique, qui est directement relié à la Masse d'Attempt. Il commande la force, mais sans arrogance, et de manière indépendante.
Ce n'est jamais pensé rationnellement. C'est un acte de magie diamétralement opposé à la raison, et il est facilité par le fait d'agir contre la raison, en ne faisant pas.
L'intention est appelée. Ce qui compte, ce n'est pas la force avec laquelle on appelle l'intention, mais la force avec laquelle on l'appelle.
L'appel d'un guerrier à son corps énergétique est plein de puissance et établit un pont entre lui et le corps énergétique. Il fait appel à l'Intention dans un état d'isolement. Il est préférable de le faire dans une pièce calme et faiblement éclairée. Le mot "Tentative" est l'appel à la Tentative, et c'est une décision finale et un acte de pouvoir. En appelant, le guerrier ressent avec son corps la certitude de ce qui est prévu.
Un guerrier sait que le corps énergétique fait ce qui est prévu, sans qu'il y pense, sans effort. Il laisse simplement le corps énergétique le faire.
Vous êtes impeccable et déclarez votre intention. Le reste arrive. Que le résultat ne soit pas de votre ressort. Libérez votre intention, votre effort, puis oubliez-le.
Lorsque l'Esprit répond, le Point d'adaptation se déplace.
Cependant, l'Esprit ne veut être utilisé que pour ce qu'il indique vouloir être utilisé. Il indique par des signes sa volonté d'être utilisé. Son intention est la liberté. Un corps d'énergie conduit un guerrier, en dépit de lui-même et de ses propres désirs, vers la Liberté. L'Esprit montre au Guerrier où il fait des erreurs, montre ses défauts, qui sont son chemin vers le Pouvoir, vers la Liberté, vers l'Esprit. L'Esprit utilise des poussées impitoyables, dures et coercitives.

INTENTION INFLEXIBLE 
La méthode préférée des nouveaux voyants pour déplacer le point d'ancrage est l'intention inflexible.
L'intention inflexible renforce les décisions finales du guerrier. Sa décision finale immuable propulse son PA dans une nouvelle position, qui génère à son tour une INTENTION INFLEXIBLE.
L'Intention inflexible n'a rien à opposer. La décision finale élimine tout cela.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 19 Juin 2021

Cela me fait penser aux dernières pages de 'histoires de pouvoir" quand Genaro et DJ expliquent à CC et à Pablito avant le grand saut, ce qu'est l'amour d'un guerrier pour la terre et comment celle-ci lui répond.
"– On ne peut se libérer de sa tristesse que si on
aime cette terre d'une passion inébranlable, dit don
Juan. Un guerrier est toujours heureux parce que son
amour est inaltérable et que sa bien-aimée, la terre,
l’embrasse et lui octroie des cadeaux inestimables. La
tristesse n'appartient qu’à ceux qui détestent ce qui
les abrite.
Don Juan caressa de nouveau la terre avec ten-
dresse.
– Cette chose merveilleuse, qui vit jusque dans ses
derniers replis et qui comprend chaque sentiment,
m'a apaisé et m’a guéri de mes souffrances et, lorsque
j'ai enfin réussi à comprendre l'amour que je ressen-
tais pour elle, elle m’a appris la liberté."
Lynn Hickox a découvert le Badlands Guardian en utilisant le programme Google Earth. Bien que cette zone soit une caractéristique géologique complètement naturelle du sud-ouest de l'Alberta, au Canada, on ne peut s'empêcher de remarquer la ressemblance frappante d'une tête humaine portant sa coiffe amérindienne complète. Certains ont également affirmé que le personnage semblait porter des écouteurs, ce qui n'est rien de plus qu'une route menant à un puits de pétrole. Même si cette zone est une formation naturelle, il est étonnamment ironique de voir ces formations de badlands arides ressembler à la forme entièrement détaillée du même peuple autochtone qui vivait sur ces terres.
Lynn Hickox a découvert le Badlands Guardian en utilisant le programme Google Earth.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 15 Juin 2021

