Publié le 29 Novembre 2020

mais en allant plus loin, n'est-ce pas ceux qu'on appelle complotistes qui ne veulent pas que la société change ?
 
"tu vois quand on poste des trucs de complotistes je me demande si parfois je ne participe pas à maintenir cette société comme elle est finalement.
j'ai conscience que par mes publications j'essaie aussi de maintenir une société qui est pourrie et que je vomis celle qu'on nous promet
on veut que le monde change mais on ne veut rien lâcher de ce qu'on connaît.
Sebastian évoque dans un livre de CC (je ne sais plus lequel) que les naguals étaient souvent des serviteurs zélés du système
alors qu'est ce qui me "talonne" ainsi ? est ce l'esprit comme je le crois où les planeurs ?
C'est beaucoup plus complexe que ça....
Une même découverte "complotiste" peut être source de prise de conscience ou nourriture pour planeur. Tout dépend de la manière dont le lecteur reçoit le message.
C'est celui qui lit qui va faire ce choix. Pas celui qui publie
Une chose est sûre c'est que sans publication, zéro prise de conscience
n'est-ce pas ceux qu'on appelle complotistes qui ne veulent pas que la société change ?

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 28 Novembre 2020

Ce texte au vu ce qui se passe de nos jours et comment certains s'accrochent à une société corrompue mais qui leur offre le sentiment de sécurité ?
"L'homme bouffi de connaissances indirectes, jamais éprouvées, le gardien fantomatique de la société, le prêtre de l'ignorance universitaire, le policier tyrannique des comportements, n'a qu'une tâche : empêcher que la société ne bascule.
Et la société ne bascule pas par des révolutions : celles-ci ne font, progressivement, qu'aggraver sa tyrannie : une société ne bascule que quand le monde s'écroule, et le monde ne s'écroule que lorsqu'il est "stoppé", que l'homme brise la représentation que ses semblables -lesquels, inévitablement, veulent le rendre semblable- lui ont insufflée depuis sa naissance.
Carlos prend alors conscience de ce que l'état d'homme ordinaire est un état d'inéluctable asservissement. Il le troque contre le monde de la liberté et du Pouvoir, monde irrémédiablement "seul" mais non "solitaire" où la Volonté remplace la raison."
"La voie du guerrier - page 10 - introduction"
la voie du guerrier - introduction - Bernard Dubant

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 24 Novembre 2020

l'époque que nous vivons
 
A ceux qui me disent par mp "mais que vas tu faire ? il te faut partir loin des villes car ça va devenir de plus en plus malsain" je réponds que je fais confiance à mon pouvoir personnel
D'autres me parlent de notre souveraineté, d'autonomie, on cultive sa parcelle, on troque Mais en hiver, que cultiver et où aller quand on n'a pas été élevé avec cette philosophie de vie ?. Tout cela se prévoit et se prépare longtemps à l'avance et là la fenêtre semble se refermer.
Je vois passer aussi une publication venant des Ummites dont voici le lien avec la traduction en français (si cela vous intéresse) qui vous enjoint à partir à quitter le boulot etc.... faire des provisions etc https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10224986326227972&set=p.10224986326227972&type=3
Personnellement, je suis là où l'esprit m'a mise et à chaque fois que j'ai voulu bouger j'ai toujours eu des obstacles. Alors oui personne ne me dicte ce que je dois faire sauf mon pouvoir personnel
et quand on me demande ce qu'est ce pouvoir personnel, je leur sors cet extrait de CC parce que moi aussi je ne prévois rien ni ne planifie rien à l'avance mais je sais que le moment venu, je saurais quoi faire
"Don Juan disait que les guerriers appellent ce phénomène « pouvoir ».
Ainsi, lorsqu’ils parlent d’avoir du pouvoir personnel, ils font référence à l’intention venant à eux volontairement.
Le résultat, me disait-il, peut- être décrit comme la capa cité à trouver de nouvelles solutions, ou la capacité d’influer sur les gens ou les évènements.
C’est comme si d’autres possibilités, auparavant resté es inconnues du guerrier, devenaient soudainement apparentes.
De cette manière, un guerrier impeccable ne planifie jamais rien à l’avance, mais ses actions sont si décisives qu’il semble que le guerrier ait calculé en amont chaque facette de son activité.
L'époque que nous vivons

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 18 Novembre 2020

Le silence intérieur et le point d'assemblage:
 
" Une fois que l’on est parvenu au silence, tout est possible ”, dit-il.
Je lui -dis que j’étais très conscient du fait que j’avais cessé de me parler à moi-même, mais que je ne savais pas comment je m’y étais pris.
 
“ L’expliquer est la simplicité même, dit-il. Tu l’as voulu et tu as par conséquent institué une nouvelle intention, un nouveau commandement.
 
“ C’est là une des découvertes les plus extraordinaires des nouveaux voyants : le fait que notre commandement puisse devenir le commandement de l’Aigle. Le dialogue intérieur s’interrompt comme il commence : par un acte de volonté. Après tout, ce sont ceux qui nous enseignent qui nous forcent à nous parler à nous-mêmes. En nous enseignant, ils engagent leur vouloir et nous engageons le nôtre,sans le savoir ni l’un ni l’autre. En apprenant à nous parler. à nous-mêmes, nous apprenons à manier le vouloir. Nous nous imposons par le vouloir de nous parler à nous-mêmes. Pour cesser de nous parler à nous-mêmes, il faut employer la même méthode exactement : nous devons le vouloir, nous devons en avoir l’intention. ”
 
Je lui demandai de qui il parlait lorsqu’il disait qu’il y avait des personnes qui nous enseignaient à nous parler à nous-mêmes.
 
“ Je parlais de ce qui arrive aux êtres humains lorsqu’ils sont enfants, répondit-il, une époque où tout le monde autour d’eux leur apprend à répéter un dialogue sans fin sur eux-mêmes. Le dialogue s’intériorise, et cette seule force maintient le point d’assemblage fixé. ”
 
Il me dit que les voyants voient que les enfants n’ont pas, au début, de point d’assemblage fixe. Leurs émanations intérieures se trouvent dans un état de grande agitation et leur point d’assemblage se déplace partout, au sein de la bande humaine, leur permettant de se concentrer avec force sur des émanations qui seront plus tard entièrement négligées. Puis, à mesure qu’ils grandissent, les adultes qui les entourent, grâce au pouvoir considérable qu’ils exercent sur les enfants, contraignent le point d’assemblage de ces derniers à plus de stabilité, par le truchement d’un dialogue intérieur de plus en plus complexe. Le dialogue intérieur est un processus qui consolide constamment la position du point d’assemblage, parce que cette position est arbitraire et nécessite un renfort régulier.
 
“ En réalité, beaucoup d’enfants voient, poursuivit-il. La plupart de ceux qui voient sont considérés comme des excentriques et toutes les mesures sont prises pour les corriger, pour leur faire renorcer la position de leur point d’assemblage.
 
– Mais ne pourrait-on pas encourager les enfants à garder leur point d’assemblage plus fluide ?
 
– Seulement s’ils vivent parmi les nouveaux voyants, dit-il. Autrement, ils seraient pris au piège,
dans le labyrinthe du côté silencieux de l’homme. Et, crois-moi, cela est pire que de tomber sous les griffes de la rationalité. ”

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 16 Novembre 2020

Faire comprendre aux gens que la tentative et la volonté de croire en leur propre pouvoir personnel
En plus d'être un protecteur, c'est un pont vers la vraie connaissance...
 
C ' est un grand exploit.
 
C ' est un grand exploit aussi, qu'ils sachent qu'ils ne sont ni leur esprit, ni leur nom, ni leur corps physique...
 
C ' est un grand exploit, arriver quelque part, comprendre et garder la permission.
 
C ' est un grand exploit
 
Respect et remerciements
 
Pareil pour les plantes, arbres ou animaux de la forêt, leurs élémentaires et gardiens.
 
C ' est un grand exploit
 
Prendre conscience qu'aucun être n'est plus qu'un autre est un grand acte de conscience et de pouvoir.
 
C ' est un grand exploit d'entendre la voix de l'esprit.
 
