Publié le 22 Juin 2020

"Je racontais tout à Don Juan, en insistant sur le côté négatif de l'apparente réussite de ma mission. Il écarta mes objections d'un haussement d'épaules.

D'après lui, ce que je ressentais n'était que complaisance envers moi-même et apitoiement sur mon sort.

Pour pouvoir prendre congé et remercier, réellement et durablement, les sorciers devaient faire peau neuve.

"Elimine immédiatement cette tendance à t'apitoyer sur toi-même et cette idée qui te faire croire que tu souffres, me demanda t-il. Que subsiste-t'il d'irréductible dans ta mémoire ?"

Il ne restait que le sentiment de leur avoir fait mon ultime cadeau. Non dans le but de renouer des relations ou de faire du mal à qui que ce soit, y compris à moi-même, mais dans la juste disposition d'esprit que Don Juan s'était efforcé de m'indiquer -celle du guerrier-voyageur- dont la seule vertu, m'avait-il dit, était de garder vivant le souvenir de tout ce qui l'avait affecté, et dont la seule manière de remercier et de prendre congé se résumait à cet acte magique : préserver en lui, dans le silence, tout ce qu'il avait aimé."

page 178 - le Voyage définitif

Dire merci

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 22 Juin 2020

page 190 - le voyage définitif

"Les sorciers croient que lorsque nous récapitulons notre vie, tous les rebuts, comme je te l'ai dit, remontent à la surface. Nous prenons alors conscience de nos incohérences et de nos schémas répétitifs, mais quelque chose en nous oppose une farouche résistance à cette récapitulation. D'après eux, la route ne peut être dégagée qu'après un gigantesque bouleversement : l'apparition sur l'écran de notre mémoire d'un évènement qui ébranle nos fondations par sa terrifiante précision dans les détails.

Cet évènement, qui nous ramène à l'époque où il s'est réellement produit, était appelé par les sorciers l' "Ouvreur", car à partir de là, chaque évènement que nous évoquons est réellement revécu et non simplement remémoré."

l'ouvreur

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 18 Juin 2020

′′ Pourquoi est-ce que tu t'inquiètes tant d'accumuler des richesses plutôt que d'expériences ? Est-ce que les plumes du quetzal valent plus que leur propre chant ? Est-ce qu'on charge de l'or quand on n'a plus de souffle et qu'on doit faire l'étape suivante

Chroniques du Mictlan. Les contes du vent du Sud.

Image de : Dracko Velasco illustration.

https://www.facebook.com/ComprometidosConelInfinito/photos/a.531192407253087/1134440326928289/?type=3&theater

Est-ce qu'on charge de l'or quand on n'a plus de souffle et qu'on doit faire l'étape suivante

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 17 Juin 2020

traduction google

L ' œuvre de Castaneda a eu plus d'écho dans d'autres pays qui, libres de ces préjugés, ont pris les enseignements de Don Juan avec plus de respect et d'intérêt.

L ' anthropologie est celle qui a le plus nié toute valeur dans l'œuvre de Castaneda, essentiellement parce que c'est une science du colonisateur qui essaie de connaître et d'expliquer aux ′′ autres ′′ d'un point de vue implicite de supériorité.

L ' œuvre de Castaneda n'est ni anthropologique ni littéraire, mais elle nous révèle une autre forme de connaissances que les peuples méso-américains ont développé.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 8 Juin 2020



 
Le sujet des êtres cycliques a été abordé durant tous les séminaires de Tenségrité auxquels j’ai participé. Au début, le terme "êtres cycliques" n’était attribué qu’à Tracy Kramer et Bruce Wagner, qui faisaient partie du petit groupe de Toltec Artists et qui se déplaçaient à la plupart des séminaires avec les sorcières. Récemment, au séminaire du Colorado (Avril 1995), une explication plus détaillée de la cyclicité fut donnée par Carol Tiggs, la femme nagual.

Carol Tiggs expliqua que chacun d’entre nous est relié à un vaste nombre d’autres êtres par un collier ou filament énergétique. Tous les individus qui partagent le même filament sont cycliques. Ces filaments d’êtres reliés entre eux sont comme des "colliers de perles chinois." Chaque chapelet de perles représente un collier différent d’êtres énergétiques reliés dans la cyclicité.

La cyclicité est l’explication sorcière des souvenirs et des sentiments incongrus que beaucoup d’entre nous perçoivent comme des expériences de vie antérieure. Dans la sorcellerie il n’y a pas de passé – il n’y a que de l’énergie. La croyance en la réincarnation selon laquelle nous revenons encore et encore en tant qu’âme ou conscience, dans de nouveaux corps, n’a pas été confirmée par leur voir. Ce à quoi nous avons affaire ce sont nos quasi-souvenirs d’autres êtres cycliques, auxquels nous sommes énergétiquement reliés par notre filament. Non seulement il est possible de partager des souvenirs avec nos êtres cycliques, mais les rêveurs se réveillent aussi parfois dans les corps d’autres êtres appartenant au même filament.