"COMMENT ÉTEINDRE MON DIALOGUE INTERNE
Il m'a fallu 46 ans de pratique, sans mantra, sans s'asseoir les jambes croisées ni utiliser d'accessoires. Je voulais juste couper le robinet à tout moment et où que je sois, que je sois au milieu de la nature et de la beauté, ou au centre de New York.
parce que c'était ma compréhension de la voie des sorciers, pas de rituels, pas d'accessoires, pas de différence de lieu. Un guerrier devait être assez fluide pour entrer dans le Nagual au pied levé, et surtout dans n'importe quelle situation dangereuse. Si la seule façon d'entrer dans le Nagual est de ne pas y penser, alors il vaut mieux être préparé sans ses perles mahla, ses bols chantants, ses vêtements blancs et son bel environnement.
Donc, quelques astuces que j'utilise à bord
1. se concentrer sur le bourdonnement dans les oreilles, il est toujours là contrairement à la concentration sur la respiration qui est une fluctuation, en haut et en bas, et en dedans et en dehors, une dualité que je trouve difficile à centrer.
Je mets cet extrait de Dovead Walkear car je l'ai appliqué  l'exercice numéro 1 qui consiste à se concentrer sur le petit bourdonnement dans les oreilles qui n'est pas pour moi des acouphènes.
Parce que j'avais une question qui me turlupinait "Pourquoi j'arrive pas à "rêver", à aller dans le corps de rêve ?
Hier, je me suis rappelé cet exercice que préconisait DW pour arrêter son dialogue interne, et, en me concentrant sur ce bourdonnement d'oreilles, j'ai arrêté mon dialogue intérieur. Plus aucune pensée, rien. J'étais simplement en paix.
Il m'a semblé être restée très longtemps dans cet état mais, après être revenue doucement à moi, je me sentais comme si je venais de me réveiller alors que je ne m'étais pas endormie. Cette sensation de ne pas arriver à me réveiller complètement a duré quelques longues minutes. Je n'avais toujours pas de pensées ni de bavardage intérieur.
En plus je me sentais bien, détendue. J'ai regardé l'heure : une vingtaine de minutes s'était écoulée dans le silence le plus total.
Peut-on parler d'attention seconde ? d'autant plus que DJ dit clairement que le silence intérieur est cumulatif, c'est à dire qu'il s'accumule pour arriver à atteindre le seuil voulu, propre à chaque personne.
 
En tout cas pour moi, cette technique semble me convenir mieux que les autres et du coup cela m'incite à poursuivre sur ce chemin-là en suivant la manière de procéder de "ATTENDRE LE SILENCE INTÉRIEUR OU EXERCER L ' INTERIEUR", toujours à l'écoute de ce bourdonnement d'oreilles intérieur, 
Après je suis consciente qu'il faut que je sois régulière dans cette pratique pour parvenir à obtenir ce qui correspond à mon seuil. Puis des questions j'en ai comme "est ce que l'attention seconde est une façon d'entrer dans le nagual ?"
ce que disait DW "Un guerrier devait être assez fluide pour entrer dans le Nagual au pied levé, et surtout dans n'importe quelle situation dangereuse. Si la seule façon d'entrer dans le Nagual est de ne pas y penser, alors il vaut mieux être préparé sans ses perles mahla, ses bols chantants, ses vêtements blancs et son bel environnement."
ATTENDRE LE SILENCE INTÉRIEUR OU EXERCER L ' INTERIEUR
′′ Après avoir réussi à arrêter le dialogue interne, l'apprenti a accès à d'autres niveaux de conscience, pas avant ".
′′ Le silence intérieur est atteint deuxième à deuxième, il est cumulatif, jusqu'à ce qu'un certain seuil soit atteint où l'inertie mène automatiquement le pratiquant et de cette position tout est possible ".
Le silence interne n'est pas quelque chose que l'on obtient vite, on doit observer son esprit pendant la journée, pour essayer de la garder silencieuse.
Pour beaucoup, cela semble inconcevable, quelque chose de très difficile à réaliser.
Mais je vous le dis, au début, la meilleure méthode est de consacrer quelques minutes par jour à détendre le corps et essayer de faire taire l'esprit.
Au début c'est compliqué, car nous ne savons simplement pas que c'est le silence interne, car nous ne nous souvenons même pas de l'avoir vécu, mais ils le faisaient déjà quand ils étaient enfants, comme ils l'ont sûrement déjà rêvé, mais ils ne se souviennent
En train de consacrer quelques minutes quotidiennes, en peu de temps, ils réussiront à avoir des espaces de silence entre pensée et pensée, à partir de là, ils l'ont déjà ! Vous l'avez rencontré !
Il suffit de continuer pour augmenter les espaces, qui seront peu à peu plus grands, jusqu'à ce qu'ils maîtrisent et maîtrisent ce nouvel état, à base de VOLONTÉ.
Quand vous pourrez déjà tenir le silence un peu, vous économiseriez déjà de l'énergie, qui gaspillaient auparavant mentalement, en parlant avec vous-mêmes sans arrêt.
C ' est le moment pour vous d'expérimenter sur ce nouvel état.
Ne restez pas seul à pratiquer chez vous.
Expérimentez, faites-le les yeux fermés, les yeux ouverts, sortez dans la rue, allez dans les bois, regardez un coucher de soleil tout en faisant taire l'esprit ou simplement emmenez-le à la vie quotidienne, faites n'importe quelle activité ou marche dans la rue, se laissant emporter par votre silence et regardez juste le moment présent.
Expérimentez, vous commencerez à voir un monde nouveau et découvrirez de nouvelles choses que vous n'avez jamais vues.
Ils réaliseront à peu près qu'ils ne sont pas leur esprit.
Le monde tel qu'il est, il n'y a que la pensée, l'esprit, rappelez-vous toujours, que le prédateur nous a donné son esprit pour nous faire croire son jeu.
Le silence mental est une condition indispensable pour suivre le chemin de la connaissance, c'est la première étape vers déplacer le point de dentelle, pour rêver, et maîtriser la tentative.