- Fiancés à l'infini.
 
https://www.facebook.com/ComprometidosConElInfinit0/posts/216000936540318
 
 

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 16 Novembre 2020

Les toltèques, dit Don Juan, appellent la tentative de marcher sur le chemin du guerrier et accomplissent toujours ce qu'ils proposent...
′′ Et comment la tentative est-elle convoquée ?
Appelle-le, essaie, essaie, essaie !!" a déclaré Don Juan.
Exprimer à voix haute la tentative d'un est la forme la plus simple et la plus directe.
Mais Don Juan fait un signal très important, il affirme qu'il s'appelle la tentative de mener des actions qui ont un rapport avec l'Esprit, avec l'abstrait.
La tentative est cette force qui existe dans l'univers, mais qui n'est pas à la disposition de buts mondains ou d'actions grotesques nées de la vie ordinaire.
Pas à la disposition de l'ego, de l'ignorance ou de la stupidité humaine.
Don Juan disait qu'il fallait le concevoir comme une force invisible qui existe dans l'univers et qui affecte tout, ce n'est pas une condition d'être, mais une force que nous utilisons comme clé.
Les ′′ non-faire ′′ servent à interrompre l'essai. C ' est un processus, un flux, un courant d'énergie qui peut finalement être arrêté ou réorienté ".
L ' affût du destin est sans aucun doute l'âme de la vie elle-même, c'est cette connexion entre le tangible et l'intangible, qui ne souhaite - pour aucune raison - s'égarer, et essaie constamment de te parler, à travers une communication qui ne comprend que le Mon cœur.
C ' est pourquoi il se manifeste de manière silencieuse et persistante, pour que tu apprennes à écouter.
Le message du destin est toujours présent, toujours, marchant très près de toi, te traquant jour et nuit, en attendant patiemment qu'un jour tu comprendras leur langage et puis, par la force invisible de la tentative, tu modifies tout ce qui semble inamovible... comme il dit Don Juan : ′′ Le monde semble être inchangé et réel en raison de certaines particularités de notre perception ; mais si différentes particularités de notre perception sont mises en jeu, ce monde qui semble être inaltérablement objectif et réel change ".
Par conséquent, l'affût du destin en est une détermination silencieuse.
′′ Déplacer le point de dentelle est une manœuvre essentielle ′′ a déclaré Don Juan.
′′ Les deux grands systèmes conçus par les voyants de l'ancienneté étaient : le rêve, c'est-à-dire le contrôle et l'utilisation des rêves, et l'affût, ou le contrôle du comportement ".
Maintenant je comprends - après tant d'années -, que tout le reste, c'est juste une question de permettre à l'affût du destin de trouver un moyen de manifester dans ta vie pour qu'elle consent de son message et de pourquoi ou pourquoi es-tu ici, fais-le d'essayer quelque chose de quotidien qui t'amène à disparaître de ta vie tous ces ′′ non ′′ qui t'empêchent de bouger.
 
https://www.facebook.com/ComprometidosConelInfinito/posts/1261346524237668
convoquer la tentative de marcher sur le chemin du guerrier

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 13 Novembre 2020

Pas obligatoirement un ami mais quelqu'un qui permet de vous faire des "retours" sans juger. Cependant, le fait même de pouvoir faire une introspection à haute voix, face à quelqu'un, permet de comprendre le schéma qui nous anime et de le dépasser pour peu qu'on soit déjà accoutumé à faire des introspections et à laisser remonter ce qui était enfoui au plus profond de soi

C'est se "traquer" en mettant à profit tout ce qui peut nous débarrasser de tout ce qui nous entrave

 

l'ami "miroir et ombre" ?

de toute manière nous n'avons rien à dire aux gens. Cela doit venir d'eux et d'eux seuls, l'ami n'étant là que pour aider à l'accouchement

l'ami "miroir et ombre" ?

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 11 Novembre 2020

extrait pris dans ce passage qui colle avec ce que l'on vit actuellement
" parce que nous acceptons notre destin, qui est d'évoluer. Nous sommes capables de changer notre conscience facilement et sans heurts pour coïncider avec les événements qui changent autour de nous. En ne faisant qu'un avec le moment présent, un harceleur ne remarque pas le changement et ne ressent jamais une perte."
.
 
 DIRE AU REVOIR
Nous sommes arrivés à une hutte cachée dans les sous-bois. J'ai exprimé ma perplexité quant à la raison pour laquelle quelqu'un vivrait dans le désert si loin de la ville la plus proche.
Vous devriez maintenant savoir que les maisons des sorcières sont là où on les attend le moins", a-t-elle déclaré.
---
-La mise à l'écart est consentante", a-t-il déclaré avec fermeté et s'est dirigé vers le
Vous chevauchez avec le pouvoir du magicien
maintenant. Mais quand vous reviendrez à L.A., vous devrez faire confiance à votre propre pouvoir. Vous devez donc vous comporter de manière irréprochable, sinon l'oiseau de la liberté s'envolera et vous vous apitoierez sur votre sort sous l'arbre.
Les paroles de Nelida m'ont donné une secousse qui m'a fait réfléchir. Le
L'idée que l'esprit s'envolerait et que je ne la reverrais jamais était plus terrifiante que tout ce que je pouvais imaginer.
---
-Nous sommes entre les mains du pouvoir et devons humblement accepter
Nous n'avons aucun contrôle sur quoi que ce soit et nous ne devons pas nous y accrocher, car dans le cours circulaire des choses, la fin ne fait qu'un avec le début.
-Mais comment savoir quand la fin viendra, ou s'il y en aura une autre
J'ai demandé.
Nélida a redressé ses longues jambes et m'a regardé droit dans les yeux.
-Vous vous préparez pour la fin en disant toujours au revoir au début.
vous le faites naturellement, avec autant de style et d'affection que si vous disiez bonjour.
---
 
-Si vous vous accrochez, vous êtes en proie à un sentiment de perte et de nostalgie. -Nelida a souligné, assis sur une des boîtes orange. Vous vous sentez donc toujours insatisfait. Il serait beaucoup plus sage de ne pas s'accrocher, mais simplement de lâcher prise. Vous aurez alors le sentiment de n'avoir rien perdu, car vous avez déjà tiré le meilleur parti de ce qui restait. Mon conseil est de ne pas s'accrocher à quoi que ce soit au-delà d'une certaine limite.
Nélida a expliqué que dire au revoir en même temps que dire bonjour
est l'art du harceleur de reconnaître et d'accepter l'impermanence
de la vie.
-Rien ne reste pareil, mais le changement constant ne doit pas affecter un harceleur expérimenté, car quand le changement arrive, il est prêt.
Comment pouvons-nous être prêts au changement quand nous ne savons pas ce qui va se passer ensuite ni où cela va se passer ?
Nélida a attrapé la main avec laquelle je me frottais les yeux.
En le frappant comme on gifle un enfant, elle a dit qu'il ne fallait pas frotter dans mon agitation mais laisser l'énergie de mes yeux circuler librement.
-En tant que harceleurs, nous sommes prêts pour le changement", a-t-elle poursuivi.
Nélida d'un ton calme - parce que nous acceptons notre destin, qui est d'évoluer. Nous sommes capables de changer notre conscience facilement et sans heurts pour coïncider avec les événements qui changent autour de nous. En ne faisant qu'un avec le moment présent, un harceleur ne remarque pas le changement et ne ressent jamais une perte.
Par conséquent, nos vies sont toujours pleines et pourtant
restent à jamais un point d'interrogation.
-Je me sentirais plus en sécurité si nos vies étaient contenues
entre parenthèses -murmurée.
-C'est parce que vous vous êtes habitué aux barreaux de votre prison.
Mais quand votre vie est un point d'interrogation constant, vous ne savez pas de quoi vous êtes capable. Peut-être même échapper au dernier point d'exclamation : notre mort !
-Et si vous aimez quelqu'un ou si vous voulez quelque chose que vous ne pouvez pas avoir ?
-J'ai dit. Alors, vous vous sentirez forcément déçu ou trompé.
Nelida a secoué la tête.
---
 
