Publié le 21 Décembre 2018

« Nous croyons que lorsque les nations respectent les droits de leurs voisins et défendent les intérêts de leurs peuples, elles peuvent mieux travailler ensemble pour s’assurer des bienfaits de la sécurité, de la prospérité et de la paix. Chacun d’entre nous ici aujourd’hui est le représentant d’une culture distincte, d’une histoire riche et d’un peuple lié par une mémoire, une tradition et des valeurs qui font de nos patries des endroits comme nulle part ailleurs sur terre. C’est pourquoi l’Amérique choisira toujours l’indépendance et la coopération à la place de la gouvernance mondiale, du contrôle et de la domination. Je respecte le droit de chaque nation dans cette salle de suivre ses propres coutumes, croyances et traditions. Les Etats-Unis ne vous diront pas comment vivre ou prier. Nous vous demandons seulement de respecter notre souveraineté en échange. » 

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 16 Novembre 2018

très intéressant...elle explique la méthode de Castaneda sans le savoir...à la minute 20 environ : "la meilleure manière d'y mettre un terme est d'affamer ce virus astral qui s'est autonomisé en cessant de le nourrir et de l'alimenter et comment faire cela ? en sortant de la loi de prédation et de vampirisme énergétique généralisée qui régit toutes les sphères d'échange : professionnelle, inter personnelle, familiale, amicale, amoureuse car tout est sous l'origine de cette loi de prédation"

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 13 Octobre 2018

il meurt lentement celui qui devient esclave de l'habitude

 La seule idée d’être détaché de tout me donne des
frissons dans le dos.
– Tu veux plaisanter! Ce qui devrait te donner des
frissons dans le dos c’est de n'avoir pas d’autre perspec-
tive que de faire toute ta vie ce que tu as toujours fait.
Pense à l’homme qui année après année plante du maïs
jusqu'à ce que, trop vieux et trop fatigué pour se lever, il
reste écroulé comme un vieux chien. Sa pensée et ses
sentiments, c’est-à-dire le meilleur de lui-même, errent
sans but parmi la seule chose qu’il ait jamais connue :
planter du maïs. Selon moi, c’est le gaspillage le plus
effrayant qu'il puisse y avoir. (page200-VOIR)

il meurt lentement celui qui devient esclave de l'habitude

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 1 Octobre 2018

 

Ils trouvèrent des hommes doubles à plusieurs reprises, mais ils étaient si bien nantis, si affairés, si productifs et si satisfaits de leur sort qu’entrer en contact avec eux aurait été vain. Ils n’avaient pas envie de découvrir un but dans la vie : ils croyaient en avoir déjà trouvé un.

extrait page 304 - le don de l'aigle - hommes doubles

Lire la suite

Rédigé par Agnès