"En train de consacrer quelques minutes quotidiennes, en peu de temps, ils réussiront à avoir des espaces de silence entre pensée et pensée, à partir de là, ils l'ont déjà ! Vous l'avez rencontré !

Il suffit de continuer pour augmenter les espaces, qui seront peu à peu plus grands, jusqu'à ce qu'ils maîtrisent et maîtrisent ce nouvel état, à base de VOLONTÉ."
Cet extrait me fait penser à ça du coup, ce passage où DJ parle d'un mortier "Il faut un point de rupture pour que puisse s'installer le silence intérieur. Ce point de rupture ressemble à du mortier qu'un maçon met entre les briques. On doit attendre qu'il durcisse pour que les briques séparées s'unissent en une structure".

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 11 Juin 2021

page 67 -
"« Rester divisé est le lot de notre condition humaine,
admit-elle. Cependant, notre division n'est pas entre l'esprit
et le corps, mais entre le corps, qui héberge l'esprit ou le
soi, et le double, qui est le réceptacle de notre énergie fondamentale. »
Elle expliqua qu’avant la naissance la dualité imposée à
l’homme n'existe pas, mais qu'à partir de la naissance les
deux parties sont séparées par la force de l'intention de l'espèce humaine. Une partie se tourne vers l’extérieur et
devient le corps physique; l'autre vers l’intérieur et devient
le double. À la mort, la partie la plus lourde, le corps,
retourne à la terre pour être absorbée par elle, et la partie
légère, le double, devient libre. Malheureusement, comme
le double n'a jamais été mené à la perfection, il n’expérimente la liberté que pendant un instant, avant d’être éparpillé dans l'univers.
« Si nous mourons sans effacer notre faux dualisme du
corps et de l’esprit, nous mourons d'une mort ordinaire,
dit-elle.
- Comment pouvons-nous mourir autrement ? »
Clara me fixa avec un sourcil levé. Plutôt que de répondre
à ma question, elle me révéla sur le ton de la confidence que
nous mourons parce que la possibilité de nous transformer
ne nous est pas concevable. Elle souligna que cette transformation doit être accomplie pendant la durée de notre
vie, et que l'achèvement de cette tâche est le seul but que
puisse avoir un être humain. Toutes les autres réalisations
sont transitoires, puisque la mort les transforme en néant."