On ne veut jamais rien qu'on ne puisse avoir", dit-elle.
Tout comme vous ne voulez jamais rien de ce que vous pouvez avoir. En récapitulant votre vie et en vous exerçant à ne pas faire, vous changez d'attitude, et j'entends par là que votre esprit devient fluide, de sorte que vous ne vous attachez à rien. Donc, quoi qu'il arrive, c'est plus que suffisant. On ne s'attend pas non plus à ce que cela dure. Ainsi, tout ce qui vous est retiré est resté trop longtemps, mais votre énergie intrinsèque ne reste jamais ou ne s'en va jamais.
-Mais vous avez dit que nous devions partir demain", ai-je protesté. Je ne vous reverrai peut-être jamais.
Nélida s'est levée et s'est arrêtée à la petite fenêtre coupée
dans l'adobe.
-Tu es peut-être parti, mais je n'aurai jamais à quitter ce désert.
Comment est-ce possible ?
-Simplement parce que je n'étais pas là.
J'ai frissonné. Nélida l'a dit avec une telle certitude que même si je
Je voulais douter d'elle, je ne pouvais pas. Impulsivement, je l'ai embrassée. Elle était solide et pourtant indescriptiblement vide au toucher. Quand je fermais les yeux, je ne la sentais plus. J'ai alors réalisé que sa présence dans la pièce dépendait de signaux visuels et auditifs qui étaient largement basés sur le souvenir que j'avais d'elle, plutôt que sur son existence réelle. Cette pensée m'a donné un véritable choc de peur.
Instinctivement, j'ai reculé de quelques pas.
-Être ici et ne pas être ici en même temps, c'est ce que les sorciers
ils veulent dire se tapir avec le double", a déclaré Nelida. Cela signifie qu'être n'est pas plus réel que ne pas être.
---
Nélida a expliqué qu'une fois qu'une personne a récapitulé et
acquis, votre corps énergétique ne tremble plus chaque fois que le monde bouge autour de vous. Parce qu'ils sont vides et permettent la tentative de les déplacer, ils ont un centre qui est constant et apparemment ils ne bougent pas du tout.
-Personne ne vous a appris à entretenir le centre", a-t-elle demandé avec surprise.
Je lui ai dit que Clara et Emilito m'avaient appris beaucoup de choses, notamment comment garder mon équilibre en grimpant aux arbres afin de ne pas avoir le vertige ou la nausée quand je suis suspendue la tête en bas. En se concentrant sur un point précis, il semble que le monde bouge alors que le corps reste immobile.
Nélida a fait un signe de tête lorsque j'ai fini de décrire certains des préceptes d'Emilito pour grimper aux arbres. Elle a soulevé sa tasse et a pris une gorgée.
-La tasse n'étant pas fendue, elle peut contenir n'importe quel
chose. Vous pouvez le vider ou le remplir et c'est toujours la même tasse.
---
 
-Je ne comprends toujours pas le rapport avec tout cela.
Nélida a expliqué que si le corps énergétique a des trous ou est
Lorsqu'une personne est blessée, elle ressent l'épuisement de sa force vitale et lutte pour contenir la perte inévitable en accumulant et en s'accrochant. Ce qu'une personne ne réalise pas, c'est que ce n'est pas la peur de la perte qui la fait s'accrocher mais la faiblesse de son être énergique qui est la cause de sa confusion.
Nélida a bien précisé que nous étions tous comme des tasses, certains avec
des fissures, d'autres sans fond, d'autres encore étaient solides et intactes.
-Les forts ne s'accrochent jamais ou ne ressentent pas de perte lorsque la
Les choses disparaissent", a déclaré Nelida, "car qu'elles soient vides ou pleines, leur nature essentielle reste intacte. Ces personnes peuvent aller et venir et se passer de l'attitude lourde des faibles, qui s'accrochent à chaque miette qui leur tombe sous la main, craignant toujours que quelqu'un ne leur enlève. Ils sont comme des mendiants qui se battent pour les miettes parce qu'ils ont l'impression qu'ils ne mangeront plus jamais.
Que pouvez-vous faire si vous êtes une tasse avec une fente dedans", ai-je demandé, "y a-t-il un espoir pour les mendiants dans le besoin ?
-Il a dit : "Récapitulez ! Faites les passes des sorcières. Videz et restaurez votre énergie.
Oubliez le thé et l'eau, le jus de fruit que vous ne pouvez pas tenir. N'essayez pas de vous remplir encore et encore ; cela ne ferait que le faire suinter et exacerber votre sentiment de perte. Consacrez toute votre énergie à la revitalisation. Ensuite, lorsque vous serez à nouveau fort, peu importe que vous teniez de l'eau ou du jus de pamplemousse. Vous pouvez être vide ou plein, mais vous n'êtes jamais possessif à propos de quoi que ce soit ou vous n'avez jamais peur de lâcher prise.
-Pourquoi n'êtes-vous pas déjà possessif ? -Je demande, me sentant intoxiqué par le thé aromatique.
-Parce que vous savez que ce qui est important n'est pas ce qui vous remplit, mais vous.
lien avec la tentative. Pratique à ne pas faire, videz votre gobelet pour le sceller.
Une fois qu'il est énergétiquement scellé, vous savez que rien ne manque.
Nelida a clairement indiqué que le fait d'être dans le besoin ou cupide signifie en réalité que l'on est énergétiquement dépendant des autres pour sa subsistance.
Ainsi, on est toujours à la merci de quelqu'un, ou on supplie pour obtenir une aide énergique.
-Mais si vous plongez votre tasse dans l'immensité, alors rien ne peut
vous ennuyer ou vous décevoir parce qu'alors vous êtes trempé dans
source de toutes choses. Ainsi, une personne n'a jamais peur de dire
au revoir parce qu'il ou elle sait qu'il n'y a pratiquement rien à quitter et nulle part où aller.
-Et la vaisselle ? -J'ai demandé.
Nélida riait fort si elle avait quelque chose d'hilarant à dire.
-Jetez-les, sourit-elle. Les soucoupes ne nous servent à rien. Il est préférable de se reposer sur l'immensité elle-même. Nelida a posé sa tasse sur la table et a expliqué que se reposer sur l'immensité signifie s'oublier si complètement qu'il n'y a pas de différence entre soi-même et son environnement. Alors le monde se conforme à notre tentative. Lorsque nous n'avons pas conscience de nous-mêmes, notre choix du bon moment est parfait ; alors nous ne savons plus si nous sommes en mouvement ou si nous sommes émus. Alors l'insondable guide et protège notre être.
-Mais nous devons d'abord avoir confiance en notre impeccabilité", a déclaré Nelida. Videz votre coupe par la récapitulation afin de ne pas vous sentir épuisé et perdu. Ensuite, pendant que vous êtes vide, réparez les dommages causés à votre corps énergétique par les passes du sorcier. Enfin, lorsque vous êtes énergiquement en bonne forme et que vous êtes clair et à l'aise avec vous-même et les autres, vous pouvez commencer à rayonner cette clarté et cette aisance dans tous vos efforts et rencontres. Peu importe ce qui se présente, un harceleur sera capable de le gérer avec la facilité et le plaisir qui viennent du fond de l'être.
-Et si les gens avec qui je suis sont nerveux et malheureux ? -J'ai demandé, en posant soigneusement ma tasse sur la table.
Nelida l'a rempli de ce délicieux thé. Ne me contaminerait-elle pas avec ses humeurs négatives ?
Je pensais à un fait qui s'est produit il n'y a pas longtemps
dans le département d'anthropologie.
Je montais dans l'ascenseur quand Tim Howard, un étudiant
Diplômé, il m'a acculé et m'a dit agressivement : "Pourquoi tu souris toujours. As-tu découvert la source du bonheur ?
Je suis devenu nerveux. J'ai immédiatement commencé à expliquer que je n'avais pas
Je me suis rendu compte que je souriais toujours et j'ai demandé à savoir comment le fait de se sentir heureux pouvait être offensant. Mais quand nous sommes arrivés au troisième étage, j'étais complètement déprimé et vidé de mon énergie.
-Si vous respirez l'aisance et le plaisir du plus profond de votre être, votre
Vous allez contaminer les autres", m'a assuré Nelida.
-Et s'ils sont si forts qu'ils m'influencent ?
-Il est impossible d'influencer un harceleur parce que son but guerrier ne peut être influencé. Aujourd'hui, si vous êtes fêlé ou si vous cherchez à être accepté ou si vous investissez et attendez des bénéfices, alors tout s'échappe ou rentre et peut vous affecter. Comme dans l'ascenseur, toute votre énergie se déplace vers l'endroit du dommage pour le réparer mais pas pour l'éliminer, car vous ne pouvez rien retenir ou changer ; vous ne pouvez pas non plus sceller quoi que ce soit lorsque vous êtes si imbu de vous-même. Mais toute une nature demeure en vous. Il n'y a rien à lui ajouter, ni à lui enlever. Même pas le sentiment d'acquisition ou de perte.
Nélida a tendu sa main sur la table pour me caresser avec amour. Elle m'a assuré qu'après avoir récapitulé, mon corps énergétique était assez fort et c'est pourquoi elle pouvait me parler. J'ai eu tort de persister à me sentir faible par simple habitude.
-Une personne qui est attachée à la tentative elle-même bénéficie de la
compagnie des autres mais ne s'accroche jamais ou n'est pas dans le besoin, simplement parce que leur vide et leur plénitude les empêchent de connaître le besoin ou la ténacité.
Nélida a expliqué que renforcer le corps énergétique implique de changer
et abandonner les sentiments de désespoir qui ne servent à rien.
-Où est l'être ? -Je lui ai demandé, me sentant dépassé.
Nélida a souri et lui a dit que la meilleure façon de consolider le corps
L'énergie de l'un était à travers la récapitulation, ce qui a eu pour résultat de nettoyer la confusion associée à l'existence quotidienne.
-C'est la dissolution des conflits et des troubles internes