Carol Tiggs raconta l’histoire d’une expérience récurrente qu’elle et le nagual Carlos Castaneda ont vécu en rêvant ensemble. Ils se sont retrouvés dans un autre monde où Carol avait un mari et un enfant. Cependant, bien qu'ils la reconnaissent, elle ne les reconnaissait pas – excepté après plusieurs rencontres dans cette position de rêve. Son explication était qu’elle avait momentanément remplacé un des autres êtres de son "filament de cyclicité." Le mari et la fille voyaient le visage de la femme qu’ils connaissaient – mais Carol Tiggs était à sa place. L’homme, dans cet autre monde, reconnut Carlos comme quelqu’un de "petit" qu’il connaissait.

La femme nagual dit qu’elle et Carlos Castaneda étaient sur le même filament. Lorsque le nagual Juan Matus la "vit" la première fois à Mexico, il fut intransigeant avec Carlos, il ne devait pas la laisser partir. "Attrape-la par la jambe si tu peux !" dit-il. Non seulement elle était une femme nagual avec quatre sections lumineuses, mais en plus elle était aussi l’être cyclique de Carlos car elle partageait avec lui le même filament. Cela les rendait énergétiquement compatibles – bien que cela ne fut pas le cas au début au niveau du tempérament. 

Carol Tiggs dit que ceux d’entre nous qui participaient au séminaire étaient, en réalité, représentatifs de beaucoup de différents filaments d’êtres cycliques, et que ce que nous expérimentions là avait des effets considérables. D’autres membres de nos filaments allaient se retrouver à penser des choses qu’ils n’avaient jamais pensé auparavant. Si ils entendaient le nom de Carol Tiggs, ou de Taïsha Abelar, ou le mot Tenségrité, cela pourrait leur sembler familier. Peut-être allaient-ils se mettre à lire un des livres de Carlos ou des autres, et cela pourrait leur sembler familier. "Nous sommes des êtres cycliques," dit Carol.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 7 Juin 2020

j'aime comprendre aussi mais malheureusement, pas de DJ à l'horizon..Juste l'espoir qu'en économisant l'énergie, la compréhension arrivera - mais j'ai besoin de comprendre parce que j'ai besoin de dépasser quelque chose
---
je parcours ce blog
"Ces livres eux-mêmes sont des pièges pour notre attention seconde. Certains peuvent y entrer et y découvrir leur chemin qui a du coeur. D’autres succomberont au premier anneau de pouvoir et à leur propre fixité.
Ceux-là détesteront ou aduleront Castaneda. Ces deux états, répulsion ou adulation, les écartent de la voie des hommes de Connaissance. Un chemin de retour vers Soi qui est âpre, sans concession. Comme en Amour, c’est un chemin qui ne supporte pas la tiédeur mais qui nous demande une extrême modération. Une voie pour des guerriers impeccables, qui nous demande tout sans aucune promesse de retour sur investissement.
Maintenant, à vous de Voir si ce chemin a du Coeur pour vous. Soit vous succombez à la voix des experts (même en para-science) : “ceci est la vérité puisque je l’ai dit … et que j’ai fait X années d’études à/avec XXX, nomaiho !”. Soit vous lisez, relisez, re re re re lisez ce témoignage entre ICI (notre quotidien) et ICI (un quotidien non-ordinaire) et vous vous en inspirez pour tracer, comprendre et agir sur VOTRE CHEMIN QUI A UN COEUR. - https://projet-lapasserelle.com/carlos-castaneda-chamanisme-tolteque/"
 
"La conscience accrue n’est qu’un état intermédiaire.
Il y a, au-delà, infiniment plus, et tu t’y es trouvé très souvent, très souvent. En ce moment précis, tu ne peux t’en souvenir, même si ta vie en dépend. ”
Il avait raison. Je ne savais pas du tout de quoi il
parlait. J’implorais une explication.
“ L’explication vient, dit-il. C’est un lent pro-
cessus, mais nous y arriverons. Il est lent parce
que je suis exactement comme toi : j’aime com-
prendre. Je suis le contraire de mon benefactor, qui
n’était pas enclin à expliquer. Pour lui, seule l’ac-
tion existait. Il nous mettait carrément aux prises
avec des problèmes incompréhensibles et nous
laissait les résoudre tout seul. Certains d’entre
nous ne résolurent jamais rien vraiment, et nous
nous trouvâmes, à la fin, embarqués à peu près
dans la même galère que les anciens voyants : rien
que de l’action, et pas de vraie connaissance."
 
le feu du dedans - page 89 - la lueur de la conscience

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 6 Juin 2020

respirer par le nez quand la bulle monte (avec la musique qui va avec)
expirer par la bouche quand la bulle descend (avec la tonalité qui change)
ce qui permet de faire cette respiration les yeux fermés
si vous désirer le faire en tant que récapitulation chamanique pensez à balayer la "scène" lors :
-de la montée (tête allant de droite à gauche) afin de vous permettre de récupérer vos énergies
-de la descente (tête de gauche à droite) afin de rendre à l'autre ce qui lui appartient

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 6 Juin 2020

Entre lecteurs de CC, appeler l'Aigle "Aigle" semble plus simple pour la compréhension. Mais voici que DJ dit que l'on peut trouver un nouveau mot pour le désigner, un mot plus approprié.
 