page 68 - premier exercice

"Clara affirma que chaque procédé qu'elle allait m’apprendre, chaque tâche qu’elle me dirait d’accomplir, aussi ordinaires qu'ils puissent paraître, était un pas en direction du but ultime de l'art de la liberté : le vol abstrait.
« Ce que je vais te montrer d’abord, ce sont de simples
mouvements à effectuer quotidiennement, poursuivit-elle.
Considère-les toujours comme une partie essentielle de ta vie.
«D'abord, je vais te montrer une respiration qui est
restée secrète pendant des générations. Cette respiration reflète les forces duelles de création et de destruction, de lumière et d’obscurité, d'être et de non-être. »
Elle me dit de sortir de la grotte puis, en me manipulant
doucement, me fit m'asseoir, le dos arrondi, les genoux
ramenés à la poitrine aussi haut que possible. En gardant les pieds au sol, je devais encercler mes mollets avec les bras et croiser fermement les mains devant les genoux ou, si je voulais, je pouvais agripper chaque coude. Elle poussa doucement ma tête en avant jusqu'à ce que mon menton touche ma poitrine.
Je devais tendre les muscles de mes bras pour empêcher mes genoux de s'écarter. Ma poitrine et mon ventre étaient contractés. Ma nuque craqua lorsque je rentrai le menton.
« C'est une respiration puissante, dit-elle. Elle peut t’épuiser ou t’endormir. Si c’est le cas, rentre à la maison quand tu te réveilleras. À propos, cette grotte est juste derrière la maison. Suis le sentier, et tu seras arrivée en deux minutes. »
Clara m'enjoignit de prendre des inspirations courtes et
légères. Je lui répondis que sa requête était redondante,
puisque c'était la seule manière dont je pouvais respirer
dans cette position. Elle dit que, même si je relâchais seulement en partie la pression de mes bras, ma respiration redeviendrait normale. Mais ce n'était pas ce qu'elle voulait. Elle voulait que je poursuive ces respirations saccadées pendant au moins dix minutes.
Je demeurai dans cette position peut-être une demi-heure, en respirant légèrement comme elle me l’avait indiqué.
Quand les crampes initiales dans l'estomac et les jambes eurent disparu, les respirations semblèrent adoucir mes viscères et les dissoudre. Puis, après un temps atrocement long, Clara me donna une impulsion qui me fit rouler sur le dos, sans toutefois me laisser relâcher la pression de mes bras. Je me sentis soulagée un moment lorsque mon dos toucha le sol, mais ma poitrine et mon ventre ne se détendirent que lorsqu'elle m'ordonna de dénouer mes mains
et d'allonger les jambes. La seule façon de décrire ce que je ressentis serait de dire que quelque chose en moi avait été déverrouillé par cette respiration, avait été également dissous ou libéré. Comme l'avait prédit Clara, je me sentis si étourdie que je rampai à l'intérieur de la grotte et tombai endormie.
Je dormis sans doute au moins deux heures dans la
grotte ; et à en juger par ma position au réveil, je n'avais pas bougé d'un muscle. Je pensai que c'était probablement parce qu'il n'y avait pas de place dans la grotte pour se retourner ou bouger dans le sommeil, mais peut-être aussi en avait-il été ainsi parce que j'étais tellement détendue que je n'avais pas besoin de bouger.
Je rentrai à la maison, suivant les directives de Clara. Elle était dans le patio, assise dans un fauteuil en rotin. J’eus l'impression qu'une autre femme était assise auprès d’elle et s’était éclipsée dès qu'elle m'avait entendue arriver.
«Ah, tu parais beaucoup plus détendue maintenant, dit
Clara. Cette respiration et cette posture font pour nous des merveilles. »
Clara affirma que, si cette respiration était pratiquée
régulièrement, avec calme et détermination, elle rééquilibrait graduellement notre énergie interne.
Avant que je puisse dire combien je me sentais revigorée,
elle me demanda de m'asseoir parce qu'elle voulait me
montrer une autre manœuvre corporelle cruciale pour effacer notre faux dualisme."

page 70 - 2ème exercice

"Elle me demanda de m’asseoir, le dos droit et les yeux légèrement baissés, contemplant le bout de mon nez.
« Cette respiration devrait être effectuée sans contrainte
vestimentaire, poursuivit-t-elle. Mais, plutôt que de te faire
mettre nue dans le patio en plein jour, nous ferons une
exception. D’abord, tu inspires profondément, emmagasinant l’air comme si tu respirais à travers ton vagin. Rentre
ton estomac et amène l’air le long de ta colonne vertébrale,
au-delà des reins, à un point entre tes omoplates. Retiens
l’air là un moment, puis élève-le encore par-dessus ta tête
jusqu’au point entre les sourcils. »
Après avoir gardé l’air un moment à ce niveau, je devais
expirer par le nez, en guidant mentalement le souffle sur le
devant de mon corps, d’abord jusqu'au point en dessous du
nombril, puis à mon vagin, où le cycle avait commencé.
Je commençai à pratiquer l'exercice de respiration.
Clara posa sa main à la base de ma colonne vertébrale, puis
traça une ligne en montant le long de mon dos, au-dessus
de ma tête, et pressa doucement le point entre mes sourcils.
« Essaie d’amener ta respiration ici, dit-elle. Tu gardes les
yeux entrouverts pour pouvoir te concentrer sur le bout de
ton nez quand tu fais circuler l’air le long de ta colonne
vertébrale et au-dessus de ta tête jusqu’à ce point; et
aussi pour pouvoir utiliser ton regard afin de guider l'air
sur le devant de ton corps, de le ramener à tes organes
sexuels. »
Clara dit que cette circulation de la respiration crée un
bouclier impénétrable empêchant les influences corruptrices extérieures de transpercer le champ énergétique du
corps; il empêche également l’énergie vitale intérieure de
s'échapper à l’extérieur. Elle insista sur le fait que l’inspiration et l’expiration devaient être inaudibles, et que l’exercice de respiration pouvait être effectué que l'on soit
debout, assise ou allongée, quoiqu’il vaille mieux au début
le faire assise sur un coussin ou une chaise.
« Maintenant, dit-elle, en rapprochant sa chaise de la
mienne, parlons de ce que nous avons commencé à aborder
ce matin : la récapitulation. »"