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 11 Novembre 2020

NE PAS ETRE
extraits pris dans le texte en espagnol (traduction Deepl traduction)
-Ce ne sont pas les muscles dont vous avez besoin pour marcher", m'a corrigé Nelida.
C'est la force intérieure. Pour marcher avec une force intérieure, il faut
très peu d'efforts. En fait, aucune.
Elle s'est arrêtée de marcher et a passé sa main le long de ma colonne vertébrale pour m'informer que deux courants circulaient de chaque côté de ma colonne vertébrale.
-Quand je t'ai emmené faire cette promenade, c'était pour stocker ton énergie et
équilibrer vos forces positives et négatives, et non les épuiser", a-t-il déclaré.
Ces canaux sont interconnectés avec d'autres, reliant les organes
avec les muscles, les tendons et la peau.
Il a expliqué que lorsque les sorciers voient le corps d'énergie, ils voient
qui est formé par une force subtile qui circule à travers des canaux bilatéraux et symétriques, reliant l'avant et l'arrière du corps pour former un circuit continu. Pour un voyant, il ressemble à un œuf ou à un cocon lumineux entourant le corps physique. Entre les omoplates, à un bras de distance, il y a un point de luminosité intense qu'elle a appelé le lieu de la conscience.
Elle a souligné que les passages d'énergie doivent rester ouverts
afin que la force subtile puisse circuler librement. Chaque fois qu'une personne en fait trop physiquement, mentalement ou émotionnellement, un blocage se crée, dans lequel les fibres de la lumière sont nouées ensemble. L'énergie est restreinte dans une zone, produisant un excès dans une autre, comme lorsqu'un courant est endigué. Cela produit un déséquilibre énergétique qui provoque des maladies dans le corps.
[...]
La première porte est dans le coccyx ; la seconde est entre le
Le troisième est plus haut, à l'opposé du plexus solaire, un autre est entre les omoplates, un autre est à l'arrière du cou, et il y en a un ici au sommet
du crâne.
Elle a appuyé doucement sur le dernier endroit avec son pouce
ses doigts comme des éventails ouverts à l'arrière de sa tête.
Ces zones sont des centres de stockage d'énergie", a-t-il expliqué, en touchant à nouveau légèrement les six zones pour les sentir. Ils affinent également l'énergie lorsqu'elle circule dans le dos.
En appuyant, j'ai senti un léger courant ou une vibration. Puis
Pendant un moment, j'ai senti ma respiration ralentir et devenir régulière.
Ma cage thoracique, qui était serrée par la marche, s'est maintenant élargie et
s'est contracté facilement, ce qui m'a permis de prendre plus d'air. Alors que
En massant le bas de mon dos près de mes reins, j'ai ressenti une douleur aiguë. Elle a dit que le massage du corps libère un excès d'énergie qui a tendance à s'accumuler dans les muscles, en particulier autour des articulations. Une forme de massage consistait à utiliser les paumes ou les doigts, en les déplaçant le long des voies du corps. Les sorciers pourraient également pointer avec l'index pour ouvrir tout blocage d'énergie.
 
 
-Le centre de la vie et du bien-être se trouve dans le corps énergétique,
-...elle a dit, en remontant, et en mettant un doigt dans ma colonne vertébrale. Entre les deux canaux de chaque côté de la colonne vertébrale, il y a un troisième passage. Lorsque le point de conscience passe par le dos et dans l'utérus, on devient calme et centré. Le corps énergétique est si subtil qu'on ne remarque presque pas le mouvement du point d'ajustement.
Toutefois, lorsqu'il s'éloigne de ses ancres, la place derrière le
les omoplates, c'est comme si nous entrions dans un monde différent. Toute lutte humaine semble insignifiante.
Pendant un moment, nous restons assis en silence. Puis il a montré mes bottes
et il a dit qu'il n'y a rien de pire que de porter des chaussures qui ne vont pas.
Ce n'est que lorsque votre énergie et vos activités sont en parfaite harmonie que vous ne vous rendez pas compte de vous-même et de ce que vous faites", a-t-il déclaré.
Je lui ai demandé d'expliquer sa déclaration.
-Parce que les gens veulent être remarqués", a-t-il commencé,
attirent continuellement l'attention sur eux-mêmes et sur leurs actions.
Être concentré sur l'action tout en étant indifférent au résultat, c'est accorder toute son attention à la tâche. L'état le plus efficace, pour un harceleur, poursuit Nelida, est d'être complètement absorbé dans le moment présent, afin de ne pas gaspiller de l'énergie à penser au passé ou au futur.
Je lui ai demandé s'il n'était pas déraisonnable de s'inquiéter
qu'il en fasse ou non trop. Nélida a répondu qu'il ne faut jamais s'inquiéter de rien, car s'inquiéter signifie que l'on est déjà déséquilibré.
-En d'autres termes, explique-t-elle, si vous pensez pendant
vous agissez, ce sont ces pensées, et non l'action, qui resteront dans votre mémoire. D'autre part, si vous vous taisez pendant que vous jouez, lorsque vous essayez de vous souvenir des actions, il y aura peu de choses à retenir. C'est pourquoi les sorciers disent que le moi est une idée. Lorsque vous comprenez cela et que vous cessez d'entretenir votre monologue intérieur, une autre conscience apparaît.
 
...
Le souffle de la récapitulation et les passes de sorcellerie vous permettaient d'activer le corps d'énergie. De ce point de vue, vous pouvez voir que le moi quotidien n'est qu'une apparence soutenue par le pouvoir de la parole et de la pensée.
Nélida a patiemment expliqué qu'après qu'une personne ait
a balayé son passé personnel avec le souffle, le moi dont on se souvient n'est plus capable d'affecter le présent.
Une personne utilise-t-elle encore le moi pour interagir ? -J'ai demandé.
-Il l'utilise, mais en même temps, il en sait beaucoup plus que ce qu'il faut croire.
Ce que vous voyez est tout ce qu'il y a dans le monde", a répondu Nelida.
Je ne comprends pas, ai-je dit, pourriez-vous être plus précis ?
-Une personne utilise le soi et le corps physique dans des situations de tous les jours, mais sait que c'est une façade, juste pour montrer", explique Nélida.
Comme une façade, elle a une façade élaborée, sans rien derrière elle. Un
ne croit plus que le moi est important ou tout ce qu'il doit y avoir. Un
voit tout comme une bévue contrôlée flottant dans une mer de mystère.
Nélida a souligné que le détachement se produit naturellement une fois que la conscience n'est plus identifiée avec le moi personnel.
-Quand le "je" pensant reste au service de la conscience
pure, on devient de plus en plus calme. En outre, nos actions sont faciles et efficaces. En effet, l'énergie qui était autrefois réservée à l'amélioration de la personne est directement utilisée pour la créativité, la santé et le bien-être.
Nélida a répété que confondre la conscience pure du corps énergétique avec le soi personnel et pensant est mortel.
-Non seulement elle oblige le corps énergétique à suivre les actions d'un
un professeur indiscipliné ou un enfant rebelle, mais aussi trompe la personne en lui faisant croire que ce qu'elle voit est tout ce qu'il y a à l'existence. Le moi personnel est lié aux sens et cherche une satisfaction immédiate dans des choses qui sont finies. Le corps énergétique ne doit jamais être lié aux sens ni être confondu avec quoi que ce soit. Ce n'est qu'alors qu'il pourra conserver sa place légitime en tant que vecteur de la force vitale.
-Pourquoi ?
-Parce que lorsque la conscience s'identifie aux choses dont elle est consciente, y compris le soi ou l'esprit, elle est assombrie par les interprétations de la vie quotidienne. Vous devez permettre au voyant en vous de vous guider", a-t-il souligné, "et ne pas laisser le "je" personnel soulever et enfoncer la conscience comme un yo-yo pour tenter de satisfaire tous ses caprices. J'ai dû convenir qu'il est infernal d'être constamment à la merci de ses propres sentiments et de ceux des autres. Mais je savais qu'en ce qui concerne la pratique réelle, c'était une autre affaire.
Il s'agit de renverser les rôles", a poursuivi Nelida, "et cela ne peut se faire qu'en portant l'attention sur le silence qui est au-delà de la parole et de la pensée
-Qu'est-ce qu'une conscience pure ? -J'ai demandé.
 