Aigle qui nous dévore ou dieu qui nous châtie il y a comme un relent religieux derrière cela.
 
"– Regarde ce que certains voyants nous ont
infligé. Nous sommes paralysés par leur vision
d’un Aigle qui règne sur nous et nous dévore au
moment de notre mort. »
Il me dit que cette version traduisait un laisser-
aller manifeste et que, personnellement, il n’ap-
préciait pas l’idée d’une entité qui nous dévore. A
son avis, il serait plus exact de parler de l’exis-
tence d’une force qui exerce une attraction sur
notre conscience, d’une façon assez semblable à
celle d’un aimant attirant des pailles de fer. Au
moment de la mort, tout notre être se désintègre
sous l’attraction de cette force immense.
Il trouvait grotesque qu’un tel événement soit
interprété par l’image de l’Aigle en train de nous
dévorer, parce que cette interprétation transforme un acte indicible en un fait aussi banal que celui de
manger.
“ Je suis un homme très ordinaire, dis-je. La
description d’un Aigle qui nous dévore a produit
un très gros. effet sur moi.
– L’effet véritable ne peut être mesuré avant
que tu ne le voies toi-même, dit-il. Mais tu dois te
souvenir que nous gardons nos défauts même
après que nous sommes devenus des voyants.
 
"C’est pourquoi, quand tu verras cette force, il est très
possible que tu sois d’accord avec les voyants
négligents qui l’appelèrent l’Aigle, comme ce fut
mon cas. Mais il se peut également que tu ne le
sois pas. Peut être résisteras-tu à la tentation d’im-
puter des attributs humains à ce qui est incom-
préhensible et créeras-tu pour le désigner un mot
nouveau, un mot plus approprié. ”
 
le feu du dedans - page 74
 
PS/ “ C’est Genaro qui devrait être ici pour te par-
ler de l’Aigle, dit-il, bien que les versions qu’il en
donne soient trop irrévérencieuses. Il pense que
les voyants qui ont baptisé cette force du nom
d’Aigle ne pouvaient être que très stupides ou
extrêmement farceurs, parce que. les aigles ne
pondent pas que des œufs, ils pondent aussi des
crottes. ” 😂😂😂
rien n'empêche d'appeler l'aigle autrement

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 4 Juin 2020

C'est donc notre nagual qui prend les décisions indépendamment de notre compréhension.
Donc nous ne faisons rien d'autre comme dit DJ de reconnaître que notre prétendue décision a déjà été établie indépendamment de notre compréhension.
Donc notre nagual pose une option sur une décision avant même que n'arrive la situation de choisir et de prendre l'option ou pas
 
Je pense qu'il en est de même pour nos "actes". On pose une action parfois en état "second" et on la retrouve dans le futur qui nous attend.
 
"– Qu’est-ce qui se serait passé si j’avais choisi de
rester à Los Angeles ? demandai-je.

– C'était impossible, dit-il. Ce choix n’existait pas.

Tout ce qu'on exigeait de toi, c'était de permettre à
ton tonal de prendre conscience de la décision concer-
nant le monde des sorciers.

Le tonal ne sait pas que les décisions relèvent du nagual.

Quand nous prenons une décision, nous ne faisons rien d'autre que de reconnaître que le cadre de notre prétendue décision a été établi indépendamment de notre compréhension, et tout ce que nous faisons c’est d'acquiescer."
Histoires de pouvoir - page 327 - la stratégie d'un sorcier
C'est donc notre nagual qui prend les décisions indépendamment de notre compréhension.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 3 Juin 2020

 

Les halos autour du soleil ou de la lune ne sont pas rares, mais celui-ci est vraiment spécial. Merci à Martin Male, qui l'a capturé à Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest, Canada.

une photo qui me fait penser au point d'assemblage de la terre même si ce n'est que le halo autour du soleil.

 j'ai simplement extrapolé en me disant que finalement, cela pouvait ressembler au PA de la terre s'il devait se présenter ainsi vu qu'il semble avoir cette apparence dans notre oeuf comme le suggèrent les écrits de CC.

de plus je me d
emande même, mais là je pousse le bouchon un peu loin, si le PA ne serait pas cet "oeil" que les sociétés secrètes semblent mettre en évidence, même s'ils font peut être référence à la glande pinéale.

en décortiquant le corps humain, ils ont trouvé une glande qui supposerait représenter un oeil (le 3ème oeil?) mais ils cherchaient peut être à retrouver dans le corps humain quelque chose qui leur avait apparu dans leur "vision". Or le PA n'est pas dans notre corps organique.

Donc je me demande vraiment si le PA avait été "vu" par les anciens voyants égyptiens et qu'ils avaient élaboré tout un protocole et rituel autour de cette découverte mais tout en pensant que cet oeil se trouvait dans le corps humain...

une photo qui me fait penser au point d'assemblage de la terre même si ce n'est que le halo autour du soleil.

Lire la suite

Rédigé par Agnès