page 89

"Comme je l’en pressais désespérément, elle expliqua que
ce vol inimaginable était symbolisé par le mouvement du
côté droit du front au gauche, mais que cela signifiait en
réalité amener notre partie éthérique, notre double, dans
notre conscience quotidienne. Elle poursuivit :
« Comme je te l'ai déjà expliqué, le dualisme corps-esprit
est une fausse dichotomie. La vraie division a lieu entre le
corps physique, qui loge l'esprit, et le corps éthérique, ou le
double, qui loge notre énergie. Le vol abstrait se produit
quand nous amenons notre double à influencer notre vie
quotidienne. En d'autres termes, au moment où notre corps
physique devient totalement conscient de sa contrepartie
éthérique énergétique, nous avons franchi le pas dans l’abstrait, un monde de conscience complètement différent.
- Si cela signifie que je dois d'abord changer, je doute
sérieusement de jamais pouvoir effectuer ce passage, dis-je.
Tout semble si profondément enraciné en moi que je me
sens fixée à vie. »
Clara versa de l’eau dans sa tasse, posa le pichet de céramique et me regarda en face.
« Il y a un moyen de changer. Et maintenant, tu y es plongée jusqu'au cou; cela s'appelle la récapitulation. »
Elle m’assura qu’une récapitulation profonde et complète nous permet d’être conscients de ce que nous voulons
changer, en nous faisant voir sans illusion notre vie. Cette
vision nous donne un moment de pause où nous pouvons
choisir d’accepter notre comportement habituel ou de le
changer en formant l’intention de nous en débarrasser,
avant qu’il ne nous piège complètement."