 
-La conscience du non-être", a-t-il déclaré. C'est un lien direct vers un
une force que les sorciers appellent intention : une force qui n'est pas le moi, mais qui donne naissance à toutes choses, y compris le moi. Lorsque vous comprendrez cette contradiction, vous verrez qu'il n'y a rien à défendre et rien à réfléchir, pas même le "moi".
Après un long silence, Nélida a continué en disant que l'esprit connaît une harmonie parfaite lorsque les canaux droit et gauche du corps se confondent et que la conscience traverse le corps énergétique. Cet état se traduit par un mouvement spécifique du point d'ajustement.
-Quand on est centré, il est facile de voir directement l'énergie,
-Nelida a expliqué, "parce que le corps physique ne fait plus ce qu'il ressent.
Si vous essayez de vous souvenir de ce que votre corps ressent lorsqu'il est dans un état plus conscient, ou lorsque vous faites l'expérience des lignes de l'univers, je vous garantis que vous aurez du mal à vous souvenir de ces sensations.
J'ai dû accepter. Tous les sentiments que j'ai éprouvés pendant la récapitulation dans la grotte ou dans les arbres étaient si différents de ceux auxquels j'étais habitué, que je ne pouvais pas m'en souvenir après.
-C'est parce que dans les arbres, vous opériez directement
de votre corps d'énergie, comme vous le faites maintenant pendant que vous êtes avec moi. Dans les arbres, votre corps énergétique s'est réveillé.
Suspendre quelqu'un aux arbres est une manœuvre de sorcellerie pour briser la force de gravité sur le corps physique et consolider le corps énergétique.
Nélida a expliqué que toutes les expériences laissent une trace dans le corps. Rester debout, par exemple, implique une certaine répartition de la pression et du poids dans les jambes, ainsi qu'une tension et une relaxation de certains groupes musculaires. La position assise implique un schéma de conscience corporelle différent, selon la façon dont la gravité exerce sa force sur le corps physique.
-Être suspendu aux arbres ou y grimper brise la force de l
la gravité et permet au corps énergétique de prendre le dessus", a-t-il déclaré.
De plus, le fait qu'il n'y ait pas d'horizons lointains vous permet de vous concentrer sur l'immédiateté du moment. Et comme vous n'avez pas d'histoire de sentiments pour agir sur le moment sans réfléchir, vous vous êtes tus parce que vous n'aviez pas de mots pour décrire ce que vous faisiez. C'est pourquoi il est si difficile de se souvenir de ce qui s'est passé après s'être réveillé dans les arbres.
Que s'est-il passé exactement ?
-Vous entraîniez votre corps d'énergie à traquer", a-t-il dit.
Nelida.
 
Les nouvelles sensations et réponses que vous n'aviez pas trouvées auparavant dans votre magasin d'expériences, vous ont permis de forger votre corps énergétique. Vous avez déjà fait l'expérience de lancer votre filet lumineux et de pénétrer dans la grotte noire au-dessus de votre tête. Ce sont aussi des cas de traque de votre corps énergétique.
Nelida s'est appuyée contre un rocher, a étendu ses jambes et m'a dit
Je me suis assis en silence pendant que je me rafraîchissais la mémoire sur le fait de ne pas faire.
-Ne pas faire, c'est agir sans agir ; ce n'est pas avoir de mots ou d'étiquettes
pour décrire vos actions.
-Comment pouvez-vous agir sans savoir ce que vous faites ? -J'ai demandé.
-Agir dans un profond silence, sans s'impliquer dans votre
actions", a-t-elle répondu. Dès lors que vous n'êtes pas lié aux attentes ou au résultat de vos actions, vous ne remarquerez pas vos actions.
Comme des chaussures qui vous vont.
 
Nélida a ajouté que lorsque l'on est vide et silencieux à l'intérieur,
mais plein de vigueur et d'activité, il agit sans agir. D'autre part, si nous sommes pleins d'inquiétude, d'anxiété et d'attentes, et que nous n'avons que peu d'énergie dirigée vers notre tâche, nous agissons de manière très inefficace. Nous devons dissoudre la personne en nous, afin d'être libres d'être et de faire. Lorsque l'on n'a pas de désirs ou d'ambitions, mais que l'on est impliqué de manière vitale dans l'action en question, on sait infailliblement quand continuer et quand s'arrêter.
-Il y a une porte vers le non-être", a déclaré Nelida. Il s'ouvre pour que l'on
peuvent entrer. Une fois à l'intérieur, le pouvoir renouvelle et revitalise le corps énergétique, ou il peut nous détruire. Elle est indifférente. Mais pour trouver l'ouverture, il faut être désintéressé, et pour la traverser avec conscience, il faut se débarrasser de certains attachements à notre monde familier.
-Que fait-on à l'intérieur de la porte ?
-Vous laissez le feu intérieur se dissoudre et vous faites l'expérience de ne pas être.
-C'est ce qui se passe quand des gens meurent ?
Pendant un moment, il s'est tu. -Tout vient de là et
Retournez le voir", a déclaré Nelida. Certains l'appellent l'utérus ou le créateur
de l'univers. D'autres l'appellent le destructeur de l'univers. C'est ce qui se passe. Le monde tel que nous le connaissons touche à sa fin.
Nelida a expliqué que pour prolonger la vie de plus de soixante ou
Soixante-dix ans, nous devons dissoudre le corps physique encore et encore sans perdre conscience. Une personne peut lâcher prise petit à petit par la récapitulation, ou lorsqu'une personne meurt, elle est obligée de tout abandonner d'un seul coup. J'étais curieux d'en savoir plus sur le mystérieux effondrement auquel elle a fait allusion.
-Pour les sorciers, c'est le royaume au-delà de la mort ! -a dit Nelida. Il nous est familier, ainsi qu'à vous, car, bien que vous ne le sachiez pas consciemment, VOUS y êtes déjà allés de nombreuses fois.
 
J'ai joué nerveusement avec mon kleenex, mais j'ai réalisé
que je l'avais mis en pièces. J'ai mis les morceaux dans ma poche pour ne pas laisser de déchets par terre.
-Vous pouvez voir les choses de cette façon", a poursuivi Nelida. L'organisme qui
que vous avez maintenant est endormie. Il n'a pas encore appris les subtilités de la traque à double sens, de ne pas faire et de ne pas être. Mais votre conscience est vieille et nous vous avons souvent fait franchir la barrière de l'être. C'est pourquoi les sensations qu'on y ressent ne vous sont pas inconnues.
Je lui ai demandé pourquoi il disait que ma conscience est vieille. Elle a expliqué que certaines personnes ont une conscience qui se prolonge dans le domaine du non-être.
-Jusqu'à quand ? -Je voulais savoir.
-Seul vous pouvez répondre à cette question", a répondu Nelida.
Ou plutôt, seule votre conscience qui est vieille peut dire jusqu'où elle a voyagé dans le non-être.
 
-Est-ce comme la réincarnation ? -J'ai demandé.
Il n'y a pas de réincarnation", a-t-elle répondu, "pas plus qu'il n'y a de passé
pas d'avenir. La conscience n'est que la conscience. Il existe des lignes infinies qui
traverser l'univers. Chacun d'eux est un conglomérat de conscience. Tout ce que je dis, c'est que votre conscience a suivi d'autres voies que celle qui fusionne ce monde.
Soudain, j'ai ressenti une certaine appréhension. J'ai vécu un moment de confusion, dans lequel une partie de moi savait quelque chose, mais ne pouvait pas dire ce que c'était.
-Pratique de dissolution de votre corps physique", a recommandé Nelida.
Ce n'est qu'alors que vous pourrez répondre à vos questions. Dépassez votre individualité
vous met en contact avec la vieille conscience. Vous savez, d'après votre récapitulation, que le moi n'est qu'une couverture, un bouclier que nous utilisons dans le monde. Pour se tapir avec le corps énergétique, il faut faire l'expérience du non-être à plusieurs reprises et accumuler de la conscience pour le rendre reconnaissable.
-Comment puis-je me tapir avec le corps énergétique sans le Nagual ou toi ou Emilito pour me guider ?
-Je vous ai dit que la meilleure façon de ne pas l'être, c'est d'arrêter de se parler à soi-même. Que vous pouvez tout faire par vous-même. Je vous ai également dit que nous faisons le monde avec nos mots et nos pensées, qui, avec les actions et les sentiments, constituent notre être. Ne pas être, c'est ne pas avoir de pensées, ni sur soi-même ni sur le monde.
-Comment peut-on ne pas avoir de pensées ?
-Ne pas penser n'est pas la même chose qu'être un idiot", a déclaré Nelida. Pour en savoir plus
Eh bien, il vous conduit à la conscience pure et au silence, qui sont les conditions préalables pour ne pas être.
"Etre dans le silence intérieur", a poursuivi Nelida, "ce n'est pas porter des jugements ou faire des distinctions entre le bien et le mal, moi et les autres, hier et aujourd'hui. Et surtout, cela signifie ne pas avoir de concepts d'aucune sorte. Essayez de ressentir et d'agir avec votre corps énergétique, vous pourrez ainsi éviter les pièges d'une réflexion permanente.
-Est-ce mal de penser aux choses ?
-Non, ce n'est pas mal, mais c'est une distraction de toujours vous parler
même. Faire ceci et cela ne vous fera jamais entrer dans le corps énergétique.
Le raisonnement ne produit qu'une connaissance limitée et une conscience de mauvaise qualité. Il existe une façon beaucoup plus inclusive de comprendre, et c'est d'intuber directement sans l'intervention de la pensée.
Je me suis sentie triste, déprimée. Je savais que lorsque je suis rentré à Los Angeles
et l'université, la réflexion et le raisonnement seraient tout ce que je pourrais espérer.
-Nous en avons déjà parlé", m'a rappelé Nelida. Tout est
Tout se résume à cela. Vous considérez que le moi est sans importance ; en fait, si peu important que vous l'oubliez complètement. Puis, par la force, vous commencerez à forger votre corps énergétique.
Que se passe-t-il lorsque je suis à l'école et que je dois étudier pour un examen ? Comment puis-je utiliser mon corps énergétique, alors ? Et que se passe-t-il lorsque je parle aux professeurs et aux camarades de classe ?
Il a touché le sommet de ma tête et m'a dit que si l'on est désintéressé, progressivement, les frontières entre le percepteur et l'objet perçu disparaissent. Il a décrit le désintérêt non pas comme une condition morale, mais comme un état impersonnel dans lequel on ne se considère plus comme une entité séparée. Un état dans lequel il n'y a pas de concept du moi qui se perçoit, ni de la chose perçue.
 
-Qu'est-ce que la personne dans cet état ressent ?
Nélida réfléchit un instant puis répond. -C'est comme si on avait perdu quelque chose ou qu'on l'avait perdu de vue et qu'on ne pouvait pas se souvenir de ce que c'est. Mais comme il n'est pas important, vous n'êtes plus intéressé à le trouver.
Nélida a précisé que la raison pour laquelle le moi est généralement
si apprécié, c'est parce que nous l'utilisons comme notre point de référence unique et constant par rapport au monde. C'est le centre à partir duquel nous pensons, sentons et façonnons notre existence, et nous le forgeons depuis notre enfance.
-il abandonne le moi et élimine les fluctuations de la pensée, -
Il a poursuivi : "De la même façon, même vos pensées et votre moi sont effacés. Vous pouvez alors traquer avec le double, de sorte que vous voyez vos professeurs et vos camarades de classe comme une bévue contrôlée.
Alors tout est pareil et vous pouvez comprendre n'importe quel concept directement avec votre corps énergétique. Alors vous êtes vraiment capable d'avoir une romance avec la connaissance sans l'intervention de la pensée et du moi ; vous opérerez à partir du point de ne plus être où le moi personnel n'est plus votre point de vue principal. Ensuite, le voyant en vous vous dira ce qui est quoi.
-Pourquoi le fait de ne pas être si important ?
Penser vous fait poser des questions stupides", a-t-il dit. Des merveilles surgissent des domaines du non-être : la santé, une vision claire, une compréhension directe, des pouvoirs mystérieux. Mais une personne a besoin d'une concentration totale et d'une volonté de lâcher prise pour ouvrir la porte et glisser vers la pleine conscience.
Nélida m'a scruté à la lumière ambrée.
Êtes-vous prêt à vous laisser aller à votre merveilleux moi ? -elle a demandé sans détour.
Pendant un moment, j'ai hésité, pensant qu'elle voulait dire que j'étais
vraiment merveilleux. J'ai donc hoché la tête même si je savais qu'elle voulait dire le contraire.
-Je l'espère bien", a-t-elle déclaré. Parce que votre décision sera mise à l'épreuve
plus tôt que vous ne le pensez.
Taisha Avelar
Textes non publiés.

Lire la suite

Rédigé par Agnès

Publié le 8 Novembre 2020

Les invités de la vie
 
 
-Ce dont vous avez besoin, c'est de vous rappeler que vous êtes un invité de la terre, -
dit Nelida en s'asseyant sur un rocher. Nous pouvons nous reposer sur les rochers, en nous appuyant contre les arbres, ou simplement en pressant nos doigts contre le centre de la paume. Mais nous ne réalisons pas que nous pouvons obtenir de l'énergie à partir de petites choses, car nous croyons que nous sommes ici en tant que conquérants de la terre.
Je me suis assis sur un rocher. Immédiatement, j'ai senti une partie de l'énergie de
la pierre qui est entrée dans ma colonne vertébrale par la pression sur mon coccyx.
Nélida continue de parler. -Quand nous sentons que nous possédons
de personnes et de choses. Nous sommes gaspilleurs et arrogants. Nous sommes coercitifs et nous le faisons, nous abusons de notre style d'être.
A ma grande surprise, le rocher était confortable et je voulais lui poser des questions
à Nelida sur la façon dont je pourrais prolonger ce moment de repos.
-Je ne pense pas que nous puissions étendre la notion de propriété pour inclure les personnes, ai-je dit. Nous ne sommes plus au Moyen Age, où un seigneur féodal possède ses terres et ses sujets.
-Ne vous laissez pas berner, Taisha. Une mère dirige ses enfants, les maris possèdent toujours leurs femmes, un prêtre dirige sa congrégation, et les médias hypnotisent les masses. Le monde regorge de tyrans, de maîtres et d'esclaves.
Nélida a déclaré qu'il valait mieux abandonner un comportement aussi arrogant ou soumis et adopter le rôle d'un humble invité.
 