page 150

"Elle se plaça à un endroit où le sol était régulier et se tint
pieds joints, les bras le long du corps.
« Clara, attends. Je suis sûre de ne pas avoir assez d'énergie pour voir ce dont tu parles, parce que je ne peux même
pas le comprendre intellectuellement.
- Le comprendre intellectuellement est sans importance.
Contente-toi d’observer attentivement, j'ai peut-être assez
de pouvoir pour que nous ayons toutes les deux l'intention
de mon double. »
Du mouvement le plus agile que je lui aie jamais vu effectuer, elle amena ses bras au-dessus de sa tête, ses paumes
jointes en geste de prière. Puis elle se cambra en arrière,
formant un bel arc avec ses bras étendus derrière elle,
presque jusqu'au sol. Elle donna à son corps un petit élan
latéral vers la gauche, de sorte qu’instantanément elle finit
courbée en avant, touchant presque le sol. Avant que je sois
restée bouche bée de surprise, elle était revenue d'un petit
coup latéral à la première position, son corps gracieusement arqué en arrière.
Elle pivota d’arrière en avant deux autres fois, comme pour
me donner une chance de voir ses mouvements inconcevablement rapides et gracieux, ou peut-être d'apercevoir son
double. A un moment, je la vis comme une forme floue, exactement comme si elle était une photographie grandeur nature
en surimpression. Une fraction de seconde, il y eut deux Clara
bougeant, l’une un millième de seconde derrière l’autre.
Ce que je voyais me plongeait dans la plus grande perplexité. En y réfléchissant, je pouvais l’expliquer comme
une illusion d'optique créée par la rapidité de son mouvement. Mais au niveau physique, je savais que mes yeux
avaient vu une chose inconcevable; j'avais eu assez d'énergie pour suspendre ce à quoi s'attendait mon bon sens et
laisser pénétrer une autre possibilité.
Clara cessa ses exquises acrobaties et vint près de moi,
pas même essoufflée. Elle expliqua que cette passe de sorcellerie permet au corps de s’unir à son double dans le
monde du non-être, dont l'entrée plane au-dessus de la tête,
légèrement en arrière.
« En nous courbant en arrière, les bras étendus, nous
créons un pont, dit Clara. Et puisque le corps et le double
sont comme les deux extrémités d'un arc-en-ciel, nous pouvons former l’intention qu’ils se rejoignent.
- Y a-t-il un moment spécifique où je devrais pratiquer
cette passe? demandai-je.
- C'est une passe du crépuscule. Mais, pour la faire, il
faut avoir énormément d’énergie et être extrêmement
calme. Le crépuscule t’aide à devenir calme et te donne
un surcroît d'énergie. C'est pourquoi la fin du jour est le
meilleur moment pour la pratiquer.
- Devrais-je l'essayer maintenant ? »
Comme elle me regardait d'un air de doute, je lui assurai
que j'avais fait beaucoup de gymnastique quand j'étais
enfant et que j'avais très envie de l’essayer.
« La question n’est pas de savoir si tu as fait ou non beaucoup de gymnastique quand tu étais enfant, mais de
connaître ton degré de calme maintenant », répondit Clara.
J'étais parfaitement calme, affirmai-je. Clara eut un rire
sceptique, mais me dit d’essayer si je voulais. Elle veillerait
sur moi pour assurer que je ne me casse rien en me courbant avec trop de force.
Je me plantai bien d'aplomb sur le sol, pliai les genoux et
commençai lentement à exécuter mon plus beau pont.
Mais, passé un certain point, je perdis l’équilibre et tombai
lourdement par terre.
« Tu es à cent mille lieues d’être calme, conclut aimablement Clara en m’aidant à me relever. Qu'est-ce qui te
tracasse, Taisha ? »"

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 7 Juin 2021

Je suis un homme rouge.
Si le Grand Esprit avait voulu que je sois un homme blanc,
il m'aurait fait ainsi, en premier lieu.
Il a mis dans vos coeurs certains souhaits , certains plans,
et dans mon coeur il a mis d'autres désirs différents.
Chaque homme est bon à ses yeux.
Il n'est pas nécessaire pour l'aigle de devenir corbeau.
Pour vous les blancs nous sommes pauvres dans la matière
... mais nous sommes libres dans l'esprit !
Aucun homme blanc contrôle nos pensées.
S'il faut mourir ... nous mourons
Pour défendre nos droits et notre liberté...
" Sitting Bull Hunkpapa Lakota
 
 
pas besoin d'être un homme rouge pour apprécier la beauté de ce texte
"Il a mis dans vos coeurs certains souhaits , certains plans,
et dans mon coeur il a mis d'autres désirs différents.
Chaque homme est bon à ses yeux.
Il n'est pas nécessaire pour l'aigle de devenir corbeau. "
 
Les désirs, les plans et les souhaits sont en chacun de nous.
 
Qui prétend alors ceci : "chercher à favoriser les désirs c'est pas guerrier, la liberté c'est zéro désir" ?
 
DJ utilisait Silvio Manuel pour manipuler l'intention. L'intention est ce qui fait le monde :
 
"– Le Nagual enseignait que l’intention est pré-
sente partout, s’écria la Gorda tout à coup.
 
– Qu’est-ce que cela signifie ? demandai-je.
 
– Je ne sais pas. Je ne fais qu’exprimer des choses
qui me viennent à l’esprit, Le Nagual disait aussi que
l’intention est ce qui fait le monde."
 