-Pourquoi un invité ? demandai-je, en me déplaçant sur le canapé.
-Un invité est libre", a déclaré Nelida. On n'attend pas grand-chose de lui et
l'endroit qu'il visite et les personnes qui s'y trouvent ne sont pas sous sa coupe.
Il n'attend rien, mais on lui donne tout. Les sorcières disent que cela permet de faire un voyage joyeux.
J'essayais tranquillement d'appliquer les conseils de Nelida à mon
propre état d'être. J'ai toujours pensé que c'était une marque de caractère
d'être avide de connaissances, compétitif et, dans la mesure du possible, de contrôler les gens.
-Pour ne pas simplement accepter que nous nous possédions et ne contrôlions rien", a déclaré Nélida. Nous devons utiliser des choses pour nous aider dans notre voyage, c'est vrai. Mais rien n'est à nous de garder ou de contrôler.
Comment pouvez-vous dire cela ? -J'ai dit se sentir menacé. Il y a eu
J'ai grandi en ayant l'impression de ne jamais avoir assez de choses matérielles ou de ne plus contrôler ma vie. Or, cette sorcière a dit qu'il était néfaste d'avoir des attaches matérielles.
Comme si elle ressentait ma répulsion, Nélida m'a informé que, contrairement à ce qu'il semblait, les sorciers ne convoitaient pas les biens et ne cherchaient pas à dominer les gens
[...]
Nélida a expliqué que l'un des objectifs fondamentaux du harcèlement
est de prendre soin du corps, non pas comme un objet ou une possession, mais comme un invité temporaire. En le traitant de manière impeccable, a-t-il dit, nous en faisons le véhicule le plus efficace pour notre voyage. Cela signifie que vous n'êtes pas autorisé à manger, boire ou faire quoi que ce soit qui vous rende fatigué, malade ou mal à l'aise. Et vous n'êtes jamais dans le besoin ou le désir parce que vous n'avez besoin de rien.
J'ai fait valoir que ce qu'une personne ressentait était le résultat de sa situation.
-Certaines personnes, je l'ai informé, sont nées dans des circonstances
malheureux, comme la pauvreté, et ils doivent lutter pour la surmonter.
C'est peut-être vrai", a-t-il admis, "mais une fois qu'une personne récapitule sa vie, la pauvreté ne peut plus l'atteindre
 
[...]
Il m'a semblé impossible d'atteindre un état de détachement aussi complet
et j'admirais énormément Nélida pour lui avoir tendu la main.
Comment peut-on être aussi détaché ? -J'ai demandé.
N'est-il pas naturel de faire des vœux ?
Nélida secoue la tête. -Les sorciers disent que nos attachements et nos désirs sont des commandes hypnotiques et qu'ils peuvent donc être brisés s'ils en sont conscients et s'ils utilisent d'autres commandes hypnotiques. Prenez vos yeux, par exemple.
-Excusez-moi ? Mmm-hmm. —.
-Vos yeux. -Vous savez que vous les frottez constamment ?
Je lui ai dit que mes yeux me démangeaient et que j'étais probablement allergique
à une partie de la flore environnante. Mais je ne savais pas qu'il était
en les frottant tout le temps.
-Vos yeux vous démangent parce que vous les irritez quand vous les frottez. Pourquoi ne pas les laisser tranquilles ?
J'ai fait valoir que si on se brûlait les yeux, c'était une réaction
automatique. Nélida secoue la tête, ses yeux brillent au soleil.
-Je suppose que vous considérez qu'avoir des yeux sensibles est un avantage", a-t-elle fait remarquer, "mais je vous assure que ce n'est pas le cas. Si vous cessez de vous en préoccuper, les démangeaisons disparaîtront.
Comment puis-je faire cela ?
-En étant conscient de votre main et en vous donnant l'ordre de ne pas la frotter", a-t-elle déclaré.
Ainsi, vous aurez un bref moment de silence pour
modifier l'habitude. Cela peut prendre des semaines ou des mois d'efforts délibérés, mais tôt ou tard, le commandement hypnotique sera rompu et vous ne pourrez plus atteindre vos yeux sans vous en rendre compte.
Je ne voyais pas pourquoi je faisais une montagne à partir d'une taupinière et j'étais sur le point d'atteindre mes yeux, mais je me suis retenu. Nélida a dit que la plupart des choses que nous faisions étaient des habitudes dont nous n'étions plus conscients car elles nous contrôlaient.
-Être jaloux, envieux, réagir d'une certaine manière, tout cela implique une conscience que vous avez rendue réelle et donc,
gouverner votre être", a-t-elle déclaré.
Mais vous parlez de sentiments, ai-je dit, comment
aider à ce que vous ressentez ?
-On peut changer un sentiment de la même façon que l'on peut arrêter de manger, boire, fumer ou tout ce qui
vous voulez changer.
[...]
 
Nélida a expliqué que le secret de la réussite réside dans la connaissance de la
comportement que nous voulons changer et ensuite modifier délibérément son flux par un acte de non-action. Lorsque nous interrompons le flux naturel d'un sentiment ou d'une action, nous pratiquons ce que les sorcières appellent un "non-faire".
-Les sorciers pratiquent le non-faire pour changer", a-t-il déclaré.
Mais vous devez d'abord vous rendre compte du schéma, et pour cela vous avez besoin d'une récapitulation profonde et rigoureuse. Si, comme dans votre cas, vous avez appris à réagir en vous apitoyant sur votre sort ou en enviant les autres, alors chaque fois que ce sentiment se manifeste, soyez-en conscient.
Acceptez-vous ; suivez vos faiblesses. Vous avez alors la possibilité de continuer ou de changer. Enfin, vous pouvez tout essayer avant de vous faire prendre.
-Cela semble facile, mais est-il vraiment possible de changer une habitude en
la vie ?
-Tu parles", a déclaré Nelida. Mais cela demande beaucoup d'énergie. Pour résumer, il permet d'acquérir l'énergie supplémentaire nécessaire à des exploits extraordinaires comme la rupture des ordres hypnotiques des gens.
Je me suis souvenu que Clara disait la même chose.
-La difficulté survient lorsque nous devenons obsessionnels et que nous transformons tout en une autre action", a déclaré Nelida. -Vous ne devriez pas considérer que le fait de ne pas faire comme un jeu. Faites-le assez souvent, et vous verrez que les sentiments et les désirs ne sont que des endroits où nous avons accumulé de l'énergie. Enlevez cette énergie et vous enlevez le désir lui-même.
 
 
Nélida s'est levée et s'est étendue. Du moins, je pensais que c'était ce qu'elle faisait.
-Autre chose", a-t-elle dit, "le non-faire ne fonctionnera pas sans le
la confiance des sorciers.
Malgré tous mes efforts, je ne me souviens pas que quelqu'un ait parlé de
du manteau de la confiance.
-Le laissez-passer de sorcier que je viens de vous montrer vous permet
de s'envelopper dans cette couche", a déclaré Nelida.
Elle étendit les bras de chaque côté et prit une profonde respiration. Puis
Il a levé les bras au niveau des épaules et a plié les coudes, en gardant les paumes vers le bas. Elle maintenait ses omoplates ensemble alors que ses bras bougeaient à peine.
Puis, expirant lentement et régulièrement, elle a avancé ses bras et a placé ses paumes ensemble avec le bout de ses doigts pointant vers le haut.
-Pourquoi les sorciers appellent-ils ce mouvement, le manteau dela confiance ? -J'ai demandé.
-Ce mouvement resserre les bandes d'énergie sur la poitrine.
En poussant la poitrine vers l'extérieur et les omoplates vers l'arrière, les lignes d'énergie qui sont vers le bas redeviennent tendues. Cette barre qui traverse la poitrine du corps énergétique sert de bouclier. Les choses rebondissent et cela donne un sentiment de confiance face au monde de l'action.
 
[...]
Il existe de nombreuses façons d'attirer le pouvoir, a-t-elle commencé, mais elles se résument toutes à une seule chose, à savoir accomplir chaque action avec conscience. Que vous soyez assis, que vous marchiez ou que vous mangiez, ou que vous pratiquiez les passes des sorcières, chaque respiration doit être un souffle de puissance. Puis, progressivement, l'esprit commence à se révéler et votre corps énergétique s'éveille. Le cri vous permet de dégager un chemin vers l'intention, ainsi que de donner une secousse à votre corps d'énergie.
Je me suis levé d'un bond et j'ai dit que j'étais prêt à explorer les ruines et j'ai examiné
certains des personnages que j'avais vus dans la cour. C'était peut-être des objets précolombiens que je pouvais emmener au musée d'archéologie de l'université. Mais Nelida a tenu bon.
Asseyez-vous. Nous ne sommes pas ici pour une chasse au trésor ou
recherche pour un document final.
Elle m'a assuré que de telles explorations seraient inutiles, car elles ne m'aideraient pas dans mes tâches pour révéler et exploiter le pouvoir. Les seules choses qui auraient une valeur pour notre objectif actuel sont le silence et le détachement.
-Ne montez pas sur la vigne et ne transformez pas cela en une autre action", a-t-elle prévenu.
elle... Laisse le pouvoir agir à travers toi. Alors tout se mettra en place naturellement.
 