"Dans sa vie, le Nagual avait appris l’intention de centaines
de choses. Mais Silvio Manuel était allé à la source
elle-même. Il l’avait captée. Il n’avait pas eu besoin
d’apprendre l’intention. Le problème, c’est qu’il
n’avait plus de désirs, parce que l’intention n’a au-
cun désir par elle-même, si bien qu’il devait compter
sur le Nagual pour la volition. Et d’autres termes,
Silvio Manuel pouvait faire tout ce que le Nagual dé-
sirait. Le Nagual orientait l’intention de Silvio Ma-
nuel. Mais comme le Nagual n’avait pas de désirs lui
non plus, la plupart du temps ils ne faisaient rien du
tout." Page 207 - L'INTENTION - Le don de l'Aigle
Quelle est votre opinion sur Carlos Castaneda, était-il un homme de pouvoir ou une personne ordinaire ?
Il a manipulé notre énergie, il a déplacé nos points d'assemblage.
Il a déplacé mon point d'assemblage à plusieurs reprises, pour moi c’était la preuve de son pouvoir personnel. Mais je le remercie surtout de m'avoir donné une direction.
Carlos était contre les miracles. Faire des miracles aurait corroboré notre croyance et nous aurait transformé en entités dogmatiques d'un nouvel enseignement.
Au contraire, il a brisé nos stéréotypes mentaux afin de rejeter toutes nos croyances, en les détruisant, et il n'a jamais tiré profit du vide qui en résultait pour imposer ses interprétations du monde. Il a insisté pour que nous recherchions notre propre vision.
Il a répété des milliers de fois : « Ne croyez à rien ! Faites-le, allez vérifier ! Tout ce que je fais c’est vous inviter à agir afin que vous puissiez confirmer certaines des propositions des sorciers par votre propre expérience. »
À une occasion, tout en observant la façon dont la plupart de ses disciples se consacraient aux enseignements, je lui dis : « Nagual, c’est en train de devenir l’église sacrée castanédienne. »
Il a parut contrarié et a répondu : « Tous les ‘ismes’ sont identiques et viennent de l'esprit du flyer.
Ne pas soit pas stupide au point de convertir un enseignement qui propose la liberté en un autre dogme ! »
Voulez-vous dire que les propositions de Castaneda devraient seulement être prises dans le sens pratique ?
Exactement ! Les propositions du nagual ne devraient être prises que dans un sens pratique ; cependant, nous sommes obligés d'interpréter, nous ne pouvons pas l'éviter.
L’objectif est que nous ne prenions pas les enseignements comme des dogmes mais comme des unités effectives qui nous orientent vers la vérification.
Je me souviens qu’une fois, nous avons parlé de la manière dont l'interprétation filtre tout ce que nous faisons
Je lui ai demandé pourquoi nous portions cette imposition sociale avec nous, même en des moments aussi intimes que le rêve ou le voyage avec les plantes de pouvoir.
Il m’a répondu : « C’est parce que c'est le commandement de l'Aigle que nous transmettions nos expériences. Pour transmettre, il est nécessaire d'interpréter ; sinon cela anéantirait tout le système de l’enseignement. Ne le vois pas comme une malédiction, l'interprétation est un cadeau pour interagir et communiquer. »
Ainsi, nous devons nous rendre compte que, en plus de notre interprétation, nous avons la capacité de choisir, choisir de croire et de vérifier.
Telles sont les deux étapes : d'abord, un acte volontaire, suivi d’une corroboration expérimentale. Et s’il vous reste assez de force, essayez le chemin des sorciers. Ainsi, vous vous permettrez de suivre ce que vous avez choisi de croire comme un acte de folie contrôlée.
Pourquoi l'Intention nous serait-elle donnée si c'était pour ne pas l'utiliser ?
Ca me fait penser à ces chrétiens ultra qui disent qu'il n'est pas bon d'avoir du plaisir, de faire les choses qui rendent heureux, que dieu va les punir pour ne pas vivre une vie austère faite de privation.
Ce que l'aigle demande c'est de vivre avec un maximum d'intensité afin de lui restituer une trame de nos expériences ici-bas. Se flageller et vivre sans désir n'est sûrement pas ce que veux l'aigle car dans ces cas là, vous lui remettriez un ersatz de vos vies bien maigre et ca m'étonnerait qu'il puisse en tirer un quelconque intérêt.
Ce qu'il veut (désire car lui aussi à ses exigences) c'est une vie pleine, pleine à ras bord comme dirait DJ, une vie riche, complète, remplie où tout a été exploré, visité, savouré.
Vivre l'intensité du moment présent et le retransmettre pratiquement en direct et en conscience à l'aigle est ce qu'il y a de plus jouissif.
Alors pourquoi faire comme ces adeptes de techniques et de croyances de ces religions extrêmes qui se flagellent à longueur de temps ? ou s'infligent des tortures croyant ainsi plaire à leur dieu ? Pour combattre son ego il y a d'autres moyens il me semble, des moyens dignes d'un guerrier et non d'un mage noir qui à travers des techniques austères ne fait que flatter son ego spirituel.
et la dernière page de Ixtlan qui montre bien que "Les désirs, les plans et les souhaits sont en chacun de nous."
« C'est de cette impression que parle Genaro,
commenta don Juan. Pour être sorcier un homme doit
être passionné. Un homme passionné a des attaches
terrestres et des choses qui lui sont chères, à tout le
moins le sentier qu’il suit.
« C’est précisément ce que Genaro t’a raconté avec
son histoire. Genaro a abandonné sa passion à Ixtlan,
sa maison, son peuple, toutes les choses auxquelles il
tenait. Et maintenant il vagabonde dans ses senti-
ments. Parfois, comme il le dit, il atteint presque
Ixtlan. Nous partageons tous cette impression. Pour
Genaro, c'est Ixtlan. Pour toi, ce sera Los Angeles.
Pour moi... »
Je ne voulais pas que don Juan me parle de lui et comme s'il avait lu ma pensée, il s’arrêta.
Don Genaro soupira et paraphrasa le premier vers du poème.
« Je partis. Et les oiseaux restèrent, chantant. »
Pendant un instant je ressentis une vague d’agonie
et une solitude indescriptible qui nous recouvrit tous
trois. Je regardai don Genaro et je sus qu'étant un
homme passionné, il devait avoir eu des attaches
sentimentales avec quantité de choses auxquelles il
tenait, et qu’il avait laissées derrière lui. J’eus l'im-
pression très nette qu’à ce moment le souvenir deve-
nait si intense que don Genaro était sur le point de
pleurer."
page 340
Voilà un magnifique extrait dans son dernier alinéa du livre que je relis actuellement. Il y est question de "ne pas faire" et de l'anneau de pouvoir et de cette capacité du guerrier de ne pas se soucier ni de se choquer d'être lui-même utilisé et accaparé. Comme le guerrier s'empare et se sert de tout ce qu'il désire, le fait d'être utilisé et accaparé ne le choque pas plus que cela. Tout est égal, rien n'est important. Tout comme être accompagné ou totalement seul, cela lui est égal aussi.
« Ça, c’est ton monde, déclara-t-il en montrant
l'active rue principale de l'autre côté de la fenêtre. Tu
es un homme de ce monde-là. Et dehors, dans ce
monde, il y a ton terrain de chasse. Il n'existe aucun
moyen d'échapper au faire de notre monde, donc un
guerrier change son monde en son terrain de chasse.
En tant que chasseur, un guerrier sait que le monde
est fait pour servir. Par conséquent il en fait usage
jusqu’à la moindre miette.
Un guerrier est comme un pirate qui n’a aucun scrupule à s'emparer et à se servir de tout ce qu'il désire, à la différence près que le guerrier ne se soucie ni ne se choque d'être lui-même utilisé et accaparé. »
Ixtlan - page 275 - l'anneau de pouvoir