Comment sont-ils attachés ?
-Ils ne sont pas intéressés par le contrôle des gens ; les sorciers
Les gens modernes sont liés à l'esprit.
Pendant un moment, nous avons été plongés dans un silence total. Je laisse le
Le lieu me remplira de sa charge vibrante. Puis j'ai remarqué le bruit des oiseaux. Peut-être qu'ils étaient là depuis le début, mais je ne les avais pas remarqués avant.
-Il est difficile de lâcher prise", a poursuivi Nelida. Parce que nous craignons de n'avoir aucun recours. Mais c'est seulement parce que nous n'avons pas encore réalisé que le moi personnel est illusoire.
-Comment peut-on finalement lâcher prise, alors ?
-Le lâcher prise est une question d'abandon. Quand on le fait, c'est
d'un seul coup. Pour certains, cela peut prendre des années de délibération ; pour d'autres, il suffit d'une prise de conscience soudaine. Mais quand on s'abandonne finalement au pouvoir, il apporte avec lui une fluidité qui fait que les actions de soi paraissent ternes et encombrantes en comparaison.
Nélida a souligné que le lâcher prise était un art du harceleur. On n'a pas peur de se laisser aller, car c'est un fardeau trop lourd à porter.
Pourquoi le soi est-il un fardeau, ai-je demandé, ne nous aide-t-il pas à
notre vie ?
-Je devrais, mais dans la plupart des cas, c'est une source
de la peur et du mécontentement. Si vous écoutez vraiment votre monologue interne, vous vous rendez compte qu'il n'est rien d'autre qu'une longue liste de plaintes ou d'auto-affirmations. Un harceleur fait l'inventaire de votre discours interne, l'examine et le rejette. Je vous recommande de faire de même. Parce que le monologue interne vous relie à des sentiments qui appartiennent à vos parents et à leurs parents depuis des générations. Et si vous ne vous en débarrassez pas, ils se répandront dans l'avenir, vous piégeant pour le reste de votre vie.
[...]
 
-Les sorcières, pour être libres, se séparent de l'héritage
ou ce que nous appelons la condition humaine", a poursuivi Nelida.
Grâce à la discipline, ils se retirent de la chaîne de l'existence des singes, sans avenir ni passé pour les lier. Les bouddhistes appellent cela se libérer de la roue de la vie. Les sorciers appellent cela vomir son existence de singe.
Un sentiment de misère s'est emparé de moi. Je savais que j'étais perdu
 
[...]
 
-Nélida a poursuivi, sentant mon état d'esprit, "L'auto-réflexion doit cesser, sinon nous passerons toute notre existence à essayer de répondre aux attentes de nos parents et de nos semblables. Pire encore, nous devenons nous-mêmes le tyran pinçant avec lequel nous nous battons pour le renverser. Ce n'est qu'en quittant la maison, la famille, le passé et l'avenir que nous pouvons être vraiment libres.
J'ai demandé à Nélida ce qu'elle entendait par "quitter la maison". J'avais
Mais le fait de partir de chez soi n'est pas gratuit.
C'est parce que vous portez toujours les sentiments de vos parents avec vous", a-t-il déclaré. Vous êtes ambitieux comme votre père, vous recherchez l'amour comme votre mère, vous voulez un succès instantané sans effort. Vous êtes en compétition mortelle avec vos frères et sœurs et cela vous met en désaccord avec tout et tout le monde autour de vous. Les préoccupations humaines sont donc aussi proches de vous qu'elles peuvent l'être.
"Quitter la maison n'est pas simplement dire au revoir à la famille et aux amis ou mettre de la distance entre vous. Il s'agit de renoncer à sa place dans la chaîne alimentaire émotionnelle, cette lignée qui est composée des ancêtres et des défunts. Vous devez renoncer à votre héritage humain, à ses récompenses et à sa sécurité, et vous éloigner du bourbier des affaires humaines. Ce n'est que lorsque vous êtes tellement détaché que vous n'êtes plus lié à un moi personnel que vous pouvez vraiment dire que vous n'êtes plus l'enfant de vos parents. Tant que l'on est attaché à soi-même, on est attaché aux autres", a-t-elle insisté.
Seulement quand vous n'avez rien, n'attendez rien et ne
vous n'avez besoin de rien, vous êtes vraiment sans moi.
-Mais j'ai fait la synthèse et je suis toujours accroché à la
J'ai dit que je me plaignais.
Nélida s'est levée et m'a regardé avec surprise comme si elle doutait de ce que
Je disais.
-Vous êtes accroché à la tentative du sorcier. Tout ce dont vous avez besoin
est de l'accepter. Vous avez évolué grâce à l'accumulation de
le pouvoir dans autre chose. Et c'est pourquoi nous sommes ici, dans ce lieu des anciens sorciers : pour prouver à votre raison que vous n'êtes plus la fille de vos parents.
Comment allons-nous faire ?
-en examinant l'arrière-plan et le premier plan.
 
[...]
 
Être conscient signifierait permettre à notre corps énergétique d'agir pour nous, indépendamment de ce que nous avons appris à considérer comme facile ou raisonnable. Permettre à la conscience de nous guider serait comparable à l'alcoolique qui rejette la bouteille alors que tout son être a appris à désirer l'alcool.
-Vos envies ne s'arrêtent jamais ?
- Oui, en vidant notre entrepôt par la récapitulation, nous brisons le contrôle que le concret a sur nous", a-t-il déclaré. Il existe un moyen plus rapide. Le corps énergétique peut soudainement se réveiller et voir que le "je" n'est pas important. Une personne qui se libère des limites de l'autoréflexion percevra d'une manière totalement différente.
J'ai dû accepter. Quand mon corps énergétique s'éveille, tout
mon point de vue avait été modifié. Toutefois, la perspective de l
Le changement permanent semblait étonnant, même si, au fond, il en valait la peine. Pour me vider l'esprit, j'ai regardé les rochers.
Dois-je vraiment laisser le monde familier derrière moi et entrer
une étrange réalité", lui ai-je finalement demandé.
-Vous devez juste abandonner votre idée du monde. Mais c'est tout.
Parce que ce sont nos idées qui nous fixent et nous rendent concrets.
Et vous vous demandez peut-être pourquoi nous devons abandonner nos idées pour être libres ? Parce que les idées sont limitatives, alors que l'énergie n'a pas de limites. Pour être un avec l'énergie pure, nous devons d'abord supprimer l'obstacle du moi, car c'est le brouillard qui recouvre le réel et l'immédiat avec le faux et l'interprété.
J'ai commencé à serrer mes omoplates pour gagner en confiance. En balayant les piliers, j'ai constaté une autre distorsion perceptive : ils se balançaient dans le vent. Quand j'en ai parlé à Nélida, elle m'a dit qu'il y avait toujours des distorsions. La vie était une énergie qui se déplaçait sans restriction, et pourtant nous l'emprisonnions et la contenions en éliminant les possibilités qui ne correspondaient pas à nos attentes raisonnables.
-qui voit que la réalité n'est qu'un point de vue, agit
sans raison et n'attend pas de récompenses", a déclaré Nelida.
Ne serait-elle pas une personne terriblement seule ? -J'ai demandé.
-Une telle personne n'est pas seule parce qu'elle s'est alignée sur cette force qui nous fait bouger et nous rend complets.
Comment saurai-je si j'agis par l'esprit ou par moi-même ?
- demandai-je, en serrant mes omoplates fermement.
Nélida m'a jeté un regard objectif. -Pendant que vous continuez à agir de façon impeccable, vous accumulez un pouvoir personnel pour qu'enfin l'esprit et votre être ne fassent plus qu'un. Alors toutes vos actions sont le reflet de l'intention de l'esprit.
Taisha Abelar
Textes non publiés

Lire la suite

Rédigé par Agnès