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 7 Juin 2021

après Ixtlan et selon ma routine, je continue la lecture des livres dans l'ordre et j'ai ouvert "Histoire de pouvoir". Cette publication tombe pile poil avec ce qui est dans le livre de CC, notamment ce que DJ dit de ce qui semble être un papillon qui poursuit CC et qui est, en fait, un allié.
J'aime bien relire les livres et voir que des passages entiers qui ne me parlaient pas les autres fois semblent m'apporter des compréhensions nouvelles, une autre grille de lecture en quelque sorte.
"Heureusement ce n'est pas la raison qui
construit l'allié. C’est le corps. Tu as perçu l'allié à
plusieurs degrés et en plusieurs occasions. Chacune de
ces perceptions était conservée dans ton corps. La
somme de tous ces éléments constitue l’allié. Je ne
connais pas d'autre façon de te le décrire.
Je dis qu’il m'était impossible de concevoir mon
corps comme pouvant agir indépendamment, comme
une entité séparée de la raison.
– Il n'est pas séparé de la raison, mais c'est nous
qui l’avons fait ainsi, dit-il. Notre raison est mesquine
et elle est toujours brouillée avec le corps. Ce n'est
qu’une façon de parler, évidemment, mais la victoire
d’un homme de connaissance est de les avoir réunis
tous les deux. Puisque tu n'es pas un homme de
connaissance, ton corps fait des choses que ta raison
ne peut pas comprendre. L'allié en est une. "
page 115 - Histoire de pouvoir
 
voici la publication extraite de cette page fb https://www.facebook.com/ComprometidosConelInfinito/posts/1122364361469219
 
 

Lire la suite

Rédigé par Agnès